Vendredi 1er Octobre 2010: grandes marées et apocalypse néo-brunswickoise (Hopewell Rocks > Sussex)

image

image

image

image

image

image

image

image

image

Encore une bien belle journée! Toujours pas d’ironie…mais comme vous allez leui voir, c’était pas le même style qu’hier!

Réveil à 6h: le mec qui m’a « autorisé » à camper m’a dit qu’il serait mieux que je parte aux environs de 8h, ce que je vais donc faire.

Tout est pas mal mouillé: il a plus cette nuit, par intermittence. Gros déjeûner, habituels remballage et lubrifications, puis ramassage de mes affaires qui chargent. En déjeûnant, je vois le soleil se lever à travers les arbres. Dommage que la visité soit mauvaise, ça a l’air joli!

Je me mords un peu les doigts en repassant sur le site des rochers où je suis allé hier: la marée est maintenant assez basse pour marcher aux pieds des falaises, et j’aurais probablement pu shooter le lever de soleil avec descente de marée. Tant pis! Je me console en faisant un petit tour à pieds aux pieds.

Après une super remontée dans du graviers, je prends la route en direction d’Alma. Il fait super gris, mais super doux. J’ai droit à de jolies vues sur la baie de Fundy, surtout lorsque des rayons de soleil percent les nuages pour éclairer la mer!

Il tombe de drôles d’averses. Sec pendant plusieurs minutes, puis 30 secondes de douche gentille et même pas froide, puis re-sec. Trop bizarre!

Inutile de préciser que les imperméables restent sur le porte-bagages. Si je les mets, je suis plus mouillé que si je les mets pas, par cette chaleur et cette humidité.

Le vent est un peu méchant, mais supportable. Malgré ces conditions pas terribles, je trippe bien: c’est quand même joli, il fait chaud. Et surtout, y’a quelques montées!

En haut d’une d’entre elles, un monospace est arrêté: les français de la veille! D’ailleurs, j’ai oublié, la mère de la dame est de Saint Quentin. Picardie, centre du monde.

On jase un peu, partage quelques biscuits et fait tinter ma sonnette pour l’éveil de M., petite bébée de un an, puis reprend la route.

Ah tiens…le Cap Enragé, à 6.5 km à gauche! Allons y voir…gniha, ça grimpe! Paye tes murs à 18%. Rythme grand-maman en marche, hophop.

Arrivé au bout, ça vaut le coup: la vue est plutôt pas dégueu. Et il y a là le plus vieux phare des Maritimes, de 1848, d’après un des quatre retraités allemands que je rencontre là. Un des papés parle un peu français et a vécu en France, on discute en franglais, c’est rigolo.

Un des couples est cyclotouriste! Mais pas sur ce coup là: ils sont avec un gros pickup. La dame me dit qu’elle est jalouse, huhu :)

Je me fais prendre en photo sans relâche, une vraie star. On discute de trucs divers, puis nos chemins se séparent. Eux repartent en pickup pendant que je photographie les lieux.

Je me retape ensuite la route dans l’autre sens…les collines sont toujours là!

D’ailleurs, à partir de maintenant, plus trop de petites montées, mais de plus en plus de vraies côtes. La météo se dégrade elle aussi, avec des averses de plus en plus intenses, longues et fréquentes.

Je finis par arriver à Alma, pas mal mouillé. Ravitaillement à la boulangerie: 12 cookies au beurre de peanut et pépites de choc (oui oui 12, la boulangère m’a demandé confirmation), un double aux dattes, 6 muffins en promo, un « pain brun », un pain aux raisins. Je pense être un bon client.

Pique-nique à l’abri à Alma, petite photo sur le pont d’Alma…puis les choses sérieuses peuvent commencer. J’entre maintenant dans le parc de Fundy. Je demande à la dame de la guérite d’entrée si je dois payer pour traverser le parc…ouf, non…mais sa réponse comporte quelques éléments de rire narquois. Je comprends vite pourquoi.

Ça grimpe! Dès les 4 premiers kilomètres de la route au sein du parc, on monte d’environ 300 m d’altitude, selon mon cyclomètre. Un peu plus de 2 Camilien Houde à la suite. Yeeha!

