Dimanche 12 Juin 2011: au nord, Tornado! (Lilaste > Papsaare)

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

(Dans les oreilles: Renaud, « Zénith 86 ». Avec « Trois Matelots », « Baston » et « Pochtron »!)

Une journée un peu bouffe-bitume: 151.3 km en 6h09, soit 24.5 de moyenne.

Jamais vu autant de moustiques. Sans exagérer, ils tournent autour de la tente, entre le toit et la moustiquaire, et au-dessus, par centaines. Me réveillant dans la nuit, je les vois pulluler et bourdonner. Ça m’angoisse un peu, j’ai l’impression de passer la nuit à me faire piquer. D’ailleurs, quelques saloperies de petites mouches sont apparues dans la tente la nuit, je sais pas comment. Bref, je m’en tire pas trop mal, avec simplement quelques piqûres. Faut dire que je me suis sacrément badigeonné d’huile à mouches pour remballer Hubba sans me faire trop bouffer.

Sur la route à 8h. Il fait gris et pas trop chaud, ça fait du bien de ne pas suer comme un boeuf dès le matin. En ce tôt dimanche, tout est désert dans les quelques bleds que je traverse. Il y a à peine quelques passants. Ouah, là! Un musée du vélo, avec plein de vieux vélos et tout. Ça a l’air super…mais ça ouvre à 10h: on oublie.

Allez, hue! Après quelques kilomètres, la route secondaire que j’emprunte se termine. J’ai alors le choix entre en prendre une autre, pas forcément asphaltée et qui fait un super détour, ou continuer sur la grosse E69. À cet endroit, elle a un super accotement et il n’y a presque personne sur la route: allez, c’est parti pour un peu de large bande bien asphaltée.

Franchement, c’est cool. Peu de trafic pour l’instant, de la belle forêt. Ça finit par être monotone, comme d’hab: les passages déforestés et comportant quelques fermes sont autant de sympathiques bouffées de clarté dans ce monde ombragé.

Je suis aidé par une petite brise, j’avance pas trop mal sans pour autant me crever. Bouh, ça y est, y’a plus d’accotement…et c’est limité à 100. J’adore…enfin ça va, ça reste large, et le trafic plutôt relax.

Lorsque la route s’approche vraiment de la côte, on voit les dunes, et la mer! Ça sent même la mer, des fois. Le vent marin, un peu frais, change des chaleurs de la Pologne, et du temps lourd que j’ai eu plus au sud. Ça fait plaisir!

À un moment, la route a été refaite à côté de l’ancienne route. À moi la vieille chaussée, déformée mais praticable quand même.

Un peu plus loin, je croise un groupe de quatre cyclotouristes allemands. Ils descendent de Tallinn vers la côte lettonne, où ils prendront un ferry pour l’Allemagne. Sympathiques, on cause de nos voyages et de la grosse route qu’on emprunte. Les camions sont maintenant de sortie: il est probable qu’ils aient seulement le droit de circuler après 10h.

Salut les collègues, bonne route! Me voilà reparti pour encore une vingtaine de kilomètres qui me sépare du bourg appelé Ainazi, à la frontière avec l’Estonie. Là, je démonte ma béquille, qui n’est pas conçue pour les customisations paternelles, et qui a rendu l’âme.

Je bouffe aussi…et demande à l’office de tourisme où me connecter. La fille ne parle pas anglais, d’ailleurs, ne parle pas tout court, mais m’allume l’ordi de sa collègue absente. Sympa! De là, je peux aller voir le mot de passe du réseau sans-fil dans les paramètres du routeur. Parce qu’elle ne le connaissait pas, bien sûr. Bref, je checke mes affaires, remercie bien la madame, et repars vers l’Estonie!

À partir de maintenant, j’ai quelques dizaines de kilomètres de route secondaire sympathique, longeant la côte. Accès aux plages et pavillons de vacances: la zone est assez balnéaire.

Apparemment, je suis sur un itinéraire cyclable: il y a des panneaux avec des petits vélos. Whatever, je ne suivrai que ma propre route. Alors que ledit itinéraire et moi sommes de retour sur la grosse route depuis quelques centaines de mètres, je croise encore un cyclotouriste allemand! Jasette classique. Lui fait le tour de la mer Baltique, par étapes, un petit peu chaque année. Plutôt cool! Good luck, nice to meet you! :)

Hum, je suis maintenant face à un dilemme: soit je m’arrête maintenant, avant la ville de Pärnu, soit je continue, la traverse et m’arrête après. Il est 16h, pas envie de stopper maintenant…on continue!

