Mercredi 22 Septembre 2010: Charlottetown vitevite (Cavendish > Bayfield)

image

image

image

image

image

image

image

image

image

Hier, lorsque j’écrivais, j’étais dans le vestiaire de la plage avec Trekounet, Hubba pas encore montée: je « craignais » de me faire « repérer » avant la nuit. Mes craintes n’étaient pas infondées: en fait, l’endroit est très fréquenté.

La preuve: vers 01h09, je suis réveillé par des bruits de pas, une lampe braquée sur ma tente, et des voix. « Et merde », me dis-je. J’entends une voix féminine dire que je suis derrière le bâtiment, et qu’il y a un truc qui charge dans le vestiaire (mes batteries d’appareil photo, en l’occurence). Une autre voix est dans le coup. Je dormais à moitié, mais il me semble qu’elles devaient demander un avis quelconque à quelqu’un d’autre.

Je me vois déjà en train de devoir déménager en pleine nuit, sous la pression de ce qui semble être des vigiles chargés de la surveillance de l’endroit. Le trip ultime…ou pas.

Plus de bruit. Je me risque hors de la tente, sous la pression du lobby urinaire. En sortant des toilettes, je croise une fille qu’a pas vraiment l’air vigile. Échange de « hey », la tête complètement entre l’intestin grêle et l’air ambiant.

Je retourne dormir, avec mon Opinel à portée de main, au cas où. Ça m’apprendra à choisir un endroit où y’a pas personne, au sens français de l’expression.

Réveil vers 7h. Sale nuit, je me sens pas très reposé. Remballage et petit déj (SANS BANANE). Pendant que je mange, un couple vient s’installer sur une table voisine pour déjeûner, un mec promène son chien, et l’agent d’entretien vient entretenir.

J’ai campé sur les Champs-Élysées.

Bref, on the road again. Ils refont la route vers l’est, j’ai la belle asphalte toute neuve pour moi tout seul…puis la gravel de merde pour moi tout seul aussi.

…ah non! Je vois pour la première fois de ma vie un RENARD à moins de 10 m et plus d’une minute! Il a l’air un peu mal en point, mais est tout meugnon quand même.

Allez hop, une fois la boue (oui, il a plu cette nuit, j’ai oublié de préciser) retirée des garde-boue, on roule! Direction Charlottetown, la capitale de la province.

Fait pas superbeau, mais plutôt chaud par contre. J’ai le vent de côté, ça roule pas mal quand même.

Comme par hasard, sur la petite route que j’ai choisie, se trouve une fromagerie! La seule que j’aie vue sur l’Île jusqu’à présent. J’ai même pas fait exprès: je savais pas! Même mon inconscient est un morfale. Bon, ils font que du gouda, mais c’est cool quand même.

Bref, j’en sors avec 3 goudas (350g/gouda, 16$/gouda…): nature, ail et herbes, poivre et moutarde. Et c’est…miommiom. J’y repasserai peut être…

Dites le si je parle trop de bouffe, hein.

J’arrive ensuite à Charlottetown. Arrêt-naphte chez Canadian Tire (même pas resté plus de 15 minutes…c’est un record!). En sortant, une dame me demande si mon trip se passe bien, et me dit qu’elle m’a vu sur la route hier. Elle part demain pour l’Europe…have a nice trip!

Je descends ensuite downtown Charlottetown. C’est tout mignon cette villounette. Enfin, le centre en tous cas, parce que les dépôts pétroliers…bof. Grosse pause internet au bureau d’information touristique. Je rencontre deux américaines, une mère et sa fille, de Grand Rapids, Michigan, avec qui j’avais déjà causé la veille, à la plage-Times-Square. Je rencontre aussi un couple de cyclotouristes et leur petite fille, que j’ai croisés quelques jours plus tôt du côté de Miminegash. C’est une petite île!

Achat de pain (un peu plus « pain » que les précédents) et d’une part de tarte, puis pique nique dans un petit parc. Regards intrigués/amusés/dédaigneux/envieux.

Je reprends ensuite la route…au programme: suivre le Point East coastal drive. J’ai le vent plus ou moins avec moi, le paysage est joli, je mange quelques raidillons et petites descentes: je trippe. L’humeur de merde d’hier matin est bien loin.

Objectif bananes pour demain matin. Je m’arrête à la coop de Morell, qui pratique probablement les prix les plus élevés que j’aie vu: on commence à sentir l’insularité et le relatif éloignement.

