Samedi 23 Octobre 2010: Halifax, me voilà! (East Ship Harbour > Halifax)

Et oui, ça y est, je suis à Halifax, dans ce que je pourrais appeler la maison du bonheur! Et je squatte un ordinateur…c’est depuis un clavier que je vous écris…quel pied! Bon, j’avoue avoir du mal avec Mac OS…mais c’est rien. MERCI C.!

Réveil un peu après 7h. Rha, le vent ne semble pas avoir pris de repos pendant la nuit. Et en plus, il fait pas chaud…Niveau conditions météo, pour cette « dernière » journée sérieuse de vélo avant un autre continent, on aurait pu rêver mieux…mais pire, aussi. En gros, c’est comme hier, mais avec moins de soleil, et trois degrés de moins. Brrr, le vent commence à être dérangeant.

Je déjeûne et remballe. Petite lubrification, petite séance de méthode Coué « OK, il fait pas froid », et on the road again!

Ça commence assez méchant, par une partie à découvert. Pfiou, on peut rêver mieux comme échauffement. Que la bataille commence! Le premier à Halifax a gagné…eh Éole, t’as perdu d’avance: tu vas pas dans le bon sens.

Je lutte vaillamment, mais n’avance pas des masses. J’atteins quand même Musquodoboit Harbour, à 35 kilomètres de là, vers 11h. Au programme: séance internet à la bibliothèque, et ravitaillement en pain.

Ah, j’oubliais un truc assez primordial. Je roule sur la Highway 7. Plus je m’approche d’Halifax, plus elle est fréquentée. Un tas de chauffards, j’ai parfois l’impression d’être de retour en Gaspésie (rappelez vous, Rivière-au-Renard). Plein d’abrutis ralentissent à peine, et font à peine un écart en me doublant. J’ai même le droit à mon premier doigt d’honneur du voyage! Qu’on me dise plus que les gens ne conduisent mal qu’au Québec.

Dans ces conditions, vent et chauffards, l’envie de tourner à gauche sur la « petite » route 207 est de plus en plus pressante. Je finis par enfin arriver au fameux carrefour, enfin!

Entretemps, bizarrement, mon dérailleur avant a bougé…la chaîne a dû l’accrocher, je sais pas, mais il est maintenant trop bas et désaxé, bref, je suis bloqué sur le second plateau. Bon, on réparera ça en digérant.

À un moment, je m’arrête pour une raison quelconque, et en voulant repartir…argh, plus moyen! La roue libre est telle que la roue est VRAIMENT libre, c’est à dire, complètement désolidarisée de la transmission. Misère. Je me vois déjà faire du stop quand, à force de coups de pédales forcenés, elle se rebloque. Ouf! On the road -crack-beng-crouic- again.

Ça fait d’ailleurs un peu plus de cinquante kilomètres que je roule, je profite d’un coin abrité du vent par une grosse église pour pique-niquer, puis régler mon dérailleur avant. Quasi-gamelle suite à un non-blocage de la roue libre, et me voilà reparti.

La route 207 est plus agréable: elle longe la mer, j’ai eu droit à un tout petit passage avec le vent dans le dos, et quelques kilomètres avec peu de trafic. Mais elle redevient vite aussi insupportable que sa grande soeur. J’ai hâte d’arriver, surtout quand un abruti passe à 10 cm de mes sacoches. Je lui gueule dessus et le vois se retourner pour regarder son rétro.

Plus loin à un feu rouge (je suis maintenant arrivé à Dartmouth, ville collée à Halifax), je lui lance maints regards noirs, sans pour autant aller lui parler: pas envie de finir dans les faits divers de rage au volant. Il me lance un regard coupable mais ne bronche pas. Dommage, j’avais pas mon arbalète sur moi.

Je traverse Dartmouth, qui semble être par endroits un joli petit bled, puis je trouve le pont pour Halifax. Évidemment la voie vélos est fermée…me voilà en train de squatter le trottoir des piétons. Même si il est large est bien protégé, j’ai horreur de devoir zigzaguer entre les bipèdes.

Ça y est, je suis de l’autre côté, me voilà à Halifax!

