Samedi 5 Février 2011: l’île de beauté (et des côtes) (Pero > Algajola)

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

Ouai, la Corse mérite bien son surnom, et accessoirement, sa réputation d’île montagneuse. Aujourd’hui, environ 1789 m de dénivelé, sur 131 km, en 6h16, soit 20.7 de moyenne!

Je quitte mon poste de secours vers 8h30. (Rha, encore ce foutu sable à traverser!). Pensant que je suis obligé de repasser par là, je remonte vers Cargèse. Un bon échauffement: une centaine de mètres de dénivelé, avec des pentes montant jusqu’à 13%. Je peux faire péter mon nouveau petit braquet, 26/34! On mouline, hophop.

Me voilà de nouveau sur la D81, direction Piana! Après un bon petit col de plus de 400 m, j’atteins le village en question. Je me fais arnaquer par le boulanger du coin: 4€90 le pain de genre 300g et le paquet de canistrelli de la même masse. ‘Tain! J’aurais dû parlementer. Je quitte l’agglomération après m’être pris un coup de bâton sur le cul par un petit Corse. « À l’attaque! »

Je traverse ensuite les Calanche, site classé au patrimoine mondial de l’Unesco. D’ailleurs, ils en peuvent plus avec ça ici, y’a plein de panneaux partout. Bon, faut avouer que ça vaut le détour!

Tout comme le golfe de Porto, d’ailleurs, autour duquel je roule maintenant. Il a trois étoiles sur ma carte, c’est pas rien, ça veut dire « vaut le voyage ». C’est clair que c’est franchement joli, surtout par ce temps. Je suis probablement un peu blasé, après tout le beau pays que j’ai vu au cours de ces ~14700 km de route: je ne m’extasie pas autant que certaines personnes lorsqu’elles me parlent de la Corse! Mais ça ne m’empêche pas de lacher des « ouah! » au détour de certains cols ou virages.

Je me tape ensuite les cols de la Croix, et de Palmarella. Une bien belle côte, si vous voulez mon avis! Toujours pas très pentue, mais relativement constante et longue, ça semble être typique ici. Sur fond de rochers et de belle Méditerranée…je trippe!

Après être redescendu au niveau de la mer, je prends la D81B vers Calvi. Des hordes de chasseurs taquinent le moineau dans le coin, c’est la guerre. Mais par la faim motivé, je me pose quand même sur un rocher accueillant pour une petite pause-bouffe à au moins 2€50, vu que j’ai englouti plus de la moitié des denrées hors de prix du boulanger de Piana.

En mangeant, il m’est arrivé un des trucs les plus cool de cette journée, voire carrément dans le top 10 « faune et flore » du voyage. « Quel animal a t-il vu?! », vous demandez vous, petits curieux que vous êtes. Ça fait pas de bruit, ça n’a pas de pattes, ça fait peur à certaines personnes…

…et oui, un serpent! Trop beau, genre gris foncé, un petit mètre de long, 2-3 cm de diamètre. Moi j’étais peinard, à quelques dizaines de centimètres du sol sur mon rocher, et lui un peu en contrebas. Vraiment dommage que j’aie laissé mon appareil photo sur le vélo à ce moment là!

Bon, j’avoue, j’ai eu le réflexe de faire du bruit pour le faire partir, même si j’étais hors de portée: une morsure de vipère, au fin fond du cul de la Corse, non merci. Mais la bête est revenue, et voulait en fait juste passer. Salut à toi, serpent :)

Nourri, je reprends la route. Tant bien que mal: elle est démolie comme jamais. Patchée de partout, rugueuse, un vrai cauchemar pour les bras, les bagages et la mécanique…le tout sur plusieurs dizaines de bornes. En fait, on dirait un peu un chemin de grosse gravel, sauf que rien ne bouge, tout est asphalté.

Enfin, le paysage compense. Et je découvre un type de route encore jamais expérimenté: la route de montagne plate. À flanc de colline, sinueuse à souhait, mais sans côte! Le tout est donc plutôt agréable, d’autant plus que cette route est très peu fréquentée, en tous cas, en cette saison.

Il y a un peu plus de trafic en approchant de Calvi, vers laquelle j’ai droit à une jolie descente. Je cherche un endroit pour me connecter, et atterris dans un cybercafé hors de fucking prix: 3€ la demi-heure. J’ai pas envie de galérer à  chercher, et après les dépenses des derniers jours, je suis plus à ça près. N’empêche que la Corse, c’est cher.

Une demi-heure pour répondre à vos sympathiques commentaires (merci!), envoyer mon bazar, me renseigner sur les ferries, et sur le transport de vélos dans les trains français. Le ferry, c’est bon, le train, pas forcément…on verra ça à la gare.

Je reprends la route après ravitaillement en denrées diverses. Objectif (non atteint): arriver à l’Île Rousse avant 17h. Je bourre bien, mais pas suffisamment…y’a quand même une belle côte à se farcir!

Vers 17h, je suis tanné, et me trouve un coin pour la nuit: une sorte de pâture, pas loin de la route, était ouverte. Pas super comme spot, on entend bien le trafic, y’a des traces de (je crois) cochons sauvages, et tout. Mais bon, j’ai pas envie de chercher plus loin, je compte pas m’installer pour vivre ici de toutes façons.

Demain, selon la réponse de mes hôtes, soit je roule jusqu’au nord de Bastia, en coupant le cap corse par un col à un peu plus de 500 m, soit je commence mon tour dudit cap.

Bonne soirée sans sangliers!

Publicités
Cet article, publié dans Français, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Samedi 5 Février 2011: l’île de beauté (et des côtes) (Pero > Algajola)

  1. Cath dit :

    ça m’a fait plaisir de revoir les vues sur les calanches de Piana, la baie de Porto et la réserve de Scandola, ce sont des endroits inoubliables, vraiment !

  2. devillers rudy dit :

    slt jai une question , alors donc je me demande si tu a calculer le total des pieces que ta usée pour le velo depuis ton debut de voyage?et lachat de celui ci? cest juste que je me poser la question merci a+++

  3. anaîs dit :

    tu sais que si tu aimes les serpents mon pti enki alias dudule pour les intimes soit mon python royal te fera de gentil calin si tu passes à chantilly!!!;)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s