Samedi 15 Janvier 2011: Sicilia, me voilà! (Nicotera Marina > Milazzo)

image

image

image

image

image

image

image

Encore une belle journée italienne! De la côte, du plat, des rencontres…il ne manque qu’une chose: un volcan. On va y revenir!

Je me réveille tôt, et pars assez tôt, alors que mes amis les chasseurs sont à l’oeuvre. Bin oui, c’est la fin de semaine, faut tuer des animaux…

Je croise plein de travailleurs, probablement sans papiers, et probablement exploités, sur des vélos couinant. Une fois de plus je me sens con avec toutes mes conneries chères.

Il fait relativement frais (6°C), mais le ciel est bien clair et la journée promet d’être ensoleillée. Je suis assez content de cette fraîcheur, puisque à peine quelques kilomètres après mon départ, je me mange une belle grosse côte. Pas raide, mais lonnngue, loonnngue! Une petite vingtaine de bornes, pour genre 500 m de dénivelé.

La descente est très appréciable. Je roule pour la première fois sur un pont qui passe au-dessus de sa propre voie, comprenez par là que par le biais d’un colimaçon et d’épingles, la route passe au-dessus d’elle-même. Voilà, je trouvais ça assez rare pour être signalé. Et puis sur la carte, c’est rigolo…

C’est la fin de semaine: les cyclistes sont de sortie! Je croise des tas de rouleurs « full patch », et enchaîne les « ciao ». Certains pelotons m’encouragent, c’est sympathique.

La route est bien agréable, coincée entre la mer et le rocher, avec quelques villages s’incrustant aussi. Et le chemin de fer serpente, parfois au-dessus, sinon en-dessous ou à côté. D’ailleurs, j’ai doublé un train! Si, si! Bon OK, il roulait au pas pour franchir un tunnel. Mais quand même!

J’avance bien. Mon objectif est d’atteindre Villa San Giovanni le plus tôt possible, histoire de ne pas rater un éventuel bateau pour le Stromboli. Mais quand j’y arrive, j’apprends qu’aucun bateau ne part de là pour la fameuse île volcanique: il faut aller à Milazzo, en Sicile, un peu plus à l’ouest. Ça tombe bien, un traversier part pour Messina dans quelques minutes…et pour moi, c’est gratos.

Un peu plus de vingt minutes plus tard, je débarque en Sicile! La première des trois grosses îles de ce retour vers la Picardie, avant la Sardaigne et la Corse. Je pars directement vers le nord. Un petit ravitaillement en fruits, légumes, panettone et beurre de peanut (y’avait que du smooth…), quelques kilomètres, et me voilà bon pour un pique-nique, au pied de l’énorme pylône qui soutiendra une future ligne de couplage des réseaux électriques sicilien et italien. Il fait beau et chaud, c’est très agréable.

Quelques minutes après avoir repris la route, je fais une super rencontre. Wouhou, un cyclotouriste! Enfin, mieux que ça…H., allemand de 42 ans, vit sur son vélo depuis trois ans. Il a une HACHE accrochée à son cadre, pour tailler du bois pour son réchaud. On a la même béquille et la même poche à eau! Lui a une remorque et roule entre 50 et 80 km par jour. Apparemment, l’hiver en Sicile est un classique pour lui.

On jase de plein de trucs au bord de la route. Je lui file mon numéro et l’adresse de ce blog…on se dit qu’on se retrouve à Palermo samedi. J’espère qu’il m’écrira! Oh, et avis à F. et C. B.: je lui ai donné l’adresse d’un pied-à-terre picard…

Notes techniques à moi-même: il change de chaine tous les 2000, de cassette et de jantes tous les 8000. Son pneu arrière, Schwalbe Marathon Plus (Dureme?) a 30000 bornes et UN SEUL FLAT.

On reprend la route, mais pas ensemble: lui se fait les 12 km restants de sa journée peinard, alors que moi je bourre jusque Milazzo, à plus de 40 km de là.

À part quelques petites baies/tortillons, la route est plutôt pas agréable: je fais bien de bourrer. Je traverse de longs villages côtiers pas beaux, jusqu’à l’arrivée à Milazzo en apothéose, avec la raffinerie et la centrale thermique, et tous les dépôts pétroliers qui vont avec. Vivement le peak oil…

Je file vers le port pour me renseigner, mais rien n’est ouvert: il n’est pas encore 16h. Ah, tiens, des cartes postales! 50 sous la carte, ‘tain, l’arnaque. Le mec veut pas baisser le prix, même si j’en prends 20! C’est donc pas ce soir que je vous écrirai.

En sortant de la boutique, je fais ma deuxième rencontre cool du jour! A., allemand de 76 ans, cycliste freiné par une cheville et une prostate un peu en vrac, passe ses hivers en Sicile. On jase en franglallemitalien. Vraiment sympa le type! Il me dit qu’aller au Stromboli est cher, et que je ferais mieux d’aller à l’Etna, qui est en ce moment actif. Merci A.!

Je repasse aux bureaux des compagnies de bateaux vers le Stromboli et les îles éoliennes. 21€25 le trajet simple vers le Stromboli. 42€50 l’aller retour…plus cher qu’une jante, ou l’équivalent de plus de 200 doses de pâtes: j’oublie ça! L’Etna sera bien plus cool, de toutes façons.

Sur les conseils de A., je roule ensuite vers le capo di Milazzo: il commence à se faire tard, il est temps de trouver un endroit peinard! Après quelques minutes de galère, je me trouve une oliveraie « proprieta privata, vietato l’accesso », mais bon, comme « no parlo italiano », va bene, je passe sous la chaîne et m’installe. Reste à espérer qu’un chasseur ne me délogera pas au petit matin…

Aujourd’hui, 123 km en 5h46, soit 21.2 de moyenne. Avec presque un kilomètre de dénivelé, quand même!

Demain, on roule vers l’Etna, à travers les monts siciliens: de la grosse grimpe en perspective.

Bonne soirée « vietato l’accesso »!

Publicités
Cet article, publié dans Français, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour Samedi 15 Janvier 2011: Sicilia, me voilà! (Nicotera Marina > Milazzo)

  1. Cath dit :

    Je veux bien que tu nous rapportes un caillou de l’Etna, mais ne t’approche pas trop du bord hein !
    Il me semble déceler un je ne sais quoi de soupçon de pincée de nostalgie de Picardie…
    Je me trompe ?
    Allez Rémi, profite !

  2. bouderlique dit :

    La route pour l’Etna à l’air vachement sinueuse. Bon courage. (T’as dormi sans te faire expulser? et toujours pas de douche. Peut-être une source chaude à l’etna?)

  3. fa dit :

    Alors bravo! le jour où tu arrives en Sicile , l’Etna se réveille … paraît-il que la dernière fois aussi fort, c’était en 1992!…. vivement que tu nous racontes…

  4. bouderlique dit :

    J’oubliai. Pourrais-tu nous écrire tes menus d’une journée?merci

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s