J’ai le vent dans le dos. Je suis doublé par des hordes de motards finlandais en Harley. Cuirs élimés, sur des pétoires aux guidons trop hauts et aux pneus trop larges. Enfin, ça a de la gueule, soit. Mais comme dirait Didier Super… »les motards, c’est comme les grosses tapettes en cuir… » :D

Ah j’ai oublié…j’ai vu une plaque norvégienne! Je pensais pas qu’un petit N tout con sur un bus pouvait donner le sourire.

Autre oubli: instant supercool aujourd’hui, quand une cigogne a décollé, et volé sur quelques dizaines de mètres, à quelques mètres de moi. Pas pu prendre de photo, bien sûr, mais vraiment j’ai trippé de la voir d’aussi près, et en vol. C’est pas en Harley que j’aurais vécu ça. Pareil, à un moment où je suis seul sur la large route, tiguidip! tiguidip! tiguidip!, un petit écureuil roux traverse quelques mètres devant moi. Trop jolie, la bestiole.

Finalement, je m’arrête pour ravitailler en flotte et en essence à réchaud à Pärnu. D’ailleurs, mendier de l’essence aux gens qui font le plein, ça marche vraiment bien. Moins cher que les bouteilles de combustible à 10$ le litre de Canadian Tire…

Sorti de la ville, je pensais prendre une petite route et me trouver un coin peinard près de la plage. Seulement, tout le long de la route, un golf truste tous les spots de camping potentiel. Et au bout de l’asphalte, soit une piste en litière à chiens, soit un camping payant.

Bon. 150 bornes dans les jambes. Aucune envie de faire demi-tour. 4€ la nuit au camping. (Douche pas incluse.) Allez, une fois n’est pas coutume, je vais payer pour camper.

Me voilà donc installé sur la pelouse, à l’ombre, pas loin du toboggan. Par la « fenêtre », je vois un camping-car tout-terrain monstrueux d’allemands qui apparemment aiment voyager léger. Il m’a doublé cet après-midi. À l’arrière du camion, y’a une moto…

Apparemment, y’a un réseau ouvert dans le coin, je vais peut-être avoir droit à une journée « aaaah, pas de wifi à mendier » demain! :D

D’ailleurs, demain, cap sur l’île de Saaremaa. Ouai, je me fais un petit détour et vais pas direct à Tallinn.

Allez, bonne soirée payante!

Publicités
Cet article, publié dans Français, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour Dimanche 12 Juin 2011: au nord, Tornado! (Lilaste > Papsaare)

  1. S. dit :

    Roh fais pas la tête, c’est déjà magique tout le camping sauvage que tu as su assurer ^^

    repose toi bien, là tu peux dormir tranquille, sans gros chien mechant, juste quelques teutons …au pire ça te rapellera Nuremberg en 2008 poto ;-p

    Reposes toi bien, bonne route ! stay safe

    S.

  2. bouderlique dit :

    C’est quoi cette photo qu’on arrive pas à définir (du plastique fondu?)

  3. Cath dit :

    De la mendicité…! de l’essence, du wifi, des sous…ce blog est déconseillé aux enfants donc. Bravo l’exemple des ainés ! Enfin, on dira que c’est de la débrouille. Les voyages forment la jeunesse, n’est-ce-pas, plutôt que la mendicité.

  4. Cath dit :

    Bouderlime un peu trop…
    C’était soudé par points la plaque de dessus sur celle de dessous… je pige pas bien comment ça a travaillé; le serrage a induit une flexion sur une section rendue élastique par affinage… Et au gré de l’usage, rupture. Bref, foirage… un coup de soudure électrique ou de brasure et ça repart. Mais ça va pas t’amuser de chercher la compétence finlandaise qui ne doit pas manquer… Sinon, renvoie-la à la maison, à moins que tu ne l’aies envoyée se faire recycler chez les Baltes. Si tu a l’œil du forestier, analyse le port des sapins, élagués avec des robots ébrancheurs sur n mètres pour une qualité sans nœud bu bois d’œuvre. Fortiches, les gens du nord…
    Bientôt, le jour le plus long…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s