Mercredi 1er Décembre 2010: uno giorno di merda (Marina di Carrara > Montopoli in Val d’Arno)

image

image

image

image

image

image

image

Faut que j’arrête avec l’italien dans les titres. Et que j’arrête de camper dans des bleds aux noms à rallonge, aussi.

Heureusement que j’ai campé sous abri cette nuit. Parce que dis donc, des fois, la pluie faisait pas mal de bruit. Quand je me réveille, un peu après 6h, rha, il pleut encore. Je tente le même coup que la dernière fois et redors…mais quand je me re-réveille, il pleut toujours. Bon, allez, on se bouge quand même.

Miracle: quand je prends la route, la pluie a cessé! Enfin, maintenant, il ne pleut plus que quelques petites gouttes. À choisir, c’est toujours mieux qu’une bonne grosse drache.

Je continue ma traversée de la plus longue station balnéaire du monde. Une loooongue route, interminable même. À droite, les bagni-restaurante-bar, tous fermés bien sûr, et à gauche, des tas d’hôtels, pareil, fermés pour la plupart.

Un truc en particulier est responsable de la chienlit de cette journée. La pluie, c’est une chose. Mais trouver un réseau wifi potable ici, ptin, c’est pire que toutes les pires conditions météo rassemblées, quoi. À plusieurs reprises, lorsque j’étais en centre-ville, devant des bars, hôtels, offices de tourisme, commerces divers, j’ai cherché un réseau. Quand je réussissais à me connecter, ça plantait au bout de deux minutes, pour cause de signal faible. D’où le fait que mon blog n’est plus mis à jour aussi souvent (si vous êtes pas content, payez moi un accès 3G!)…et d’où mon état d’exaspération de ce soir. En vrai, j’ai dû perdre au moins 2h à ça, sans compter les précieuses minutes d’autonomie de batterie.

Bon, fini de râler. Après la station balnéaire d’une année-lumière de long, je me retrouve dans une sorte de forêt. Dans un premier temps agréable, puis en voulant éviter la grosse route, je me suis retrouvé sur de la gravel boueuse, puis à devoir traverser la voie ferrée: yeeha. Voilà ce qui arrive quand on n’a pas de carte!

Dans la banlieue de Pise, je corrige l’erreur, en engraissant du même coup Édouard Leclerc. J’en profite aussi pour me ravitailler, entre autres en dattes et beans.

J’entre ensuite dans Pise. C’est bien joli, malgré ce temps pourri. Mais j’avoue que je m’attendais quand même à un peu plus impressionnant, elle est pas très haute, cette tour! Par contre, ce qui me surprend un peu, c’est sa couleur: je m’attendais à un truc bien dégueulasse, mais non, c’est tout clean!

Je ne m’attarde pas plus que ça, c’est joli, certes, mais j’ai envie de poursuivre un peu mon chemin avant ma pause-bouffe. Je continue donc, puis m’arrête quelques kilomètres plus loin, sous de sympathiques arcades désertes.

Je reprends la route avec comme unique et seul but de trouver un réseau pour vous envoyer mes conneries…eh bin, caramba, complètement raté! Pourtant, j’en ai trouvé, c’est juste que ça a foiré à chaque fois.

Sinon, je me suis pas mal planté de chemin, sur des routes fréquentées, sous la pluie. Bref, j’ai connu meilleure journée.

Pour ce soir, je voulais me trouver un camping, ou un hôtel qui accepte que je campe pour pas cher dans le jardin, que je prenne une douche et recharge les batteries de mes appareils, mais j’ai pas trouvé. Donc je tape cet article plus vite que mon ombre, en espérant que la batterie tienne le coup, ce qui semble être pour l’instant le cas.

Donc finalement, me voilà installé au milieu des oliviers, sur une terrasse de cultures en terrasse, après avoir grimpé la petite côte à 10% (selon le panneau, 17 selon mon inclinomètre) qui menait ici.

Aujourd’hui, roulé 4h44 et 96 km, soit 20.3 de moyenne.

Demain, passage par Firenze, puis direction Siena, puis retour sur la côte. Et obligation de trouver une prise électrique le soir!

Bonne nuit!

Publicités
Cet article, publié dans Français, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Mercredi 1er Décembre 2010: uno giorno di merda (Marina di Carrara > Montopoli in Val d’Arno)

  1. Cath dit :

    Pise, ah Pise !, la seule tour où on a l’impression de descendre en montant l’escalier !
    Quand même , tu aurais pu mettre la photo droite.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s