Dimanche 24 Octobre 2010: Halifax à pieds

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

Bon, c’est pas parce que je roule pas que je vais pas vous écrire chaque jour…ou essayer. Je n’ai pas beaucoup de temps dans ma folle vie halifaxienne, faisons efficace!

Je me réveille trop tôt pour un dimanche, et commence donc par lire deux tomes de Aldebaran, une bédé qu’elle est bien. Avant de déjeûner, ravitaillement en sirop d’érable…et après, tentative de démontage de roue libre. On m’a dit que j’avais juste besoin d’une clé allen…

…seulement, c’est après s’être tapé le démontage de la cassette et des roulements! Sans clés à cônes, j’ai pu démonter. Mais mes clés allen sont trop petites pour changer la pièce défectueuse, et je ne peux donc rien changer ni remonter. Trekounet restera donc immobile aujourd’hui. C’est d’autant plus triste qu’il fait un temps magnifique!

Je m’emporte un pique-nique et m’en vais donc à pieds à l’assaut de la citadelle d’Halifax. Un petit tour des remparts, et je mange près d’un canon. S’en vient ensuite une visite bien sympathique et instructive, cool! Cerise sur le gâteau marrante: pour annoncer la visite, le guide va au milieu de la cour et gueule (en gros) « une visite en anglais part dans deux minutes! »…trop fort!

Je me balade ensuite dans le centre-ville et sur les quais. Re-passage par l’office de tourisme: pas possible d’aller à vélo à l’aéroport sans se taper plusieurs kilomètres d’autoroute. Le pied…raison de plus pour trouver un bateau!!

Je passe par un super magasin de bouffe qui vend plein de bons trucs, évidemment je craque…et sur le chemin du retour à la maison, je ramasse quelques cartons, et achète un gros marqueur, pour fabriquer mes pancartes « je cherche un bateau pour l’Europe, pouvez vous m’aider? ».

Retour maison, fabrication de pancartes, puis je repars pour un petit tour du côté de l’université Dalhousie. Cool, à pieds, on peut rentrer dans les bâtiments…enfin, c’est limité comme avantage, vivement demain que Trekounet revive.

Me voilà enfin à écrire cet article. Après manger, on va picoler au Lower Deck, qui semble être une vraie expérience!

Demain, je file chez le vélociste à 9h, puis fais la tournée des quais, ou essayer…

Bonne soirée!

Publicités
Cet article, publié dans Français, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

12 commentaires pour Dimanche 24 Octobre 2010: Halifax à pieds

  1. Ju dit :

    J’ai une question vraiment con que je me pose depuis un moment…c’est quoi la roue libre ???

    • zboud dit :

      Bonne question! C’est cet organe du vélo qui fait que quand tu pédales, ça entraîne la roue (normalement!) mais que la roue n’entraine pas les pédales quand tu arrêtes de pédaler. Je sais pas si c’est clair…

  2. Arnaud dit :

    Bricole-nous un trékounet-pédalo :)

  3. Cath dit :

    Ah mrd! je croyais que le remorqueur à casquette n’attendait que toi! Tu marches dans quelles chaussures? Trés bien les cartons d’invitation. Tu les placardes? Avec de la pâte à chewing sur les coques des bateaux? Tu les distribues? Tu les jettes dans le port? Tu mets un appât et les mouettes l’emmènent un peu plus loin? Tu fais un cerf-volant avec l’annonce lisible? Un poncho-panneau façon homme-sandwich? Un drapeau? Ou tu t’assois à la porte de la capitainerie comme un Rom… Bref, ça va se savoir qu’un maudit Français (mais on doit pas les nommer comme ça là-bas) veut traverser…
    C’est un gros port?

    • zboud dit :

      Ahah! Je marche avec mes chaussures de vélo…l’horreur. Je sais pas si c’est un gros port…je vais me balader dans la ville et poireauter devant les terminaux avec mes pancartes dès demain.

  4. bouderlique dit :

    On est content de ton arrivée à Halifax et que tu dormes au chaud. Il y a un monument qui a été érigé pour la catastrophe de 1916 (un bateau chargé d’explosifs qui se rendait en Europe)( info sur google).
    Bonne chance pour la péche aux bateaux…

  5. Julien dit :

    Go le cycliste!
    Surtout, ne laisse pas ton Trekounet derrière. J’ai retrouvé mon Bucéphale après 5 ans de séparation. On ne se quitte plus d’une pédale, désormais.
    Bonne chance avec les bateaux, fais-moi signe quand tu mettras le pied « on the other side of the pond », comme ils disent en anglais.

    Julien

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s