Vendredi 4 Février 2011: le juste prix (Porticcio > Pero)

image

image

image

image

image

image

image

image

image

Aujourd’hui, j’ai payé cher ma connerie « allez, on fait durer la chaîne 10000 km! ». Alors on va jouer au juste prix. La personne qui commente en donnant le prix le plus proche de ce que j’ai payé pour les pièces, oui, celles prises en photo sur le banc en pierre, gagne…le droit de toucher, et d’essayer Trekounet! (Rendez vous bien compte, je suis le seul à avoir ce privilège.) (Bon OK, pour ceux qui aiment pas le vélo c’est nul. Vous gagnez donc autre chose que vous voulez et que je peux vous offrir, dans la limite du raisonnable…je vous vois venir. NON, pas de sodomie!). Fin du concours quand je serai rentré en Picardie.

Je commence la journée par galérer un quart d’heure à retrouver une veste, que j’avais finalement paqueté dans mon duvet par inadvertance. Boulet. Je prends enfin la route, une nouvelle fois dans la fraîcheur, mais sous le beau soleil corse.

Direction Ajaccio. Depuis Porticcio, la seule route est une double-voie. Pas super-sympathique, mais pas trop le choix non plus, donc ça sert à rien de se plaindre. Une fois arrivé à la ville, je fais un petit tour. Je tiens à voir la citadelle près de laquelle le Corse, méchant comme un corbeau, se fait tailler une boutonnière, dans la chanson « Trois Matelots », de Renaud.

Sympathique comme ville, franchement. Bon, ça pue les gaz d’échappement, bien sûr…c’est un classique. En montant le trottoir pour aller chercher les horaires des traversées Corse-continent aux bureaux de la SNCM, je me rends compte que mon pneu avant est ENCORE crevé. Ça commence à bien faire!

Après avoir chopé les horaires des traversées, je me penche donc un peu plus sérieusement sur le problème. L’origine en est évidente: mon pneu avant, après plus de 15000 km de bons et loyaux services, me lache. Il est temps de s’en séparer. Je change donc pour mon pneu de rechange, un Bontrager Race Lite hardcase, comme ceux d’origine de Trekounet. Je patche aussi mes tubes, tous troués au même endroit, là où le pneu était endommagé. Un premier bain de soleil/atelier de réparation…on va y revenir.

Je reprends la route, direction Calvi par la côte. On commence par un petit col à environ 400 m. Je commence la montée, peinard. Lorsque soudain survient le drame, juste à la sortie d’un virage, y’a plus d’essence dans la bécane, Gérard Lambert est fou de rage! Ah non, ça c’est Renaud, encore, pardon.

Le vrai drame: quelques kilomètres après la sortie de la ville, dans la première montée sérieuse (elle a un chevron sur la carte Michelin!), je déforme encore le foutu maillon faible de ma vieille chaîne. Je décide de continuer sur les quelques mètres qui me séparent d’un endroit pour m’arrêter et réparer.

Seulement, quelques tours de pédalier plus tard, SCHRACKOUIRKGH. Symptôme ressenti: la roue arrière se bloque, je suis stoppé net et tombe, sans avoir le temps de déclipper. Heureusement, pas de trafic à ce moment là.

Je me relève et traîne mon pauvre vélo blessé dans le bas-côté. Je l’examine…aïe aïe aïe, c’est pas beau à voir. La chaîne a probablement accroché le dérailleur, et l’a déporté vers la roue. Le résultat: dérailleur cassé, roue voilée, garde-boue plié, et une belle salade dérailleur-chaîne coincée dans les rayons. Putain de merde…

Je me console tout de suite en me disant que je suis à moins de 10 km d’Ajaccio, que ça descend tout du long, et qu’on est vendredi. À part le fait que je vais devoir raquer pour un dérailleur neuf, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes! Et surtout, il fait beau. « Je ne suis pas à plaindre, j’ai presque de la chance… » (« Les Charognards », Renaud forever)

Bon. Je dégage le dérailleur mort, raccourcis la chaîne, et à moi les joies du vélo une vitesse pour redescendre en ville. Je suis obligé de pousser pour remonter jusqu’à Intersport, que j’avais repéré plus tôt: la chaîne a encore cassé.

Alors, je semble faire pas mal chier le vendeur. Il est pas compatissant, voire me semble un peu antipathique. Quand je lui dis que je voudrais une cassette 11-34 (34 dents sur le plus grand pignon, 11 sur le petit), il me dit « vous voulez grimper aux arbres? ». Je lui réponds que je pèse 50 kg… »ah ouai mais il est trop lourd le vélo, là! ». Je me suis retenu de lui dire que c’était lui le gros lourd, je lui ai pas demandé son avis sur le poids de mon vélo.

