Mardi 14 Juin 2011: Saaremaa (Koiguste > Lepiku)

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

Pfiou, une longue journée! Je vous écris en attendant le traversier qui m’emmènera vers Hiiumaa, l’île voisine. (Non, y’a pas de faute d’orthographe!)

Je quitte mon super spot vers 8h. Il fait gris: je n’ai pas eu droit à un doux réveil « ah le soleil me chauffe ». Enfin, je déjeune quand même sur les rochers, au bord de l’eau. C’est agréable de ne pas être cloitré dans Hubba à cause des moustiques, comme ces derniers jours.

Je reprends la route, direction Kuressaare, la plus grosse ville de l’île. Il y a là tout le confort moderne, des marchands d’autos, des supermarchés et du wifi. Petite pause internet, et ravitaillement, avant de me diriger vers le bureau d’accueil touristique. Je demande là une carte des routes asphaltées de l’île, et l’horaire des ferries.

Ah oui, après le chien cool de l’autre jour, c’est cette fois un sale cabot qui attend à côté de mon vélo quand je sors de l’épicerie. Alors que je ne fais rien d’autre que ranger mes denrées, je me fais aboyer dessus par la sale bête. Allez, une leçon de français pour le chien, une!

Je quitte un peu précipitamment la ville. Dommage, elle avait l’air cool…mais avec une trentaine de kilomètres au compteur, j’avais plutôt envie de rouler qu’autre chose.

Me voilà servi: je me tape de la grosse construction sur je ne sais combien de kilomètres à la sortie du bourg. La route a été complètement scrapée, au sens propre. Gravel, poussière, patches en sable…j’adore. Enfin, c’est pour la bonne cause: ils vont la refaire, je pense.

Ah oui, j’oubliais…pour l’instant je vais vers l’ouest, donc je me tape encore un bon gros vent de face. Allez, on pédale, et on lutte pour se maintenir à 20 km/h.

Je suis face à un dilemme: le ferry part de l’île à 9h30 et 19h30. 9h30, c’est bof, ça casse la matinée. Alors je voudrais prendre le 19h30. Mais aujourd’hui, ou demain? Si c’est aujourd’hui, faut cravacher un peu pour boucler le tour de l’île, et si c’est demain, c’est mini-journée aujourd’hui, et pareil demain. Alors, évidemment…j’ai roulé pour finir mon tour de Saaremaa aujourd’hui.

J’ai d’abord continué vers l’ouest, jusqu’à atteindre la côte ouest de l’île. Bataille contre le vent, que j’ai fini par gagner! C’est ensuite plein nord que je roule, pour atteindre le bled au doux nom de Kihelkonna(rd qui a trouvé un nom pareil, franchement? :D).

La route vers le nord est relativement abritée du vent: je peux enfin atteindre une vitesse décente sans me tuer à la tâche. C’est agréable de ne pas avoir (trop) à se battre pour faire avancer la machine.

C’est fou le nombre de libellules qu’il y a, par ici. Elles virevoltent de partout autour de moi. Parfois, il y en a même deux accrochées ensemble. Que font-elles donc?!

Bref, y’en a plein, donc y’en a forcément qui sont stupides et qui vont se mettre sous mes roues. Après « Paf le chien » et « Chlac-Chlac la girafe », voilà « Chkrouic la libellule »…pauvres bêtes.

Je m’arrête pour manger à Kihelkonna, après environ 85 km au compteur. Alors que je suis peinard en train de me nourrir, installé à une table de pique-nique, un camion-benne se gare pas loin, histoire que le chauffeur aille faire ses emplettes à l’épicerie voisine. Ouahhh mais il PUE ce camion! Pas le diesel, non non…il pue la merde, ou un truc du genre! Je sais pas ce qu’il y a dans sa benne, mais c’est assez immonde, ça pique le nez. On n’a pas idée de garer une bombe atomique pareille en plein village! Hum, heureusement les sardines ont du goût.

Un coup d’oeil à la carte…pfiou, le port d’où part le traversier est quand même à plus de soixante bornes. Enfin, à partir de maintenant, le vent est plus ou moins avec moi, puisque je retourne vers l’est de l’île. Ouf, ça va peut-être compenser mon allure d’escargot de ce matin.

Sur le bord de la route, je vois plusieurs vieux moulins à vent abandonnés. C’est un peu triste, ces belles machines qui dépérissent…et c’est aussi triste de voir que, malgré le potentiel éolien évident de cette île, je n’y ai vu quasiment aucune turbine.

Instant « ooooh, c’est meugnon »: il y a deux gros oisillons noir et blanc sur le bord de la chaussée. Lancé à plus de trente à l’heure, je les vois trop tard pour les prendre en photo avant qu’ils ne s’enfuient, appeurés par mon arrivée. Dommage…je sais pas ce que c’étaient comme oiseaux. Probablement pas des cigognes, en tous cas: je n’ai pas vu un nid sur l’île.

Voyant que j’ai un peu de temps avant l’heure du traversier, je décide de faire un crochet par les falaises de Panga. Un bien bel endroit que cette pointe ventée, dominant la mer d’une vingtaine de mètres…

(NB: me voilà dans Hubba. Dans les oreilles: Anti-Flag.)

Il me reste une bonne vingtaine de kilomètres pour rejoindre le petit port de Triigi, d’où part le bateau pour Hiiumaa. Le vent est avec moi, je roule bien. Après quelques kilomètres de gravel, la route est plus ou moins bien asphaltée. Impressionnant, le nuage de poussière qu’il y a derrière les bus croisés sur la portion sans bitume!