De ce que j’ai vu, c’est une jolie ville. Pfiou, par contre, quelle colline, paye tes raidillons à 11%. Direction l’office de tourisme. Je demande la liste des vélocistes…il y en a plusieurs, alleluia! J’en profite aussi pour leur demander si j’ai une chance de trouver un bateau pour traverser l’Atlantique…le mec me dit que des compagnies offraient des traversées pour les passagers auparavant, mais que c’est plus d’actualité. Pas grave, je vais tenter de me débrouiller.

Direction mon magasin préféré…pardon à Altitude, mais Mountain Equipment Coop, ça envoie le pâté. Enfin, pas trop cette fois: je demande à une vendeuse l’atelier vélo…pas de mécanicien à cette heure ci, et ma pièce n’est pas là non plus. Par contre, elle m’indique comment aller au prochain bike shop, Idealbikes.

J’y suis assez vite…supercool les mecs, des riders de VTT trial et autres BMX. Il n’a pas la pièce, mais appelle un autre vélociste, qui me la réserve. Hop, on y va…en faisant vivre ses derniers tours de roue à ma roue libre de plus en plus agonisante.

Je regarde plusieurs fois la carte, mais c’est pas sorcier, et j’y arrive juste à l’heure de la fermeture. Ouf! Me voilà maintenant possesseur d’une roue libre neuve, que je pourrai normalement installer moi-même. On tentera ça demain.

Allez, je vais rejoindre maintenant mes colocataires temporaires! C’est tout près, allons-y. Salut, C.! Salut, M.! Salut, A.! Eh mais…hein?! A.! La fille qui m’a renseigné chez MEC! Elle habite ici! Mort de rire, c’est dingue ça. Jasette jasette, oui je veux bien une bière, MERCI!

Maintenant tout le monde est parti loin de la maison pour diverses occupations, me voilà en train de geeker, alors que ma lessive sèche. Il commence aussi à faire faim.

Ici se termine la partie estivalo-automnalo-canadienne de mon voyage. Au programme des prochains jours: visiter un peu Halifax et y boire des bières avec C., M. et A. demain, aller mendier un lift jusqu’en Europe aux différents quais dès lundi, et trouver le meilleur vol si l’activité précédente est infructueuse. Si vous voulez m’aider, d’ailleurs, n’hésitez pas…

Malheureusement, je ne sais pas si ce blog sera très actif dans les prochains jours. Pas d’étape quotidienne…donc que raconter? J’écrirai probablement un petit bilan de mes activités Halifaxiennes avant mon départ. Sinon, dîtes moi quoi faire!

Ah, j’allais oublier les stats du jour: 97 km en 5h19, soit une moyenne de 18.2 km/h.

Sur ce, à la bouffe, à la douche, etc!

Publicités
Cet article, publié dans Français, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Samedi 23 Octobre 2010: Halifax, me voilà! (East Ship Harbour > Halifax)

  1. Cath dit :

    Crédié! Tu n’as pas pris au plus court pour y arriver mais tu y es! Pas mal le dernier suspense mécanique avec la roue libre qui t’aurait rendue moins libre… J’ai bien une petite histoire de clavette mais elle fait pas le poids. Et déja une preuve que le monde est petit là-bas aussi entre le magasin de vèlo et tes logeurs, donc partout… Réglage de le thermorégulation, tu n’es plus dehors: le contraste! Pompe pas sur les boutons de la cuisinière, c’est pas ton réchaud! Dors des deux yeux, pas d’ours, de chien, de carcajou, de caribou, de hibou, de malotrou qui en voudraient à tes provisions ou tes oreilles! Retour à la ville qu’on dirait survolée au vu des photos du maudit pont.
    Halifax, c’est une ville où on a pu s’éclater d’une bien pétante manière début vingtième..
    A bientôt pour la suite… On the boat again!

  2. JeanMi dit :

    Eh ! Faites nous en profiter, c’est quoi cette histoire du truc de l’explosion ? Décidément ce blog, du suspense, du suspense….

    • zboud dit :

      J’essaye, mais définitivement, être à pieds, c’est…chiant et peu pratique la plupart du temps! Surtout quand on marche avec des chaussures de vélo.

      L’explosion, en gros, en je sais plus quelle année, un navire français bourré d’explosifs a pété dans le port d’Halifax…2000 morts!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s