Bon, ils ont pas de 11-34, et de toutes façons ils ont pas non plus de plateau intermédiaire, donc je me tire. Heureusement le mec m’a indiqué où se trouve le prochain vélociste. Ça descend jusque là-bas!

Ouf, j’arrive avant midi. Ici, y’a tout ce qu’il faut! Je casse la tirelire et sors avec une cassette Deore LX 11-34, un dérailleur Deore SLX, une chaîne SRAM (pas retenu le modèle), un plateau intermédiaire 32 dents Deore XT (j’en voulais 36 mais y’avait pas), et un pneu de rechange, le même que celui monté quelques heures plus tôt.

Allez hop, au boulot, faut monter tout ça, maintenant! Je me pose sur un banc de pierre, en plein soleil, près de la mer. Plutôt cool comme cadre, pour bricoler. Je galère un peu, mais m’en sors en environ 1h30. Pas si pire. Par contre, j’ai oublié de raccourcir la gaine du câble de dérailleur…plus tard, peut-être.

Je mange ensuite mes sardines au même spot, alors qu’un papi assez antipathique m’a rejoint (il est arrivé là en me regardant genre « dégage de mon banc », et m’a tourné le dos une fois assis).

Ça y est, le plein est fait, la bécane roule…on the road again! Cette fois, c’est vraiment parti pour l’ascension du petit col. Je sue sous le soleil d’après-midi, c’est pas raide, mais assez constant. En tous cas, ça fait plaisir de pouvoir se mettre en danseuse, et appuyer sur les pédales!

Après ce sympathique petit col, la route est assez plate, et tournicote en longeant la côte. Je roule jusque Cargèse, que je me suis fixé comme objectif pour cette journée amputée. Le littoral est plutôt sympathique sous ce grand soleil, et mérite son surlignage vert « by Bibendum ».

Un petit arrêt pour faire le plein d’eau, un autre dans une petite pharmacie pour faire mettre à jour ma carte vitale. Ça vous en vous bouche un coin, ça, hein?!

Sur la carte, j’avais repéré quelques plages, a priori campables. Finalement, c’est juste après Cargèse que je me pose, sur la plage de Pero. Le petit préau du poste de secours est accueillant! Et les couchers de soleil y sont bien charmants. Par contre, quelques dizaines de mètres dans le sable, même en poussant le vélo, c’est pas rigolo.

Aujourd’hui, 78 km en 3h46, soit 20.7 de moyenne. Et combien d’euros dépensés? À vous de me le dire!

Demain, on continue le long de la côte.

Bonne soirée de secours!

Publicités
Cet article, publié dans Français, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

12 commentaires pour Vendredi 4 Février 2011: le juste prix (Porticcio > Pero)

  1. Rodolphe dit :

    Le candidat se tourne et regarde le public en quête d’un conseil. Les gradins peuplés d’excités hurle des chiffres indescriptibles entremêlés de cris. Il se retourne alors et entame une proposition d’estimation du prix de ce lot mécanique… « Cent qu.. ». Le candidat hésite. Il se tourne alors de nouveau vers cette foule en délire qui braille de plus belle encore. Le présentateur de notre émission favorite invite alors notre hésitant à se prononcer et à partager son avis sur ce « magnifique assortiment de pièces pour vélo ». Faisant finalement face à son pupitre équipé d’un micro et d’un affichage numérique des plus estétiques, notre cher ami se lance et bredouille ces quelques mots : « Cent soixante treize euro »…

    173€

  2. devillers rudy dit :

    slt bon je tente le juste prix lol 102,59euros bon courage a+

  3. Cath dit :

    Parce qu’en plus de casser le dérailleur, la chaine et les rayons, t’as aussi cassé la tirelire !
    J’ai bien pensé téléphoner au vélociste, en me faisant passer pour ta mère qui voulait rempoter la dite tirelire, pour gagner au jeu du juste prix. Mais je me suis dit que c’était dimanche, ce serait fermé, et que d’tout’façons je serais hors concours, vu que j’ai entendu ce que tu disais à ton fazeur au téléphone. sur le prix. Tout ça c’est pour te faire plaindre !

  4. BOUDERLIQUE Thomas dit :

    Slt Rémi ,

    je dirais au alentours de 178 € .

  5. anaîs dit :

    Bon alors n y connaissant rien mais alors rien du tt je suis les commentaires des collègues ci dessus et me prononce pour un 133,27euros (sachant que ss les coms je pensais aux alentours de 83euros mais apparemment ca semble dérisoire ) donc va pour 133,27!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s