Vendredi 24 Septembre 2010: Îles de la Madeleine, partie 1 (a.k.a. Route 199) (Cap-aux-Meules > Grande-Entrée)

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

Aujourd’hui, première journée de vélo sur les deux que je vais passer ici. Et j’ai roulé…

Réveil vers 6h30. Le soleil n’est pas encore levé, wouhou! À moi le lever de soleil sur la mer: il y a une belle vue depuis le parc où je loge. Bon, c’est pas aussi « chair de poule » qu’en Gaspésie: la vue est moins dégagée, et le temps moins clair. Mais c’est joli quand même! Cf. extraits du timelapse.

Premier objectif du jour: déplacer tout mon bazar au soleil pour un séchage en règle, parce que tout est trempé de rosée. Évidemment, le pneu de Trekounet est à plat…et en bougeant l’engin, une sangle de sacoche pas fermée se prend dans la roue. Youpi.

D’ailleurs, je réalise qu’en fait, mon spot est plutôt bien dissimulé. Avis aux amateurs: la pointe de l’Échouerie est campable sauvagement.

Déjeûner diététique, comme d’hab, mais avec en plus quelques grammes de brownie, le tout sous le soleil matinal. Fait plutôt beau, mais pas chaud!

Je répare ensuite ma crevaison, pendant que le taux d’humidité de mes affaires diminue. Je peine à trouver la fuite, qui est petite…mais je finis par y arriver. Par contre, problème, je ne sais pas d’où elle vient. J’aime pas ça! Pourvu que le pneu ne soit pas encore flat demain matin…

Après maints rangements etc, je finis par décoller après 9h20. Direction l’île la plus au sud de l’archipel: l’Île du Havre-Aubert.

Je passe par le Gros Cap pour y admirer la vue. Grosse décharge d’adrénaline lorsque ma roue avant décroche complètement dans un passage sablonneux insoupçonné…même pas eu le réflexe de déclipper, j’ai tiré en même temps sur les deux pédales.  Si l’adhérence n’était pas revenue aussi vite qu’elle est partie, j’étais probablement bon pour l’hosto, vue la belle barrière en bois sur laquelle je m’apprêtais à mettre à l’épreuve la solidité de mon casque.

Bref. Je rejoins la route 199, plein sud. On est Québec icitte: les gens roulent vite et n’importe comment. Heureusement qu’il y a un accotement! Ça n’empêche pas certains motoristes de me frôler. D’ailleurs, deuxième décharge d’adrénaline: un pickup trimballe un chien exprès pour qu’il aboie dès que le véhicule double un vélo. Maudit!

Le vent n’est pas trop fort, juste suffisant pour être chiant quand il souffle de côté. Après changement de cap de la route, je l’ai un peu dans le dos…allez, profitons-en!

La route est posée sur les dunes. Il fait plutôt gris, mais c’est assez agréable quand même.

Arrivé sur l’île, je vadrouille un peu, puis pousse jusqu’à l’extrêmité sud de la route 199: le petit port de La Grave. C’est meugnon.

Passage à la poste, puis début de mon tour de cette petite île. Cette fois, ça y est, j’ai définitivement le vent dans la face.

C’est dingue comme ça agit sur l’humeur, le vent. Soudain, tout me semble chiant, et bonjour la démotivation. Je pédale nonchalamment pour remonter ce foutu courant.

Évidemment, sur la deuxième partie de la boucle, l’ambiance est différente. Mais plane quand même une odeur de déception: pour l’instant, les îles ne sont pas à la hauteur des montagnes que je m’en suis fait, et que l’on en fait. Mais c’est probablement lié à la météo, nuageuse et venteuse.

Et puis ce qui est super chiant, bien sûr, c’est qu’il faut revenir sur ses pas, et ça, je vous l’ai déjà dit, ça m’insupporte. Je suis déjà passé, ici! Pourquoi y revenir?! Bon, certes, on a quand même une autre vision dans l’autre sens. Mais bon.

D’ailleurs, petite parenthèse. Comme le disait la dame hier sur le bateau, les îles en deux jours, c’est bof, pas le temps de rencontrer les gens, etc. C’est sûr, c’est pas top. Mais je m’en fous un peu, en fait. Pour moi, le paysage en lui même est le  voyage. Ne pas voir tel ou tel truc immanquable, ne pas manger de fruits de mer dans les maritimes, ne pas discuter avec 50 locaux tous les jours, ne pas passer 3 heures à visiter tous les recoins, ne pas dormir dans tel ou tel endroit, tout ça, c’est sûr, c’est dommage, mais comme dirait l’autre, « j’m’en câlisse ».