J’appelle CTMA, la compagnie de traversiers pour les Îles de la Madeleine. Bonne nouvelle: comme j’ai pas d’auto, pas besoin de réserver! La traversée (aller simple) me coûtera 41$…gnuh. Suffit donc que je me pointe à 13h au bateau, et ça le fait. Selon mon itinéraire (route 16 jusque Souris, via East Point), je suis environ à 80 km du bateau: je devrais pouvoir le prendre demain, si je roule un peu!

Les conditions sont bonnes, j’ai le vent avec moi…je décide donc d’en mettre un bon coup pour m’approcher, et me reposer demain.

Rouleroule, rouleroule. Je trippe à voir mon ombre en danseuse dans les faux plats…je remarque d’ailleurs que je commence à ressembler pas mal à une grenouille.

Fait beau, fait chaud, j’avionne. Les pneus ronronnent sur le bitume. Que demander de plus?

Je finis par arriver vers Bayfield, que j’estime à environ 45 km du bateau (selon mon itinéraire): de quoi y être pour 13h en y allant mollo et en crevant un pneu. Donc normalement, demain à la même heure, je serai sur une autre île!

Aujourd’hui, 139 km en 6h26, soit 21.5 de moyenne. Pointe à 66.6…the number of the beast! Et le 3000ème kilomètre du voyage a été roulé.

Ah oui, j’oubliais, je suis encore installé près d’une maison abandonnée. Merci aux anciens occupants :)

Goud’naïte!

Publicités
Cet article, publié dans Français, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

15 commentaires pour Mercredi 22 Septembre 2010: Charlottetown vitevite (Cavendish > Bayfield)

  1. Ju dit :

    C’est bon ça le renard ?

  2. Cath dit :

    Bah oui, tu parles souvent de mangeaille, boustifaille, ravitaille, mais c’est LA préoccupation majeure de l’humanité depuis la nuit des temps ! alors on ne t’en voudra pas, allez.
    Ceci dit, tu peux nous décrire un peu le pays, de quoi vivent-ils là-bas ? (à part les patates et les touristes…)

  3. Poupouderlique dit :

    Tin père: Gouda-goucanada, le seul fromage d’ici que tu es sûr qu’il ne peut pas être d’ailleurs… Revenir sur ses pas comme en arrivant chez les Amaury que j’ai raté la sortie d’autoroute, aaargh, 16 dans un sens et autant dans l’autre et la migraine en plus…
    Histoires de rayons pétés qu’on en connait pas qu’un: une balade dans les Vosges avec un vélo Peugeot sorti du grenier de chez Klein… La roue arrière toute déglinguèe à Saint-Dié, pas d’outils, ouhlà, je ne vais pas rentrer à pied, un motociste exhume de son arrière boutique la seule roue de 650 disponible de tout le canton, sauvé! l’autre sur le porte-bagages et vas-y Poupouderlique appuie sur les pétales! bin oui, ils ont un petit accent en Alsace.

    • zboud dit :

      Ahah jolie histoire…mais une roue de 650?! C’était quoi ce vélo?! En quelle année?

      • Poupouderlique dit :

        Le 650 demi-ballon, la taille la plus confortable, le diamètre préféré des VRAIS cyclotouristes ! C’était un vélo basique, guidon plat, poignées plastiques anatomiques, vert bouteille (de vins d’Alsace ?) à 3 vitesses : une pour la côte, une pour le plat, une pour la descente. Basique quoi. Dans les années début 80 (1980…)
        Y avait pas les VTT à l’époque ! et j’aimais bien les chemins vosgiens, alors peut-être que la roue arrière avec ses rayons pas trop tendus, n’apprécia guère. Belle balade quand-même !

      • zboud dit :

        Comment ça  »VRAIS cyclotouristes »?!
        Ouai ça doit être cool les Vosges en vélo…

  4. christine dit :

    Salut Rémi,
    Merci pour ta carte, je suis tes aventures régulièrement, parfois avec un peu de décalage dans le temps quand je suis au travail, mais je ne loupe pas une journée.
    J’espère que le froid ne va pas arriver trop vite et que tu vas pouvoir poursuivre ta route.
    Bises

  5. Julien dit :

    On ne parle jamais trop de bouffe!
    Par contre je suis tellement conditionné à lire tes notices encyclopédiques gastronomiques que lorsque tu écris « je mange quelques raidillons », je me suis véritablement demandé à quoi ça ressemblait et quel goût ça avait, ces raidillons!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s