Jeudi 23 Septembre 2010: Trekounet, ce vieux loup de mer (Bayfield > Cap-aux-Meules)

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

Et oui, aujourd’hui, Trekounet a dévoilé tous ses talents de navigateur. On va y revenir.

Réveil un peu après 6h. Bon, faut pas trop trainer, histoire de pas rater le bateau vers les Îles de la Madeleine. Petit déj, remballage, as usual…ah non: je m’aperçois que mon pneu arrière est crevé. Il a perdu beaucoup d’air cette nuit. Pas le temps de réparer, je regonfle, et basta, ça ira pour aujourd’hui, le dégonflage semble lent. Autres détails qui tuent: la route est très peu passante (genre 4 voitures en 2 heures), et encore aujourd’hui, il vente, yeeha.

Je roule vers East Point, ma première étape du jour. Le but: avoir le certificat « tip to tip », qui dit que je suis allé de North Cape à East Point. Un truc à touristes, pour le trip.

Je suis poussé par le vent: démarrage de journée doux mais rapide. Ici aussi, il y a quelques éoliennes, mais bien moins qu’à North Cape, c’est sûr.

J’arrive assez vite au bout de l’île. Shit, tout est fermé. Le centre d’info touristique n’ouvre pas aujourd’hui: il y a eu un mort dans la communauté. Le gift shop et le café n’ouvrent qu’à 10h. Bon. Attendons.

Les gens du café arrivent. Trop drôle: la dame de North Cape a prévenu celle de East Point que j’arriverais, et mon certificat, accompagné du petit drapeau, attendent avec un petit post-it! Le trip.

Je profite de l’accès internet, remercie bien les dames, puis ne demande pas mon reste: j’ai un peu plus de 25 km le vent dans le nez à me taper avant d’arriver à Souris, d’où part le traversier.

Heureusement, je ne l’ai pas complètement dans le nez: il est plutôt de côté. Enfin la route n’est pas facile pour autant, avec toutes ces bourrasques, et quelques faux-plats à négocier. Par contre, c’est joli! Et il y a plein de terrains et maisons à vendre…avis aux amateurs!

J’arrive finalement à Souris autour de midi. Passage à l’épicerie du coin pour faire le plein de sirop d’érable (j’ai maintenant une bouteille de 540 mL), de grassucreries (gros brownie), et de pain (j’en ai deux d’avance…) et de jambon fumé (je sais pas ce qui m’a pris): j’ose pas imaginer les prix sur les îles. C’est bon, je peux aller attendre le bateau!

…ARGH! Non! J’ai oublié…le nutella!! Pfiou, heureusement que je m’en suis rendu compte: j’ai fini mon deuxième pot ce matin.

Hop, erreur corrigée, direction le terminal du bateau. Pique nique…mais pas le temps de profiter de la douche à 1$, puisque le voilà qui arrive. En fait, j’aurais eu le temps, mais bon, tant pis.

Attente devant la bouche du bateau. Jasette avec une madame sur les frontières, les US, toussa. Il y a un couple de cyclotouristes qui prend le bateau aussi. Le mec a un Trek 520 aussi, et a traversé le Canada avec!

Attache de Trekounet sur le pont des véhicules, puis exploration du bateau. Y’a pas une prise de courant nulle part…je vais pas pouvoir faire mon parasite. J’achète mon ticket pour le voyage (41.66$, envoyez vos dons! :D), puis vais faire un tour à l’extérieur. Ça y est, on part!

Finalement, je me trouve un super fauteuil, peinard dans un coin, avec une prise de courant pour pouvoir vous écrire cet article et assouvir mon manque de culture. Wouhou, on est comme dans un bateau. Il y a des sacs à vomi un peu partout, ahah. Et heureusement, Trekounet, lui, a la roue marine Il donne d’ailleurs les ordres à l’équipage depuis le pont des véhicules.

Bon, j’avoue que le roulis me remue le bide, mais pas de renard à l’horizon: je regarde au large une fois de temps en temps. J’écris quelques cartes postales…

À l’approche des îles, après environ 4 heures sur les 5 de la traversée, je quitte mon siège électrique pour aller faire un tour dehors et prendre quelques photos. Je retrouve la madame de tout à l’heure, elle aussi à l’oeuvre avec son Kodak. Re-jasette. C’est la première fois qu’elle vient ici, et c’est pour une triste occasion: une amie à elle, résidente des îles, vient de perdre son mari. Courage à elle…

Photos, photos: on arrive au soleil couchant. Puis on accoste. Redescente vers le pont véhicules, libération de Trekounet qui a délégué la commande du bateau au capitaine. Regonflage de pneu arrière…et nous voilà de retour au Québec, aux Îles de la Madeleine!

Je fais le plein d’eau au terminal du traversier. Le gars de l’accueil, un petit jeune, fait ses devoirs de maths avec une TI-83 Plus. Ah, nostalgie des cours de M. Mahboub et Meurisse…

En sortant du terminal, il fait pas mal noir…je chausse la frontale et allume mon feu clignotant arrière. Je rencontre les deux cyclotouristes du bateau, qui me demandent où je dors ce soir. Je me vois déjà les accompagner où ils vont quand ils me disent que ce soir, ils sont dans un bed and breakfast, mais que les prochains jours, ils feront eux aussi du camping parasitaire.

Sales cyclotouristes, que de la racaille qui squatte. Allez bosser, tas de hippies! :D

Je les suis un petit peu: on va dans la même direction. Premières impressions des îles: la centrale thermique, le dépôt pétrolier qui va avec, plein de voiture et de monde. Enfin, c’est plutôt la seconde impression, en fait: regardez les photos pour avoir une idée de la première.

Je quitte mes compagnons de route au bout de quelques kilomètres: une route sur la gauche me semble moins peuplée/fréquentée…allons y trouver un spot de rêve.

Gneuh, c’est dense, icitte. Des baraques partout, ou alors des terrains pas construits: du bois imputrescible…ou un truc bien trop dégagé pour être un peu discret. Bon…je continue ma recherche. Je finis par arriver à une sorte de parc le long des falaises, avec quelques buissons. Allez hop, ça fera l’affaire. Proche du ronron de quelques camions frigo, pas très loin de la rue, et surtout du chemin du parc…mais bon. Avec ce clair de lune, en plus, c’est quasi-sûr que je suis pas camouflé. En plus, une bande de jeunes m’a vu.

Whatever, je m’installe là. Opinel attitude…en espérant que la patrouille de nuit, si elle existe, ne me dérange pas. On verra!

À part ça, eh, fait pas chaud. J’ai gardé mes mitaines de vélo pour taper, même si ça change rien du tout. Mon thermomètre dit 8°C, mais il est pas super précis, je pense.

En ce jour bateau, 56.6 km roulés en 2h45, soit 20.5 de moyenne.

Demain, direction le sud.

Bonne nuit fraîche!

Publicités
Cet article, publié dans Français, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Jeudi 23 Septembre 2010: Trekounet, ce vieux loup de mer (Bayfield > Cap-aux-Meules)

  1. Guillaume dit :

    J’avoue que ca doit pas être chaud; en plein atlantique fin septembre. Tu risque de faire de belles rencontres, en plus, tu es hors saison. As tu pensé à aller à St-Pierre et Miquelon? héhé. Bonne continuité Rémigne l’aventurier!!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s