Mardi 7 Juin 2011: Vilnius, je t’aime (Miroslavas > Vilnius)

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

(Dans les oreilles: le clapotis de la fontaine qui est derrière moi.)

Une bien bonne journée, en veux-tu? En voilà!

D’abord, de la route: 122.7 km en 5h12, soit 23.6 de moyenne. Ensuite, du défi sportif de merde. Voyant que malgré le vent, je roule pas trop mal en début de journée (sur la route avant 8h), je me lance un petit défi…réussir à atteindre 28 de moyenne sur la première heure.

À l’attaque. C’est bien parti…mais damn, des faux-plats, et du vent de pire en pire…j’appuie, j’appuie. Je sue à grosses gouttes sous ce soleil matinal, avalant les gentilles montées sur le troisième plateau jusqu’à ce que mes jambes piquent. Merde, j’y arriverai pas…allez, je poursuis l’effort quand même. Finalement, je fais 27.14 km dans cette première heure…pas si mal. Je vous rappelle que j’ai 5 sacoches, que le vélo pèse entre 40 et 50 kg, et que ma dynamo pompe ses trois petits watts.

Voilà, la partie sportive, ça, c’est fait. Maintenant, relax pour la petite centaine de kilomètres qui me reste à rouler pour atteindre la capitale lituanienne, Vilnius.

Eh bin, y’en a du bois, ici! Forêt, forêt, et encore forêt. Un peu monotone, mais on s’y fait. Et puis c’est toujours plus agréable que centrale thermique, raffinerie et dépôt pétrolier, non?

Bon, y’a pas grand chose à dire sur la route, si ce n’est que j’ai quasiment pas eu de vent dans le dos, sauf à la fin, en mettant le cap au nord, vers la ville. Je dis pas « la grosse ville », parce que ça me semble pas si gros, et parce que…c’est la seule ville vue aujourd’hui, le reste étant juste quelques petits bleds.

Petite pause-goûter vers 11h: j’ai bien déjeûné (bombes caloriques chococacahuète power), mais ça fait quand même 75 bornes sans manger, là. Bref, j’ai pas mal roulé, puisque vers 13h je suis à environ 15 km du centras de Vilnius.

En arrivant dans la petite agglomération, petit ravitaillement. Puis, le vent dans le dos, je déboule sur les grandes artères de la ville, qui descendent jusqu’au Neris, le fleuve local. Vers 14h, je suis posé sur la pelouse d’un parc de la ville, et partage ma bouffe avec un clodo qui parle un peu français. « Pas thibulaire, mais presque », le mec, alors je lui demande pas mon reste et pars demander quelques infos à l’office de tourisme.

NB: je dois aller retrouver mon hôte, c’est l’heure…alors j’arrête d’écrire, quitte cette petite place, et vous retrouve plus tard.

Me voilà chez V., qui m’accueille ce soir. Merci beaucoup V., c’est un plaisir de te rencontrer!

Oui, l’office de tourisme. J’y demande justement où se trouve la rue dans laquelle habite mon hôte, et où me connecter.

Je file ensuite vous envoyer mon bazar, et checker différents trucs. Je suis le parasite à vélo qui squatte les connexions des honnêtes gens, en l’occurence le café du coin.

Je me balade ensuite dans cette bien jolie ville qu’est Vilnius. Au gré des coins de rue, et après reconnaissance du quartier dans lequel je passerai la nuit, je rencontre D., qui alors que je suis arrêté à un feu rouge, me lance un « where are you from? » accompagné d’un pouce levé.

On est restés là, un bon moment, à faire la causette sur le trottoir. Il m’indique l’emplacement d’un bike shop, où je vais pouvoir trouver la future chaîne de Tornado et un outil pour en mesurer l’usure.

Petite photo de D. et son gamin, échange d’adresse/numéro, et me revoilà en selle, direction le vélociste en question. Une petite demi-heure relax, le long de la jolie rivière dans cette ville décidément bien sympathique.

Passage express chez le vélociste, 139 litis (~40 euros) pour une chaîne XTR et un chain checker. Je pensais pas que ce serait si rapide! Impec, en tous cas. Et bonne nouvelle: l’élongation de ma chaîne actuelle ne dépasse pas le pourcent, elle peut donc tenir encore quelques bornes.

Je repars me balader. Vraiment, elle est super, cette ville. Jolie, apparemment vivable. On voit la forêt à l’horizon. Je trippe. Je me pose sur une petite place pour commencer à vous écrire. On a en fait changé d’heure, il est déjà 18h30, j’ai un peu de temps avant de rencontrer mon hôte.

Hop, voilà l’heure de la rencontre venue. Bien cool, V. m’accueille comme un prince. Douche, pâtes, lessive, et nous voilà en route pour quelques kilomètres dans Vilnius au crépuscule, et une bière lituanienne en terrasse. Merci V.!

Maintenant, c’est l’heure de dormir.

Bonne nuit vilnusienne!

Publicités
Cet article, publié dans Français, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Mardi 7 Juin 2011: Vilnius, je t’aime (Miroslavas > Vilnius)

  1. bouderlique dit :

    Ca nous fait bien plaisir que tu passes une nuit de « civilisé » chez quelqu’un de sympa. Suggestion:Si tu pouvais marquer Les prénoms en entier, ça serait mieux et plus sympathique. A plus!

  2. Meule dit :

    Chose importante: Elle est à combien la bière? tu aurais du garder des stats sur le prix de la pinte…C’est quand même un mètre-étalon chez nouz’ot’ !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s