Mercredi 15 Juin 2011: Hiiumaa (Lepiku > Riguldi)

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

(Dans les oreilles: The Beatles, best of 1.)

Bon, je suis clairement pas motivé pour écrire ce soir. Il est 19h18, d’habitude je commence bien plutôt que ça…je vais donc probablement faire court. Vous aurez qu’à relire d’autres posts ou râler si vous êtes pas contents.

Avant de partir, je checke la chaîne de Tornado…ah, ça y est, son élongation a atteint un pourcent. Alors, je suis bon pour le changement avant de prendre la route. Putain que je regrette ma béquille! Je crois que le défi va être de trouver un revendeur Hebie à Tallinn ou Helsinki.

Je repars. J’ai plus rien à bouffer, ou presque…faut donc que je roule jusqu’au prochain gros bled pour ravitailler. Hop, 60 bornes le vent plus ou moins dans le dos, à travers la forêt d’Hiiumaa.

Encore un passage de grosse construction…5 km de caillasse, sable, poussière, miam. Content de retrouver l’asphalte, comme toujours.

Ici, y’a beaucoup de maisons en bois. Ça brûle bien…

Après mon ravitaillement/pause bouffe-internet à Kärdla, damn!, il me reste 1h30 pour faire les 28 km qui me séparent de Heltermaa sadam, le port d’où part le ferry. (Ouai, « sadam » veut apparemment dire « port ».)

Ah, d’ailleurs, je prends un peu de temps pour un petit point linguistique. De loin, on peut se dire que les langues baltiques, ça doit se ressembler. Eh bin, que nenni, Jar-Jar. Par exemple, « saloperies de biscuits au chocolat à l’huile de palme, mais bons quand même », se dit:
-« Topeltküpsided kakaokremi täidisega » en estonien,
-« Cepumi ar kakao krema pildijumu » en letton,
-« Sluoksnluoti sausainiai su kakavos krema idaru » en lituanien.
Seul point commun: le « kaka » du cacao. Moi, ça m’a étonné.

Faut donc a priori cravacher pour attraper le bateau, sous peine de glander deux heures sur l’île. Bon, ce serait pas très grave, c’est sûr, mais je veux voir Tallinn demain, moi.

Alors, gaz! J’ai le vent à peu près dans le dos, et un panneau dit qu’en fait, c’est 24 bornes, pas 28. J’arrive finalement un bon quart d’heure avant le départ. Ouf.

La traversée dure environ 1h30. Cette fois je ne rate pas le débarquement, et sors du bateau comme Rambo fuit devant une bombe qui explose. La bombe étant dans mon cas une horde de motoristes. Pis j’étais bien content de pouvoir à nouveau appuyer sur les pédales. Au fait, la nouvelle chaîne se comporte à merveille: les problèmes de rodage, c’est du pipeau, si on change la chaîne à temps.

J’emprunte, une fois n’est pas coutume, une belle piste cyclable en poussière bien tassée et roulante, ancienne voie de chemin de fer qui me mène directement à l’ancienne gare de Haapsalu, la ville locale. Je rencontre là un couple d’Anglais qui voyagent sur de rigolos vélos pliants. Jasette et échange de spots de camping sauvage. Salut, D. et J., commentez ce post et je viendrai vous voir à Manchester!

Ouah, des vieilles locomotives à vapeur, une jolie gare, même si BT ne me veut pas, je trippe! Je fais ensuite un petit tour dans la ville, et m’arrête au centre d’info touristique. Je ressors avec une carte du coin, à un peu plus grande échelle que la mienne. En sortant, je leur demande si je peux avoir de l’eau…ah bah non, 17h, on ferme! L’heure c’est l’heure…bon bah c’est tout, je m’en vais, en me disant « merde, déjà 17h, on a changé d’heure ou quoi?! ». Et non, fucking bateau qui bouffe la journée!

Joli bled, Haapsalu, avec un gros château, assez impressionnant. Remplissage d’outre, mendiage d’essence, et je roule. J’ai le vent pile dans le dos sur quelques bornes, hop, 40 à l’heure sans problème.

Je prends ensuite une petite route qui rejoint la côte. Encore un détour, mais j’ai pas envie de me taper la grosse route jusque Tallinn, et surtout je veux camper dans le vent, près de la mer. Entre le vent et le soleil, et les hordes de moustiques en forêt, mon choix est fait.

Tanné, j’ai le vent dans le nez, les derniers kilomètres me font pas mal chier, en plus il tombe quelques gouttes…enfin, rien de sérieux. J’arrive enfin à la côte, et trouve finalement un spot décent, bien que près de la route.

123.2 km en 4h52, soit 25.3 de moyenne aujourd’hui.

Demain, route jusque Tallinn, balade en ville. Puis, soit nuit pas trop loin et rebelote le lendemain, soit bateau pour Helsinki.

Allez, sarrasin-beans.

Bonne soirée dans le vent!

Publicités
Cet article, publié dans Français, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Mercredi 15 Juin 2011: Hiiumaa (Lepiku > Riguldi)

  1. GOUJON dit :

    Pas grand chose a dire, fucking day, une pensée pour toi…

  2. Justine dit :

    Rémi, j’ai reçu ta carte de Warsaw, juste avant de partir faire la présentation de mon futur oral final de maîtrise, ça m’a donné le sourire pour la journée, merciiii !

  3. Cath dit :

    vieille gare et vieux trains, beaucoup de charme ! jolies photos !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s