Samedi 18 Septembre: le soleil, c’est mon rayon (Cocagne > Borden-Carleton)

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

Je me réveille vers 7h30. Quelques gouttes tombent sur la tente. « Shit », pense-je… »le beau temps n’aura pas duré ». Nez dehors…le ciel est vierge de tout nuage et bleu à rendre jaloux un Schtroumpf.

Par contre tout est trempé de partout: ce qui tombait sur la tente, c’était de la rosée! Trop cool.

J’allume un petit feu. Je peux me faire embêter pour ça: je suis quand même dans le village. Mais bon, whatever, je veux mes toasts…et mon feu dérangera personne.

Miam, les toasts. Bon, mon brasier était pas des plus abondants…mais pas grave.

Séchage de tente, lubrification et remballages habituels. On the road again!

Il fait BEAU, c’est vraiment le pied! Ça fait plaisir de devoir chausser les lunettes de soleil.

La journée commence à peine que je dois taper un sprint. Comme un mouton, je suis la déviation de la route étoile de mer vers la route 15. Manque de bol, à cet endroit, limitée à 100, elle passe par un pont quasi sans accotement. Le rêve…j’appuie donc sur les pédales pour ne pas traîner dans le coin.

En rejoignant l’itinéraire classique de la route étoile de mer, je vois que j’aurais pu éviter d’aller risquer ma vie sur ce pont: les travaux sont quasi-finis. Grognements et insultes envers la société et la vie. (lol)

Je roule en suivant les méandres de l’agréable route du littoral. Je croise quelques cyclistes du samedi. Mais…qu’est ce que c’est que cette sensation?! Oui, c’est bien ça…j’ai CHAUD!

Je profite d’une pause internet à Shediac (merci au passage aux bibliothèques du Nouveau Brunswick!) pour enlever une couche. Ah, que c’est agréable de rouler avec un simple maillot manches courtes ouvert!

Un peu après Shediac, gros « CHTAENG! » dans la roue arrière. Typique d’un rayon qui pète…et ma roue tourne croche. Ça sent la galère de changement de rayon…

Pause bouffe à Cap-Pelé, les guêpes sont de la partie. Dégagez, c’est MA bouffe!

En guise de sieste, je checke ma roue arrière. En effet, un rayon est cassé…côté cassette, évidemment…rha. Bon, fait beau, on tombe le maillot blanc et on répare. Pour vous donner une idée de la chienlit du truc, pour changer un tel rayon avec les outils dont je dispose, il faut:
-enlever le bordel du porte-bagages et les sacoches arrière,
-démonter la roue arrière,
-la remonter avec le cassette remover (attention au sens!),
-se mettre sur le grand pignon,
-bloquer le cassette remover,
-tourner doucement les pédales vers l’avant jusqu’au déblocage de la cassette,
-démonter le cassette remover,
-démonter la roue,
-enlever la cassette,
-dégonfler le pneu,
-décoller le fond de jante,
-enlever l’écrou de rayon cassé,
-enlever le rayon cassé,
-mettre le nouveau rayon,
-visser le nouveau rayon,
-replacer la cassette,
-remonter la roue avec le cassette remover (attention au sens!),
-bloquer le cassette remover,
-tourner la roue vers l’arrière pour resserrer la cassette, mais pas trop,
-débloquer le cassette remover,
-démonter la roue,
-enlever le cassette remover,
-remonter la roue,
-dévoiler la roue,
-réajuster les freins, le dérailleur arrière et le garde-boue,
-regonfler le pneu,
-recharger le vélo.

Bref, c’est LONG! Une heure là dessus.

Allez hop, on repart enfin!

Il fait toujours aussi beau, c’est le pied. (Déjà dit, je sais.) Je roule à travers les marais salés, les hérons et autres martins-pêcheurs.

À un moment, la route étoile de mer suit encore une déviation par une grosse route. Je me ferai pas avoir 2 fois, je prends pas la déviation. Sauf que cette fois…les travaux sont pas finis, et y’a pas de pont. Et merde…bon, je rattrappe la grosse route par un chemin de terre battue. Super, la limite est à 100 et l’accotement moins large que moi. Allez, on pousse sur les jambes, et on guette la mort dans le rétroviseur.

