Dimanche 12 Décembre 2010: Mer Adriatique, me voilà! (Rapone > Trani)

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

Encore une bien belle journée italienne. Du chaud, du frais, du vent…

On est dimanche: je me réveille sous les coups de feu des chasseurs, un vrai bonheur. Je fais bien attention de ne pas me faire prendre en flagrante défécation derrière un arbre…et ne demande pas mon reste.

Seulement voilà, juste avant de partir, je veux regonfler mon pneu avant qui se dégonfle. Et en enlevant la pompe, c’est le drame: je casse le petit bout de la valve. Pschhhhhh…le tube est bon à changer. Allez, on démonte, alors que des chasseurs sont dangereusement proches. Fini, hop, on the road again!

Fait pas chaud…Hubba était à peine gelée ce matin, et là le thermomètre dit 1°C. Les gros gants sont de sortie! Bien que salée, la route est par endroits givrée: j’y vais mollo dans les descentes…

Cap au Nord-Est, direction Melfi dans un premier temps. Ça monte, ça descend, il fait clair, c’est joli…j’en profite!

Melfi semble être un bien joli petit bled, avec un vieux château et des fortifications. Je dévoile ma roue arrière après avoir fait un petit tour dans le centre aux rues impraticables.

Je prends ensuite la direction de Lavello (quelle drôle d’idée?!). Les monts sont ici plus doux, et le paysage se fait un peu désertique. On est en fait à la limite entre les collines « du milieu » de l’Italie et la plaine côtière de l’Adriatique. J’emprunte une route par laquelle le Giro (tour d’Italie cycliste) passe, apparemment.

J’y fais deux rencontres assez intéressantes…d’abord, au détour d’un virage, il y a un troupeau de moutons sur la route. Marrant! Cette fois, je manque pas de faire une petite photo.

Et puis dans une montée, alors que je m’arrête pour redresser mon foutu garde-boue avant qui s’est mis à frotter (réparation qui, au passage, m’emmerde bien plus que pas mal d’autres, si vous me passez l’expression)…P., cycliste en train de s’entraîner, s’arrête pour voir si ça va. Jasette en franglitalien. Super speed le mec, il parlait plus vite que son ombre. Mais rencontre sympa qui m’a fait apprendre une nouvelle expression italienne: « bonna fortuna! »

Évidemment, en sortant de Lavello, je me trompe de route. Je suis bon pour un détour toutefois sympathique, en pente à 12% à travers les oliviers et les vignes. J’en profite d’ailleurs pour pique-niquer dans l’herbe d’une oliveraie. Sachant qu’ensuite, quasiment 50 km de ligne droite m’attendent, j’observe le sens du vent: si c’est dans le dos, ça le fait…sinon, cet après-midi va vraiment être longue.

On the road again…et avec une bonne brise dans le dos! La route est droite, longue et monotone. Une seule solution dans ce cas: on bourre! Je parviens à maintenir une vitesse de croisière entre 40 et 45 km/h pendant un petit moment, puis un peu plus mollo. Marrant, à cette vitesse astronomique, les motoristes font plus d’écart que quand je suis à 15 à l’heure. Plus je vais vite, plus je suis respectable?!

Petite pause dans la grosse ligne droite à Canosa, où je jase en franglitalien avec J., petit vieux avec des petites dents. Il m’indique la direction de Borletta, mon objectif du jour, sur l’Adriatique. La ville est aussi dans le coin de ma carte: une galère « trouver une carte » est à prévoir demain.

Je reprends ensuite une bonne allure sur le reste de la ligne droite, au milieu d’une impressionnante forêt d’oliviers. À ce train-là, j’atteins rapidement le bout.

Petit tour en ville, ravitaillement en eau dans un parc à jeux, et je vais voir la mer! Ah oui, au passage, je mets un gros vent à deux mecs qui avaient l’air franchement pathibulaires. Instant associal.

Ah, la belle mer! Une mer inédite dans ma vie. Ça fait plaisir! Je la longe, en continuant vers l’est. Il y a ici quelques hôtels, je m’arrête dans l’un d’entre eux pour savoir si je peux utiliser leur connection sans fil. Oui! Aaahh, en voilà un gérant cool! Quelques minutes à envoyer mon bazar et consulter la carte, et je repars: il est 16h, heure de la recherche d’endroit pour camper!

Ayant longé plein d’oliviers, j’ai bien envie de planter ma tente dans une oliveraie. Le long de la mer, il n’y en a pas tant que ça, mais je finis par en trouver une sympathique. Allez, je passe sous la barrière.

Tous les chiens du coin gueulent pendant que je m’installe…j’ai horreur de ça, bonjour la discrétion. Mais bon, au bout d’un moment, plus d’aboiements. Ahh ça fait du bien quand ça s’arrête!

Ce jour, 127.4 km en 5h42, soit 22.3 de moyenne. Un kilomètre de dénivelé.

Demain, cap plein est! Objectif: être relativement proche de Brindisi à la fin de la journée pour peut-être prendre le traversier pour les Balkans après-demain.

Bonne nuit aux olives!

Publicités
Cet article, publié dans Français, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Dimanche 12 Décembre 2010: Mer Adriatique, me voilà! (Rapone > Trani)

  1. Cath dit :

    Ben tu t’es presque cru sur le Giro un moment, avoue, à 45km/h !
    ça me rappelle quand on est allé rechercher les voitures avec Fafa à la fin de la rando dans les Alpes italiennes, on avait pris une toute petite route qui montait dans les alpages, qui venait d’être ré-asphaltée pour le Giro, et tout en haut, au col, on tombe sur une statue, un cycliste grandeur nature tout en bronze, qui cotoyait les marmottes dans le brouillard !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s