Pour moi, rouler, c’est visiter, voir défiler les kilomètres d’horizons, sentir les odeurs de mer, de vaches, de bois, de fumée, produire de l’acide lactique dans les montées, sentir la fraîcheur dans les descentes, être ébloui par le soleil, larmoyer avec le vent, se faire déporter par une rafale, devoir pédaler fort pour semer un chien, s’enfiler une tonne de bonne bouffe (locale ou non)…c’est ça, mon voyage. Il est probablement plus « cyclo » que « touriste ». Je rate des tonnes de trucs, c’est sûr. Mais ne pas en rater, c’est aussi triste…alors pas la peine de me gonfler avec « tu fais pas ci?! », « ah bah dis donc t’as été là et pas vu ça?! »! (Personne n’est visé hein, et dîtes le moi quand même!). Je SAIS que je passe à côté…je reviendrai en roulant 20 km/jour quand je serai à la retraite.

Hum, sorry about that, parenthèse finie.

Oui donc, 199 dans l’autre sens, retour vers Cap-aux-Meules. Petite pause internet à l’accueil touristique…mais pas de sans-fil, donc j’envoie pas mes conneries!

On the road 199 again. Le vent est relativement avec moi. Un panneau indique que Grande-Entrée, le bled au bout du bout de l’archipel, est à 52 km. Il n’est pas encore 16h et le vent est avec moi…c’est jouable! Et puis c’est cool, je trace la 199 jusqu’au bout, comme ça demain je peux faire tout plein de détours et ne pas avoir l’impression de revenir sur mes pas dans la journée!

(Parce que oui, si je veux prendre le bateau dimanche matin, je dois être de retour à Cap-aux-Meules demain soir. Et pourquoi dimanche matin? Parce que y’a pas de bateau le lundi, et que ça me faiche de tourner en rond jusqu’à mardi. D’ailleurs il faut être sur le quai à 7h. Gneuih. Va falloir que j’achète un réveil…)

Donc, rouleroule sur la 199. Petit arrêt fromage à la fromagerie des îles: 17$ pour deux petits bouts ridicules, un peu de rillettes et un bout de chorizo playmobil. Gneumuhbupf.

La route n’est que loooongs bouts tout droits dans les dunes. C’est joli mais très, trèèès, monotone. Alors une seule chose à faire: pédaler, et comme dit Marcel et son Orchestre: « Baisse la tête! Baisse-la! T’auras l’air d’un coureur… »

En gros, passage sportif inintéressant, sauf pour les photos « cimetière de prototypes d’éoliennes » (paix à leur âme) et « mine de sel », entre autres.

Quelques kilomètres avant Grande-Entrée, la route change de cap: vent dans le nez jusqu’à la fin. Allez, on appuie!

Je finis par arriver au port du bled, et à ce foutu panneau « fin ». Le sportif en moi est content, le reste pense à la chanson des Betteraves « Sportifs = Crétins », et au sketch de Coluche qui dit « ohlala, c’est dur, le vélo, qu’est ce qu’il faut être con pour faire ça comme sport… »

Je bouge plus d’ici. Ça tombe bien, il y a là une sorte de bâtiment municipal, avec derrière un tout petit carré de terrain qui fera l’affaire. Je m’installe, puis Abendbrot (o.i.). Présentement, conformément aux prévisions, il pleut. 15 mm sont attendus d’ici à demain soir. Demain, on fait péter les imperméables! Ça tombe bien, il fait froid aussi…

Aujourd’hui, 139.8 km en 6h32, soit 21.3 km/h de moyenne.

Demain, retour à Cap-aux-Meules, en espérant que le vent aura tourné!

Bon*PLIC*ne *PLIC* n*PLIC*uit! (Ouah, qu’est ce que je fais bien la pluie!)

Publicités
Cet article, publié dans Français, est tagué , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Vendredi 24 Septembre 2010: Îles de la Madeleine, partie 1 (a.k.a. Route 199) (Cap-aux-Meules > Grande-Entrée)

  1. Guillaume dit :

    bonne philo de voyage; le tourisme, garde ca pour tes vieux jours!

  2. Cath dit :

    Courage pour les kilomètres dans le vent !
    Il est vrai que les arbres semblent rares sur ces îles, on imagine comment ça peut être en hiver lors d’une tourmente… Brrr…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s