Samedi 4 Décembre 2010: la belle Toscane (Casciano > Capalbio)

image

image

image

image

image

image

image

image

image

Une bien jolie journée, pas trop de pluie, des jolis coins, des kilomètres, des détours…

Il a plu/neigé à peu près toute la nuit. Plutôt que de me réveiller quand il se met à pleuvoir, je me réveillais lorsque la pluie s’arrêtait! Ah, quel pied.

Vrai réveil à 6h15. Fait frais! Il gèle pas, mais je m’habille bien quand même…et il ne pleut pas, wouhou! Quand je mets le nez dehors, le beau paysage que je pensais admirer au soleil levant est remplacé par une épaisse brume. Comme on est à quelques centaines de mètres d’altitude, il fallait s’y attendre!

Déjeûner et remballage trempé au son des coups de feu des chasseurs, puis je prends la route. On commence par une bonne grosse descente…pas terrible pour s’échauffer! Il fait environ 3°C, je me frigorifie un peu.

J’emprunte la grosse route qui part plein sud, direction Grosseto, mon but de mi-journée. Il n’y a pas beaucoup de trafic, juste assez pour bien taper sur les nerfs. Surtout quand j’emprunte un nouveau tunnel de la mort, cette fois permis aux vélos (ou en tous cas, pas interdit), seulement 1.5 km de long, et limité à 70.

Tanné, je quitte la grosse route peu après le tunnel, pour faire quelques détours. C’est cool, à la sortie du tunnel, il y a beaucoup moins de brume, et beaucoup plus de soleil!

Me voilà donc sur de super petites routes de la campagne toscane, qui tournicotent, raidillonnent, bref, je trippe. Je grimpe jusqu’à un petit village perché sur une colline, Civitella Marittima. Vraiment un beau petit bled…comme plein d’autres ici, en fait.

Passage épique par la petite Poste Italiane, où j’ai vraiment eu l’impression d’être « l’estranger », au milieu des petits vieux qui viennent chercher due cento euros. J’envoie 16 cartes. La dame, seule employée du bureau, me sort des timbres à humecter, pas autocollants. Je me vois déjà la langue toute gonflée et pleine de pustules quand elle me donne une petite éponge spéciale. J’ai donc passé un bout de temps, sur le côté, à coller Luciano Pavaroti (véridique!) sur les cartes, dans ce tout petit bureau de poste. Trop fort!

Je continue ensuite ma route vers Grosseto, où j’arrive vers midi après m’être mangé une bonne averse. Priorité absolue: ravitailler! J’ai presque plus de bouffe, ça craint. Évidemment je craque et en achète trop (genre le filet de 3 kg d’oranges…), autant à trainer dans les côtes. Boarf, tant que je peux reprendre des forces après les côtes en question…

Petit tour dans Grosseto, qui après Firenze et Siena me semble vraiment pas top. Donc je m’attarde pas, et continue à travers la belle campagne, en suivant un itinéraire cyclable, attrapé au vol.

Le soleil joue à cache-cache avec les nuages, mais je ne reçois que quelques gouttes inoffensives. Je m’arrête dans le premier village sur la route, lui aussi perché sur une colline, pour un petit pique-nique sur la place de l’église.

Le soleil automnal de l’après-midi, rasant, combiné à ces quelques nuages, donne une luminosité vraiment jolie à la campagne toscane. Les collines et villages qui vont avec ont vraiment de la gueule! Avis à la population: l’Italie n’est pas qu’un tas d’immondices…

Ici se combinent les vignes et les oliviers avec les cultures plus « classiques », et le bétail. Bêêê, me disent les moutons!

À partir de 16h, je commence à me chercher un endroit où passer la nuit. J’avais vu une super ruine quelques minutes plus tôt, mais justement, c’était un peu tôt! Je scrute donc les bords de la route, à la recherche du spot de rêve.

Mais y’a pas grand chose dans les environs, je commence à désespérer. Finalement, une oliveraie au bord de la route, un petit peu en surplomb…ça fera l’affaire. Je le sens un peu mal parce qu’il y avait une chaîne à l’entrée, que quelques chiens m’ont flairé, que les phares des autos caressent Hubba, et que demain c’est encore la chasse…mais bon, de toutes façons je partirai tôt, a priori.

En tous cas, camper au milieu des oliviers, c’est cool…même s’il fait encore bien frais.

Aujourd’hui, roulé 123.8 km en 6h10, soit 20.1 de moyenne.

Demain, on essaye de continuer plus ou moins le long de la côte!

Bonsoir!

Publicités
Cet article, publié dans Français, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Samedi 4 Décembre 2010: la belle Toscane (Casciano > Capalbio)

  1. Cath dit :

    On a bien vu que tu te régales en Toscane…
    Personne ne t’a encore invité en Italie ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s