Lundi 3 Janvier 2011: pluie grecque, pannes grecques (Pilos > Ancient Olympia)

image

image

image

image

image

image

Ah, une journée un peu merdique comme on les aime. Ça faisait longtemps!
Aujourd’hui, c’était probablement la moins bonne journée grecque, même. Je vous raconte quand même? Ouai, allez.

Déjà, désolé du peu de photos, la météo et la motivation photographique n’étaient pas favorables!

Tout commence par une nuit pas terrible. Mon parvis, pourtant parfaitement sec hier soir, s’est avéré relativement inefficace lorsque le vent et la pluie ont forci. Je suis donc réveillé plusieurs fois par le bruit de grosses gouttes frappant la tente. Comme toutes les sardines ne sont pas plantées, branle-bas de combat antipluie: regroupement d’affaires, éloignement des parois…heureusement, pas de problème majeur.

Pour rattraper le sommeil perdu, je me lève plus tard que prévu. Finalement, je suis sur la route, et sous la pluie, vers 9h30. Je prends une bonne grosse averse dès le départ, dans une jolie descente. Les gouttes fouettent, au sens propre! Parce que oui, bien sûr, en plus, j’ai le vent dans le nez, et ça durera toute la matinée.

Le paysage est joli, malgré les conditions. Par contre, je me lasse assez vite: la route est sacrément monotone. Peu de côtes, large, oliveraies à gauche, oliveraies à droite. J’ai rien contre, mais ça finit par être un peu lourd.

Lorsque j’arrive à une petite ville côtière dont j’ai la flemme de chercher le nom, chtoing, un rayon arrière pète. Je m’arrête sous le préau d’une église (décidément!) et diagnostique: c’est un des rayons suisses, que j’avais déjà changé, qui a cassé comme il faut, c’est à dire au niveau du moyeu. Hop, changement rapide, et on repart.

Ah, j’oubliais…depuis le kilomètre 15, je n’ai plus de cyclomètre: alors que je voulais regarder je ne sais quelle stat, couic, le bazar s’éteint. La pile ayant déjà montré quelques signes de faiblesse, je me mets donc en quête de la précieuse source d’énergie. Il n’y aura donc pas de stats aujourd’hui, si ce n’est une estimation de la distance: 116 km. Avouez que vous êtes tristes!

Il me faut aussi plein d’autres trucs…entre autres, remplir mon petit bidon d’huile de chaîne dans un garage, de la confiture de fraises, et des beans pour ce soir. Allez, je vous gâche le suspens (ou pas…): j’ai résolu tous ces menus problèmes à Zacharo, où quelques trucs étaient ouverts.

J’ai aussi crevé là-bas: un sale petit caillou super-pointu a réussi à percer mon pneu avant. Pendant que je répare, un gamin tout crade vient essayer de me vendre une jonquille à un euro. Je sors mon plus beau « then milao hellenica », puis lui dis en français que je suis pas intéressé. Il semble insister, mais je suis plus têtu que lui. Désolé petit, mais non, je ne cautionnerai pas le fait que tu te fais exploiter par je ne sais quel adulte, pour qu’il achète ses clopes ou son whisky. Bref.

Je m’arrête pour manger à Kyparissia, qui semble être une jolie petite ville. Enfin, il ne pleut plus depuis quelques minutes! Je dévore mes maquereaux sur un banc public, sous les regards de quelques enfants qui skatent/font du vélo. L’un d’eux a un bout de carton qui frotte sur son pneu, pour faire du bruit comme les motos, trop la classe!

L’après-midi est bien plus agréable que la matinée. Le ciel se dégage, et la route est un peu plus motivante. J’ai même une surprise juste avant Olympie: un petit barrage! Trop fort.

Par contre, moins bonne surprise quelques centaines de mètres plus loin: ENCORE une crevaison à l’avant. Inquiétant: la fuite semble se trouver au niveau de la valve. Bon. Il est presque 17h, le soleil décline, et il y a là une orangeraie semblant fort accueillante. Je pousse donc Trekounet jusque là et m’installe entre deux orangers, dans une odeur d’orange et d’oranges pourries.

Je démonte mon pneu avant sous le soleil crépusculaire. Bizarrement, la chambre ne semble pas fuir. Je monte néanmoins mon tube de rechange, par précaution. Lorsque je finis de m’installer, un son me rappelle mon étape chez L., à Strasbourg. Je vous le donne Émile: « pschhhh ». Au niveau de la valve, encore.

Quelle misère…là le pneu est crevé/dégonflé, et j’ai la flemme de redémonter: on verra demain. Si jamais les deux chambres dont je dispose sont flinguées, je suis bien dans le caca: je suis à 4 km de Vieille Olympie, où il n’y a de toutes façons probablement pas de vélociste. La journée de demain commencera peut-être par une heure de marche…

Donc demain, on marche, et on visite le stade d’Olympie!

Bonne nuit orangère!

Publicités
Cet article, publié dans Français, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Lundi 3 Janvier 2011: pluie grecque, pannes grecques (Pilos > Ancient Olympia)

  1. bouderlique dit :

    C’est l’angoisse de savoir lors de ton prochain envoi si les pneus ont tenu. On espére que oui. Bonne route.

  2. Mim de Kork dit :

    Bonne Année Rémi !
    Un peu en retard… aussi en lecture de ton blog, mais j´vais rattraper ca !
    Les photos font toujours autant rêver au soleil et à la douceur… Nous avons retrouvé le « blanc » et le froid, après les mouettes et les douces couleurs de la baie de Somme !
    Vivement le printemps !
    Roule bien ! crève pas trop ! et bonne course à Olympie !
    biz
    Mim

    • zboud dit :

      Merci Mimi, toi aussi! Je suis dégouté que mon cadeau soit pas arrivé à temps à Amiens, même s’il est assez minable…:(

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s