Vendredi 14 Janvier 2011: la Sicile et le Stromboli en vue! (Amantea > Nicotera Marina)

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

Tout est dans le titre: une bonne journée. 121 km en 5h51, soit 20.6 de moyenne. Une bonne bourre sur une cinquantaine de bornes, puis un peu plus de rigolade.

J’ai passé une bien bonne nuit, étant seulement réveillé par les raisons naturelles. Aucun maquereau ou autre mafieux pour venir perturber mes heures de sommeil réparateur…c’est pas plus mal!

Je suis sur la route un peu après 7h30, bien décidé à mettre des bornes au compteur. Je continue sur la SS18, grosse route côtière, la plupart du temps toute droite, et surtout, plate. Encore un tunnel pas signalé par Bibendum, pourtant long d’un kilomètre: penser à lui écrire en revenant!

Les conditions sont assez favorables. Peu de vent, du soleil, une température genre 10-12°C…hop, on bourre! Je suis assez content de frôler le 27 de moyenne sur les 50 premiers kilomètres.

À ceux qui pensent que je profite pas de là où je passe, je réponds que quand même, cette route est pas géniale, donc autant bourrer. Et prendre une autre route, c’est tournicoter dans la montagne. Ce que j’aime, bien sûr! Mais faut aussi se repprocher de la Picardie, des fois. Bref.

Je quitte la SS18 au niveau de Pizzo, après avoir traversé une vallée dans laquelle la plus grosse attraction est un aéroport. Je me dirige alors vers Valentia Marina, histoire de voir si, comme le dit Bibendum, des traversiers partent de là vers le Stromboli. Eh ben non! Peut être de Messina ou Villa San Giovanni, me dit un quidam…mais probablement pas en hiver. Snif.

Je continue sur la petite route qui monte et descend, plus ou moins proche de la côte. Ça change de la grosse superstrada, ça fait plaisir! Je prends même des photos.

Arrivé à Tropea, je mange…87 km depuis le déjeûner, quand même. Sur un banc, chauffant au soleil sur la place du bourg…c’est assez agréable. Des gens bizarres sont aussi là, en particulier un mec avec une voix ultra-nasillarde assez insupportable. Je suis méchant…ou objectif?

Je repars, direction le Capo Vaticano…mais je ne vais pas là-bas: c’est, d’après ma carte, un cul de sac. Je me mange alors une belle côte jusque Ricadi. Bien longue comme il faut, j’enlève une couche et me retrouve en tenue d’été.

En descendant vers Coccorino, je vois pour la première fois le Stromboli, les îles éoliennes et la Sicile. Plutôt un beau spectacle, mais j’aurai une encore meilleure vue un peu plus tard.

Je trouve enfin un endroit où me connecter…j’ai oublié: à Valentina Marina, un hôtel voulait me faire payer 5€ l’heure de wifi, ou 2€50 le quart d’heure. La bonne blague…

Après avoir envoyé mes conneries, je reprends la route, direction Jopporo et Nicotera. Apparemment, la route passe normalement par un tunnel, qui est en travaux…il y a donc une déviation qui passe au-dessus de la montagne!

C’est parti pour une méchante montée-descente bien raide, genre des passages à 17%. La vue depuis le col vaut le détour, malgré les lignes électriques! Stromboli et Sicile sont de la partie.

Dans la descente, je me dis « heureusement que j’ai mon frein arrière! ». D’autant plus que je crois que ma jante avant montre quelques signes de faiblesse…en tous cas, elle couine comme le sifflet d’une locomotive à vapeur quand je freine un peu fort. J’aurais peut-être dû demander à R., le mécano d’Amantea, si elle tirait pas un peu la gueule…

La vue dans la descente est une fois de plus bien jolie. La mer est tachée par quelques rayons de soleil qui percent le coton nuageux, au loin, la Sicile se distingue. Manque juste l’Etna, qui est un peu loin! On le verra dans quelques jours.

Je monte-descends jusque Nicotera, bourg vertical accroché au rocher. Je descends à pieds dans les toutes petites ruelles, vers la plaine pleine (ahah) d’oliveraies et d’orangeraies qu’on voyait depuis le haut du village.

Il commence à se faire tard…à défaut de trouver une orangeraie accueillante, c’est dans une oliveraie que j’ai planté ma tente ce soir. Avec en fond, pendant mon installation, le soleil du crépuscule. Plutôt pas dégueu!

Seul bémol à cet endroit: ces saloperies de petits moucherons dont je ne connais pas le nom. Elles mordent, ou piquent, j’en sais rien, mais c’est pas agréable. Apparemment, certains d’entre eux parviennent même à traverser ma moustiquaire. Heureusement ils sont facilement écrasables…eheheh.

C’est tout pour aujourd’hui. Demain, on va voir si on peut aller faire un tour au Stromboli. Et peut-être aussi essayer de prendre une douche!

Bonne soirée avec moucherons qui piquent!

Publicités
Cet article, publié dans Français, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s