Vendredi 7 Janvier 2011: I \ Vathi)

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

Ah, quelle belle journée, encore une fois! Spéciale dédicace à A., qui m’avait conseillé de passer par Kefallonia et Ithaki. C’était un putain de bon conseil, si vous me passez l’expression!

Je me réveille et déjeûne dans un tonerre de cocoricos. La densité de coqs semble assez impressionnante dans ce bled! Remballage trempé (comme d’habitude ces jours-ci), et c’est parti pour une jolie boucle.

Je commence par quelques petites routes autour de la ville. C’est étroit, c’est raide, c’est sympathique…mais faut bien appuyer sur les pédales, même en toute petite vitesse! C’est ça, le 15%…heureusement, c’est pas long, on est pas au Mégantic (cf. 28 ou 29 Août 2010). J’arrive ainsi à de sympathiques petites baies ou criques. Allez, photo!

Je repasse par le centre-village, où je ravitaille en pain et achète mon ticket pour le ferry de demain. À 7h du matin, départ pour Patra. Et comme il faut y être une petite demi-heure avant…va falloir se lever tôt.

Bon, c’est parti pour les choses sérieuses: la partie nord de l’île. Il y a là une petite montagne, qui culmine à un peu plus de 600 m, il me semble. Une route y grimpe, pas vraiment au sommet, mais presque: un petit village est perché sur le plateau d’en haut. Allez, on se la fait!

C’est une bien belle montée. Les vues sont magnifiques. Je vois successivement la partie sud de l’île, puis Kefallonia et la route que j’empruntais hier, puis encore la partie sud, mais de quelques centaines de mètres plus haut. C’est bien impressionnant! Et un peu sportif, aussi: la pente est souvent autour de 7-8%. Elle est assez constante, donc c’est plutôt confortable: on se cale sur le bon rapport, et hop, hop! On inspire, on expire, en rythme.

J’ai encore droit à un joli escalier d’épingles à cheveux. Mais cette fois, il y a bien plus de crottes de bique que les précédentes! Et plus de biques tout court, d’ailleurs. Le trafic automobile est tel que les chèvres sont tranquillement allongées sur la route. Ah, on est bien, entre créatures propulsées musculairement! :)

Quelques centaines de mètres avant le sommet, je crève de faim: le déjeûner, sans grassucreries, et avec trop peu de pain, n’est pas suffisant…alors je ne monte pas jusqu’au monastère local, et trace jusqu’à Anogi, le petit village perché, qui est en fait déjà un peu dans la descente.

Rhabillé pour lutter contre la fraîcheur du fond de l’air, je dévale la jolie pente, puis pousse jusque Kioni, petit village tout au nord de l’île. Il faut un peu remonter pour y accéder: mon estomac se plaint, mais j’arrive sans encombre au petit port pour un pique-nique bien mérité.

Comme le soleil est de la partie, je me fais ensuite une petite sieste sur le banc public qui m’accueille. Il est d’ailleurs très inconfortable, je me plaindrai à la direction!

Je repars relativement nonchalamment. Je passe par plusieurs petits villages du nord de l’île, entre autre par Frikes. Le 13 Septembre 1944, des résistants grecs ont capturé là un navire nazi, apparemment en s’aidant du rocher sur laquelle la plaque est posée. Balèzes les mecs, ptin! Chapeau.

À Stavros, Trekounet fait le fier, puis on reprend la route vers Vathi (qui est apparemment le vrai nom de la capitale). Cette fois, pas de col à 500 m, mais de bien jolies vues sur Kefallonia quand même!

La descente vers la baie précédant la petite ville est particulièrement agréable, sous ce beau soleil. Les lunettes sont doublement utiles, protégeant du vent et de la trop forte luminosité. Et puis ça fait classe…ou pas, ahah.

De retour en ville, je glande, et vais faire quelques courses…entre autres, du benzin pour mon réchaud, qui a priori sera bien moins dégueulasse que le xylène qui m’intoxique depuis Brindisi!

En sortant du petit supermarché, je suis victime d’une des plus grosses antipathies depuis le début de mon voyage. Trop drôle! Depuis le parking, je jette paisiblement un oeil aux quelques oliviers de derrière le supermarché, dans l’éventualité où je pourrais camper là ce soir. Une dame, qui apparemment habite juste au-dessus du commerce et rentre chez elle, me dit alors cash, d’un ton anthipathique genre « mais qu’est-ce que tu fous là, putain de touriste de merde? », « Sorry?! What do you want? ».

« Ehbah putain, quel accueil! », aurais-je dû lui répondre. Mort de rire devant une telle attitude, je réponds, d’un ton « mais qu’est-ce que tu me fais, je t’agresse, moi? », « I’m just having a look! ». Puis je me casse de là, au cas où elle ressorte de chez elle avec un fusil à pompe…ahah! J’aurais aussi dû lui dire que pour interpeller, en anglais, on dit pas « sorry », mais « excuse me ». Stupide aigrie, va.

Bref, je comprends parfaitement que les gens d’ici soient exaspérés par les touristes, mais bon, c’est pas une raison, j’ai rien fait de mal, moi, merde.

J’ai ensuite glandé un moment sur le port, à boire du citron pressé et manger des biscuits en me dorant la pilule, avant de chercher sérieusement un endroit où camper. Après plusieurs tours et détours, j’oublie l’idée de surplomber la ville cette nuit: toutes les oliveraies en terrasse au-dessus des maisons sont soit clôturées, soit inconfortables, soit trop peu discrètes.

Je me rabats donc sur un spot que j’avais repéré la veille: une ruine avec un jardin en friche, plein d’orangers, tout près du centre. Pas super-discret, mais sympathique quand même, et pas trop loin du départ du ferry, genre 1 km. En plus, j’ai trouvé des bonnes oranges du jardin!

Aujourd’hui, 73 km en 4h45, soit 15.4 km/h de moyenne, seulement. Les 1511 m de dénivelé et les routes sont responsables!

Demain, journée traversier: départ d’Ithaki à 7h, arrivée à Patra vers 11h30, redépart vers 16h30, pour normalement arriver le lendemain à 7h à Brindisi. Ça risque d’être loooong…j’écrirai pour le blog Altitude pour faire passer le temps!

Bonne soirée abandonnée!

Publicités
Cet article, publié dans Français, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Vendredi 7 Janvier 2011: I \ Vathi)

  1. fa dit :

    Evidemment quand tu dis « Ah quelle belle journée » , qu’on voit les photos et qu’on se dit que ce sont les plus belles depuis le début, on compatit avec toi et on s’asseyerait bien sur ton porte-bagages!! Ta mamie est rentrée à la maison jeudi et a regardé tes photos aussi… Elle te fait le bonjour!

  2. Clem dit :

    vingt de djious, euk c’est bieau!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s