Le plus chiant avec cette déviation, c’est qu’en plus de cette route suicide, je dois me taper 23 km de la Transcanada highway, du même genre mais avec un vrai accotement, au lieu d’une jolie petite route de campagne. Enfin tant pis.

J’arrive enfin au pont pour l’Île du Prince Édouard. Il est interdit aux piétons et aux cyclistes: 2 voies, pas de trottoir, ni d’accotement. Bien joué, les concepteurs. En même temps, il est loooong….

Donc, navette obligatoire. Évidemment, juste quand j’arrive, elle part. Grmbl…

Attente-internet, remplissage de bidons et toilette aux toilettes. Ensuite j’ai eu droit à une navette pour moi tout seul. Jasette avec la conductrice, qui a du mal à comprendre comment c’est possible de voyager si longtemps à vélo « either you don’t have a job, or… ».

Oh, j’oubliais, à partir de maintenant, on parle anglais, fini de rire…

De l’autre côté du pont, le coucher de soleil est splendide. Je l’admire depuis un petit parc en songeant à camper dans le bateau-jouet pour enfants là-bas…mais demain, il y a le Terry Fox run (google est votre ami): pont fermé jusque 13h pour les coureurs, du monde partout, etc…donc bof.

À ce moment, je rencontre une petite mamie avec un vélo! Jasette. Elle a 74 ans et a roulé toute sa vie. Trop fort! Et elle m’invite à planter ma tente dans son jardin…bin tiens, very nice of you!

La tente installée, elle me propose de la pizza et une douche! Faut pas me le dire 2 fois…

Jasette pendant le repas (en anglais dans le texte). Elle a 6 enfants, mais en a perdu un dans un sale accident. Ils habitent aux quatre coins de l’Amérique du Nord, et en Irlande. Elle a vécu sur l’Île d’Anticosti (la classe!), à Montréal, et sur L’Î.-P.-É. Elle a été fermière, mère, gérante de B&B. Elle a pétri son pain à la main, et brûle n’importe quoi dans poêle: ça me rappelle quelqu’un! Elle est bien rigolote en tous cas…MERCI G.!

Je suis donc bien installé dans un petit jardin…un peu près du pont, mais vraiment pas de quoi se plaindre.

Ce jour, 5h37 de vélo, 122.5 km à 21.8 de moyenne, pointe à 36.4 sur le pont de la mort.

Demain, chabate sur l’île!

Good night!

Publicités
Cet article, publié dans Français, est tagué , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Samedi 18 Septembre: le soleil, c’est mon rayon (Cocagne > Borden-Carleton)

  1. V. et R. dit :

    Très, très cool le « toaster » et le pot de Nutella; tu devrais demander un breuvet :o) joke. Est-ce que tu comptes te rendre aux Îles-de-la-Madeleine? La température est très fraîche en soirée et le matin dans le Nord du NB, mais en après-midi ça va. V. et R.

  2. bouderlique dit :

    Quel dragueur ce Rémi! On va t’embaucher aux Petits fréres des pauvres pour faire les visites. En tout cas, ça va bien faire rigoler tout le monde.
    Il n’est pas un peu trop chargé ton vélo (vu les incidents techniques)?
    A part cela, on est content que tout se passe bien.
    It’s a long way ….A la prochaine.

  3. Cath dit :

    C’est le pot de Nutela qui est petit ou la tartine qui est géante ?

    Je me doutais bien que le passage du pont n’était pas autorisé aux cyclistes, dommage
    qu’ils n’aient pas prévu… En même temps, 1 mètre supplémentaire en largeur aurait majoré le coût de au moins …% ! J’ai lu des trucs intéressants sur Wikip à propos de ce fabuleux pont, de la confédération, ça doit être très impressionnant, en hiver aussi !
    Continue de nous raconter tes rencontres et découvertes, on aime !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s