Lundi 25 Octobre 2010: Halifax à pieds…encore!

image

image

image

image

image

image

image

Ouai, quelle misère, d’être piéton!

Après un réveil relativement difficile (courte nuit et quelques bières…), un bon petit déj, et j’emporte ma roue arrière en pièces détachées chez Cyclesmith, le vélociste. J’espérais un remontage immédiat…mais ils ont du boulot. Me voilà donc encore à pieds pour la journée!

Puisqu’il n’y a pas de téléphone à la maison, je profite d’une cabine téléphonique pour appeler les compagnies aériennes ayant des liaisons directes entre Halifax et l’Europe…bilan (écrit surtout pour moi même, n’hésitez pas à zapper!):
-Air Canada: AS Halifax-Londres hors de prix, AR Halifax-Londres-Halifax 1026$, Halifax-Londres-Paris-Montréal: 1114$. Supplément de 50$ pour Trekounet, et 50 autres pour le second bagage vers Londres.
-Air Transat: plus de liaison directe cette saison.
-Condor: AS Halifax-Frankfurt 815USD+52USD pour Trekounet. Trop cher a priori…
-Corsair: Halifax-Montréal-Paris-Montréal: 947$+50$ pour Trekounet. 2 fois 23 kg.

En gros, c’est un peu la merde, pas de liaison directe.

Je rentre à la maison la mort dans l’âme. Objectif: déterminer mon itinéraire du jour. Je passe aussi un peu de temps à chercher des billets d’avion. Si je veux un trajet direct, c’est plutôt limité, et relativement cher. Donc…il est probable qu’une escale soit au programme. En plus de ce qui est noté ci-dessus, retenir la possibilité Halifax-Madrid, ou un multi-destinations Halifax-Madrid-Paris-Vancouver.

Ouai je sais, ça part dans tous les sens. Au secours!

Je pars ensuite, accompagné d’un petit pique-nique, vers le port. Objectif: Halifax Port Authority, histoire d’avoir quelques infos. Je sors de là avec les numéros de téléphone des deux principaux terminaux: le Port Authority n’a pas la liste des bateaux entrants et sortants, apparemment.

Sur le chemin, je passe un temps fou au téléphone avec Koodo, la compagnie de téléphonie que j’utilise. Apparemment, mon option « SMS illimités » ne fonctionnera pas en Europe. Shit.

Direction un des deux terminaux indiqués par le Port Authority, nommé Halterm. Sur le chemin, je tombe sur une sorte de petit magasin-lieu commun destiné aux équipages. La grosse madame édentée de l’accueil est pas très cool, et me conseille, sinon d’aller voir ailleurs, de contacter directement les compagnies qui affrettent les bâteaux.

Juste un peu plus loin, l’une d’entre elles, Zim, a des bureaux! J’y rentre. Je suis un peu pris pour un fou, mais la madame me dit que la compagnie, israélienne, ne peut embaucher au Canada, et ne prend pas de passagers, pas envie d’avoir des emmerdes. Elle me conseille de tenter ma chance auprès des compagnies de croisières.

J’avance, en ayant de plus en plus mal aux pieds, jusqu’à l’entrée du terminal Halterm. Je tombe sur un mec de la sécurité, moitié homme, moitié monstre, apparemment ravagé par l’alcool. Je lui explique mon cas/demande s’il y a,quelque part, une sorte de planning des bateaux entrants et sortants. Il me répond que non et qu’il faut que je contacte les compagnies qui gèrent les bateaux.

Je continue ma marche, et reviens vers le centre-ville. Je vends quelques orteils pour me payer chaussettes et gants d’hiver chez MEC. Presque 5h, il est temps de retourner voir si ma roue est réparée! Quelques kilomètres de marche et 23$ plus tard, j’ai ma chère roue arrière, prête à reprendre le service, entre les mains.

Hop, je rentre à la maison, enlève enfin mes chaussures, jase un peu avec A., puis remets Trekounet en état. Ah, ça fait du bien de savoir qu’il peut rouler à nouveau! Il fait sombre, on essayera demain. Je raccroche les sacoches et adapte ma super pancarte. Ça y est, on peut tourner dans Halifax à la recherche du bateau salvateur!

Voilà, en somme, une journée passionnante, espérons que demain sera plus fructueux.

Bonne soirée les amis!

Publicités
Cet article, publié dans Français, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour Lundi 25 Octobre 2010: Halifax à pieds…encore!

  1. bouderlique dit :

    je suppose que tu as déjà consulté des sites sur internet. Celui du Routard indique que le cargo revient plus cher que l’avion (100€/j) avec des durées et arrivées aléatoires. Celui de la marine marchande française donnait deux traversées au départ de Montréal.
    Pas évident.
    Et pourquoi pas retourner à Montréal et retour par avion?
    A plus.

  2. Cath dit :

    Bah on te fait confiance, tu vas finir par trouver une solution !

  3. Cath dit :

    Fonch! Plus moyen d’aborder les bateaux directement dans les ports (bien qu’ils ne puissent être pas beaucoup être ailleurs…); dans les ports modernes, donc, comme à Anvers où c’est une zone industrielle structurée, grillagée, éclairée, sécurisée, gardiénnée, cerbèrisée, tu peux courir pour avoir des tuyaux ou marcher au bord du quai… « oh captain! Vous allez où? vous pouvez me prendre? -Non, pas possible! On a 5000 containers, on a plus de place pour ton vélo… »
    Tu trouves un radeau de survie pas trop pourri, le vent te pousse un peu au large( à la sortie du port…) tu as repéré un bateau pour l’Europe qui va te choper, une petite fusée rouge et hop…
    Oui, oui, il faut prendre le vélo svp… merci, vous me sauvez. non, non, ne faites pas demi tour…
    Et un camion qui repart vers Montréal?

  4. Juan Altitude dit :

    Oh, ça serait trop cool que tu puisses trouver un navire!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s