Dimanche 5 Décembre 2010: Lazio, me voilà! (Capalbio > Santa Marinella)

image

image

image

image

image

image

image

image

image

Et oui, aujourd’hui, j’ai dit aurevoir à la Toscane! La fin a été assez…épique.

Brrr, il fait bien frais quand je me réveille. La condensation à l’intérieur d’Hubba est complètement gelée! D’ailleurs, à l’extérieur, tout est couvert de givre. Je me couvre bien pour remballer…le thermomètre de mon cyclomètre dit -2°C. Il a dû faire bien frais cette nuit!

Quelle misère, remballer quand il gèle! Avec les gros gants, je n’ai plus aucune dextérité, tous les gestes sont plus compliqués. Grosse frayeur quand je veux déverrouiller mon antivol: impossible de tourner la clé jusqu’au bout. Misère! J’hésite à la jouer « Les Bronzés font du ski », mais finalement, à force de souffle chaud et de tentatives patientes, ce foutu cadenas s’ouvre.

Je tape Hubba tel un vieux tapis pour la débarasser de toute sa glace, mais ça colle…et même si le soleil est bel et bien levé, il gèle toujours: le ciel est couvert d’une sale grisaille, qui ne bougera pas de la journée. Déprimant, à vrai dire, quand je pense qu’en me lavant les dents hier soir, je voyais toutes les étoiles possibles.

Désespoir total en voulant partir: le cyclomètre reste sur 0 km/h. J’ai beau essayer de le réchauffer, vérifier le bon alignement du capteur, rien n’y fait. Je pars la mort dans l’âme en comptant les tours de roue à la main. Heureusement, 5087 tours de roue plus tard, ça remarche. Ouf! Y’aura juste à ajouter 11 km au total.

Je pensais dans un premier temps longer la côte par la SS1, qui est à cet endroit en 2×2 voies. Misère, mais c’est la seule route disponible! Regardez la carte, dans ce coin, la Toscane est un vrai désert. Les maisons/villas/fermes sont clairsemées et reliées par des chemins de brousse.

Mais je me suis dit que c’était quand même une mauvaise idée, malgré le peu de trafic en ce dimanche matin. Alors j’ai tenté le coup, empruntant un chemin de terre que j’avais repéré sur la carte…

…Mauvaise idée! Je me suis retrouvé dans des chemins pas possibles, pentus à fond, boueux, j’ai dû pousser sur des kilomètres. Et finalement, j’ai pas trouvé le chemin qu’il fallait! Enfin, côté positif de la chose: j’ai traversé un troupeau de moutons, ça c’était bien rigolo. Malheureusement, pendant cette épopée, j’étais trop occupé à me tirer d’affaire pour prendre des photos.

Me voilà donc bon pour 15 km de double-voie sans accotement, heureusement limitée à 90. (Bien que pour la plupart des motoristes italiens, ça change pas grand chose!)

Je sors vivant au premier bled, où je me fais une pause-bouffe un peu plus tôt que d’habitude. Ce mix d’extrêmes « pérégrinations campagnardes » vs. « sprint le vent dans le nez sur une grosse route » m’a vidé de toute l’énergie de mon petit déj et du riz au thon de la veille.

Ah oui tiens d’ailleurs, à propos de petit déj, vous vous demandez certainement comment ça se fait que je n’aie pas râlé sur le nutella gelé. Eh bien tout simplement parce que j’ai trouvé la parade: dormir avec! Le problème, c’est que ça le rend un peu trop liquide quand on le prend dans les bras, et qu’il reste solide lorsqu’il est aux pieds…technique à peaufiner.

Je me dirige ensuite vers Tarquinia, cette fois en faisant un détour pour éviter la SS1. J’emprunte une des routes les plus pourries que j’aie jamais vu en Europe, pourtant fréquentée. Dans un premier temps pas super, on se croirait en Picardie centrale, mais en pire: pas grand chose à voir, si ce n’est les centrales au charbon à l’horizon. Mais après, vraiment sympa, dans les bois et en compagnie de vaches de fous, avec des cornes qui doivent faire mal.

À Tarquinia, allah-loue-ya, je trouve une carte de la région Lazio dans un petit kiosque à journaux ouvert. Bon, pas toptop comme carte, et chère, mais ça suffira. Petit tour dans la petite ville plutôt déserte en ce dimanche, puis je roule vers Civitavecchia en empruntant une route plutôt sympathique, pas trop loin de la mer, bordée d’arbres, bref, cool.

Par contre, l’arrivée à Civitavecchia n’est pas des plus champêtres, entre les centrales au charbon, le port, le chemin de fer, les friches industrielles et la prison…peut mieux faire!

Il commence à se faire relativement tard, mais je continue encore un peu. Je peux maintenant longer la côte par la SS1, qui est maintenant en simple route, dans une zone cotière dense, un peu moins bétonnée que la Côte d’Azur, mais pas mal quand même. À Santa Marinella, je me goinfre du chocolat parce que, comme diraient Les Sheriff, « on commence à voir des étoiles, on a la dalle! Quand est-ce qu’on mange?! »

Quelques kilomètres plus tard, je me trouve enfin un bon spot, alors que je cherchais depuis un petit moment…un hôtel bien entendu fermé, avec une barrière franchissable, et dans le jardin, un petit patio, sec alors que tout le reste est noyé. Le tout à l’abri des regards, et puis on voit la mer.

On entend d’ailleurs le bruit des vagues. Et des autos, aussi, bon. Et des trains, aussi, BON.

Ce jour, 118 km en 6h05, soit 19.3 de moyenne.

Demain, Roma!

Bonne soirée au niveau de la mer!

Publicités
Cet article, publié dans Français, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Dimanche 5 Décembre 2010: Lazio, me voilà! (Capalbio > Santa Marinella)

  1. bouderlique dit :

    Salut Rémi. Tu as enfin trouvé un endroit pour te connecter. Ca fait plaisir d’avoir de tes nouvelles et de voir tes belles photos de beaux paysages. On espére que tu vas trouver un hébergement au chaud et que le passage par Rome se fera sans probléme. Les canadiens de Saint-Quentin ont donné un cadeau pour toi: une bouteille de sirop d’érable et un gros pot bien lourd de beurre de cacacuhuétes ( vu le poids on comprend que tu étais chargé avec cet aliment).
    A bientôt.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s