Je commence à sentir que mine de rien, mes jambes ont bossé aujourd’hui. J’ai un peu mal au pied droit aussi…mais j’arrive à bon port, c’est le cas de le dire. Arrivé vers 17h30, j’ai deux heures à tuer avant que le bateau n’arrive. Le moment idéal pour rencontrer un couple de cyclotouristes allemands!

Eux sont partis de Riga et vont vers Tallinn, en 18 jours. Ils sont de Nürnberg! Je ne manque pas de raconter une de mes meilleures expériences de festival, au Rock Im Park 2008. (« There was poop on my windshield! » Ahahah.) On jase de vélo, entre autres.

On se retrouve un peu plus tard sur le bateau, où ont aussi embarqué d’autres voyageurs à vélo, estoniens, eux. Mais on ne peut pas rencontrer tout le monde, avec eux la discussion se limite malheureusement à « vous venez d’où et allez où? ». On jase avec d’autres Allemands, qui habitent en Estonie l’été, et louent une de leurs propriétés ici. Ils connaissent pas mal le coin, on parle pays baltes. Sympathiques rencontres en tous cas. Au plaisir de vous revoir! Et commentez ce post, j’ai une super photo pour vous! :)

On accoste! Ah merde, j’ai pas payé mon billet. Heureusement on peut l’acheter à bord…encore 3€20. Hop, je descends en dernier du bateau. Je double mes collègues cyclotouristes, et tourne un peu plus loin pour un petit chemin allant vers la côte.

Je m’installe dans une sorte de prairie. Je crois que l’endroit est sensé être humide…mais il fait sec en ce moment. Espérons qu’il n’y ait pas de grosse grosse pluie cette nuit.

Il est 21h32 quand je retire mon cuissard, et me change pendant que les ramen cuisent. Putain de longue journée! 155.8 km en 6h28, soit 24 de moyenne.

Et maintenant, 22h55, j’ai plus qu’à relire, mettre les photos…et DORMIR!

Demain, tour de Hiiumaa, et retour sur le continent.

Bonne nuit en prairie!

Publicités
Cet article, publié dans Français, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

14 commentaires pour Mardi 14 Juin 2011: Saaremaa (Koiguste > Lepiku)

  1. Justine dit :

    Elles faisaient sûrement du tandem les libellules…

  2. Justine dit :

    Heille regarde t’es connu grâce à moi, quelqu’un sur mon blog a vu ton adresse et me dit : « J’ai par ailleurs filé l’adresse du vélocipédiste impénitent (Rémi, actuellement sur les routes de Pologne) à mon ami Lau (http://monochrome.dream.cowblog.fr/) parce qu’elle espère décrocher un séjour Erasmus en Pologne pour la rentrée… Elle a aimé…»

    À part que tu n’es plus en Pologne (ou j’ai rien compris !)

  3. GOUJON dit :

    J’adore la photo avec les panneaux : Baar, saun…ect…Heu petite question blonde t’es dans quel pays? j’ai raté qqes post sorry!! Sur Cahors RAS, il faut beau, les oiseaux chantent, les collèguent sont chiants bref ca va. Allez hop moussaillons courage sur ta vie de globe trotter en bicloune (je voulais placer bicloune alors fallait que je trouve une phrase :))

  4. jmi dit :

    J’ai l’impression à chaque lecture de découvrir un nouvel album d’Astérix…. des personnages, des noms rigolos, des chiens au caractère trempé…. tu as de quoi faire une BD à ton retour !

  5. Arnaud dit :

    C’est shlik-shlak la girafe ! Merci pour ta carte polonaise, elle est jolie et bien grosse ( J’ pense que dans deux ou trois cartes on atteindra le plafond du côté droit du mur. :)

  6. Cath dit :

    Stp, tu peux aussi nous mettre quelques photos de maisons, j’aimerais bien voir l’habitat typique, s’il y en a un…en Estonie !
    Bravo pour la performance .
    Ce soir nous avons encore un cyclotouriste chez nous, il va de Lille à Marseille, il est très sympa, on a bien bavardé. ça fait qu’on voyage, sans bouger de la maison !

  7. fa dit :

    Tes parents n’ont pas attendu l’existence des Warmshowers pour en exercer la fonction ! Et nous envoyaient les voyageurs pour l’étape suivante…. Mais tu le sais mieux que moi !
    C’est bien intéressant ton périple et j’admire ton courage de lutter seul contre le vent ! pour cath, elle trouvera des exemples d’architecture sur ton lien « louent une de leurs propriété ici » . D’ailleurs l’ambiguïté de la langue française ne nous dit pas si tes amis allemands sont propriétaires ou simplement touristes locataires !
    ça me rappelle notre passage en Dalécarlie ( en suède du centre) où l’on était tombés sous le charme d’une vieille ferme à vendre , en bois rougi à l’oxyde de fer avec un grand puits à balancier au milieu de la cour…
    Je crois qu’il te faudrait une petite encyclopédie des oiseaux…. Tu n’as pas fini d’en voir !!

    • zboud dit :

      Eheh ouai, c’est vrai…je me rappelle du père menaçant des cyclotouristes en brandissant un pain!
      Mes allemands sont propriétaires…et j’espère bien en voir encore plein, des oiseaux!
      Merci du commentaire :)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s