Dimanche 5 Juin 2011: rien à signaler (Kosevow > Pisanica)

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

(Dans les oreilles: Anonymus, « XX Metal ». Le best-of du groupe, sorti pour le vingtième anniversaire. Prosternez-vous!)

Une journée un peu plate, pas fait grand chose d’extraordinaire. « Comme les autres jours », pouvez-vous penser. « Mais en pire! », ajoute-je. Enfin j’ai quand même pas trop mal roulé: 127.7 km en 5h18, soit 24.1 de moyenne.

Sur la route vers 9h. Avant ça, premières tartines avec la confiture de fraises que j’ai achetée hier. Elle est un peu indigne de ce nom, doit y avoir plus de gelifiant/épaississant/sucre que de fraises, dans cette confiture. Par contre, les biscuits, achetés hier aussi, sont trop bons. Des cookies chocolat-noisette, miom.

Je reprends la route secondaire que j’avais entamée hier en fin d’après-midi. C’est assez cool en ce dimanche matin, relativement peu de trafic. De plus en plus de plaques baltiques. Je vois même ma première plaque finlandaise!

Avant d’arriver à Lomza, je passe par un bled appelé Konarzyce. Je trouve que ça mérite d’être signalé. Une fois en ville, ah, tiens, un gros magasin d’électronique est ouvert. J’entre pour mendier un peu de wi-fi…nan, veulent pas. Bon, bah c’est tout, allez mourir. Ils me disent cependant que le macdo du coin a une connexion.

Devant cette magnifique enseigne, j’envoie donc mes conneries et constate l’absence de messages/commentaires. OK, j’ai rompu mon rythme de posts journaliers, c’est peut-être ma faute. Et la répétitivité de ce blog doit être bien chiante, je comprends donc que vous vous désintéressiez. Bref.

En sortant de Lomza, je me trompe de route (classique!) et me retrouve sur la grosse 61, direction Augustow. C’est la bonne direction, pas envie de faire demi-tour pour aller rechercher la route secondaire…allez, on roule.

Bon, je refais pas le topo sur les grosses routes. C’est marrant, je croise des tas de camions de transport d’autos, immatriculés dans les pays baltes. Ils me croisent vides, et me doublent pleins. Quelque chose me dit que les pays baltes attirent les autos d’occasion d’Europe de l’ouest. (Non, les camions qui me doublent ne sont pas chargés de coupés flambants neufs.)

Au total, je me tape environ une cinquantaine de bornes sur cette large chaussée. D’ailleurs, par endroits, le passage des millards de camions a creusé une grosse ornière dans le bitume. Truc dangereux: ça fait un gros bourrelet d’asphalte à 50 cm du bord de la route. Raison de plus pour rouler plus à gauche.

Je fais une petite pause-bouffe dans je ne sais plus quel bled entre Stawiski et Szczuczyn. (Non, je ne sais pas le prononcer. Sacré carton au Scrabble en tous cas.)

Bah voilà, le pourquoi! Les polonais sont tellement nuls au Scrabble qu’ils ont mis des Z, W et K dans tous leurs mots pour faire des points quand même.

À la sortie de ce bled à l’imprononçable nom, je suis tanné de tous ces chauffards, alors je prends une petite route qui me semble bien partie pour rejoindre une route secondaire que j’ai repérée.

Évidemment, je dois me farcir un peu de route non-asphaltée. Bah, ça va, c’est pas long. Et après, j’ai droit à de l’asphalte. Elle est tellement pourrie que je souffre comme sur des pavés, mais bon, au moins je m’enfonce pas dedans.

Me voilà de retour en Pologne profonde. Des tas de cigognes, des petits villages, des mares, des routes indignes de ce nom. Des petits vieux, et des petits jeunes, sur de pauvres vélos, dont le bruit de souffrance laisse penser qu’ils ne sont pas, ou peu, entretenus.

C’est dimanche, tout le monde est de sortie: beaucoup d’attroupements dans les rues, devant les maisons, sur les places. Le monde me dévisage, me regarde de manière suspicieuse voire méchante, ou simplement intriguée. Le voyageur à vélo ne laisse pas souvent indifférent. À tout ça, je réponds par un coup de sonnette, un signe de tête ou de main, ou j’ignore et m’enfouis la tête dans le guidon en appuyant sur les pédales. C’est selon l’humeur. Mais j’avoue que les méchants vieux ont moins souvent le droit à la sonnette que les gamins intrigués.

D’ailleurs, marrant…comme d’habitude, en doublant un vélo je signale toujours ma présence d’un petit ding-ding. Et aujourd’hui, par deux fois, un gamin, probablement vexé, m’a redoublé dans la foulée, pédalant vite sur son bazou grinçant mal entretenu. Sont susceptibles, ici! Ne voulant pas faire de mal à leur égo, et ayant plus de 100 km dans les mollets, je les laisse s’exciter. Mais si ça arrive avec un rouleur, et pas dans un village…ça pourrait être le fun, une petite course, nan?

Il est environ 17h, j’ai pris du gros soleil toute la journée, je suis pas mal fatigué. J’ai ravitaillé en eau au dernier village…hop, je prends le premier chemin qui mène à un bouquet d’arbres. C’est merdique, plein d’orties et tout…sauf à un endroit agréable, ombragé, presque pas de moustiques, bref, impec’. Hubba, hop!

Ah, un truc que j’ai oublié hier. J’ai rencontré un mec plus puant (au sens propre…ou plutôt, sale) et crade que je ne l’aie jamais été. Vraiment dégueu, il puait, ark! Il m’a abordé dans la petite épicerie où je ravitaillais, et on a causé un peu en anglallemand à la sortie. Il m’a serré la main, berk. Pourtant il avait pas l’air clodo, c’était soi-disant un ancien prof d’allemand. Mais il connaissait pas le mot « Frankreich ». Je prononce mal, mais quand même…

Allez, bonne soirée les copains.

Publicités
Cet article, publié dans Français, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour Dimanche 5 Juin 2011: rien à signaler (Kosevow > Pisanica)

  1. bouderlique dit :

    Tu n’as pas un petit flacon de gel hydro-alcoolique? (bien utile aprés le serrage de paluches douteuses:) On t’a envoyé un sms de remerciements pour les articles et la passage où tu décris ta lessive, nous a bien fait rire. Bonne route vers le nord.

  2. Branchois Roulberdique dit :

    « Tu veux aider les polonais, tu leur envoies des voyelles »disait Topor… Ah l’odeur du goudron qui fond sous le cagnard à la presque verticale, que ça colle aux pneus si tu roules pas assez vite… Des bagnoles vers le nord par camions entiers, les camions de vélos sont fermés, tu peux pas deviner; mais on a assez d’usine d’auto par ici pour ne pas en bâtir là-bas… Et les vieilles caisses? Elles vont encore en Afrique? Non, chez les lapons, tirées par des rennes, avec un poêle dedans, super confort…

  3. Cath dit :

    SZCZUCZYN, comme au scrabble il n’y a qu’un seul Z, faudrait avoir dans ton jeu, outre le Z et le Y, les 2 C, les 2 blancs, ou Joker comme tu veux, qui eux ne valent rien. Donc pas terrible ce mot au scrabble. D’autant qu’en Pologne le Z et le Y ne doivent valoir que … des clopinettes. Mais d’toutes façons, on n’a pas droit aux noms propres !!

  4. jmi dit :

    ça serait rigolo de savoir quelles sont les lettres qui valent le plus de points dans un scrabble Polonais…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s