Petit arrêt à l’accueil du parc pour prendre un peu d’eau et demander quand part le ferry entre St John et Digby…tous les jours à midi, et certains jours à 23h, pour 3h de traversée. 23h, on n’a pas idée!

Bref, je continue mon chemin. De belles côtes, sous la pluie néo-brunswickoise…toujours sans imperméables, fait trop chaud. Je suis donc de plus en plus mouillé, mais au moins j’ai de l’air dans les montées!

Le brouillard est maintenant de la partie. Les couleurs automnales sont aussi de plus en plus appréciables. Le vent est de plus en plus méchant, mais pas froid, voire même parfois chaud!

Je suis mouillé, je lutte…mais j’ai chaud. Je n’échangerais ma place pour rien au monde! À ce propos, pas mal de gens me souhaitent bon courage. Merci, c’est gentil…mais si j’avais besoin de courage, ce serait bien triste! Mon voyage n’est pas une épreuve: je m’amuse! :)

Quelques kilomètres après la sortie du parc de Fundy, la route sort du bois et est de plus en plus fréquentée. Bonjour les douches gratuites à chaque croisement/dépassement par un camion.

Ah oui, précision importante: la météo se dégrade encore. Le vent est maintenant méchant, et il pleut continument. Dans les descentes, les gouttes me fouettent! J’en fais quelques unes les yeux fermés avant de sortir mes lunettes de soleil…qui m’apporteront, malgré la faible luminosité, un confort certain.

Je suis maintenant trempé de la tête aux pieds. Encore une grosse vingtaine de kilomètres jusque Sussex, mon objectif du jour. J’espère y trouver un hôte Warmshowers.

Une grosse heure de lutte contre les éléments et la circulation plus tard, je m’abrite pour chercher les coordonnées d’un éventuel hôte…hum, y’en a pas. Bon. On va se démerder!

À l’entrée de Sussex, marché fermier…je m’achète quelques légumes. Et me vois offrir saucisson et jambon fumé de sanglier par un producteur local, immigré hollandais parlant quelques mots de français. Un vrai F.B. de la charcuterie…MERCI!

La fermière m’a conseillé d’aller demander aux écuries si je pouvais pas camper là bas…j’y roule! Une demi-heure pour trouver le manager…il appelle son boss: pas possible. Pas bien compris pourquoi…

Je continue ma quête sous le temps relativement apocalyptique, et arrive à un truc super-apocalyptique: un centre commercial désaffecté à vendre. Et là, un coin super abrité. Bon, ça pue, c’est crade, c’est pas très sécure. Mais il pleut pas, et il y a pas de vent: ça me va!

Quand je nettoie un peu le coin, une madame arrive pour promener ses trois petits chiens. Elle me confirme que je gênerai personne ici…et a l’air impressionnée par le fait que je sois français, et par ma ride du jour dans ces conditions.

17.1 de moyenne sur 128.5 km, soit 7h29 sur la selle. Temporellement la plus longue étape depuis le début du voyage. Notons aussi les 1548 m de dénivelé (troisième au palmarès) et la pointe à 68.4 les yeux fermés.

Une Newfie joke pour se sécher! Deux Newfies construisent une maison. Un d’eux jette un clou sur deux après l’avoir pris dans la boite. Son pote lui demande ce qui ne va pas, il répondit qu’un clou sur deux qu’il prend a la tête du mauvais côté. Son pote dit alors « bah ne les jette pas, on peut toujours les utiliser de l’autre côté du mur! »

:)

Demain, direction St John! Et 4000ème kilomètre de voyage…

Bonne nuit qui sent le pipi à l’abri!

Publicités
Cet article, publié dans Français, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Vendredi 1er Octobre 2010: grandes marées et apocalypse néo-brunswickoise (Hopewell Rocks > Sussex)

  1. Ju dit :

    Je te souhaite bon courage parce que je me dis qu’il m’en faudrait bcp pour faire la même chose. Mais si « Monsieur » n’est même pas content hein, qu’il aille se faire cuire un oeuf…Ah non c’est vrai, les tiens tu les aimes pas cuits (cf à un ancien article…). Non sérieux, amuse toi bien sous la pluie alors !

  2. Hello Remi,

    Thanks for the compliments of our wild boar meat.
    Also thanks for the card you sended.
    Bon journee.

    Rinie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s