Mercredi 29 Juin 2011: à travers la Scandinavie, prélude (Perstrop > 63.21737 N, 17.85116 E)

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

(Dans les oreilles: Bad Religion, « 30 Years Live ». I’ll believe in God when 1 and 1 are 5!)

Encore une journée de beau temps, vraiment cool! De la bonne route (mais pas beaucoup-beaucoup), de la poubelle de rêve, du vent de cauchemar…

Je me lève, déjeûne et remballe torse nu sous un soleil superbe. Bon, j’avoue, j’ai quand même eu droit à deux piqûres de moustiques. Je remercie les voisins et m’en vais galérer dans les cailloux pour rejoindre la grosse route E4.

Peu de choses à raconter sur la matinée à vrai dire, grosse route chiante, surtout que le vent est encore contre moi. Route toujours aussi merdique à vélo, avec ses passages « une voie sans accotement entre barrières ».

Elle est quand même sympathique par endroits, en particulier quand il y a des rochers, ou quand on voit le chemin de fer tout neuf qui suit plus ou moins le même tracé, ou encore en haut des côtes, d’où on devine l’étendue de la forêt scandinave.

J’arrive dans l’agglomération de Ö-vik (flemme de tout écrire, les Suédois font pareil) vers 10h30. À tout hasard, je vais checker derrière le Lidl local. Désolé, mais cette poubelle, faut que je la raconte, parce que d’elle découle plusieurs scènes que moi-même, plutôt que d’en être l’acteur (la vedette?), j’aurais bien aimé assister.

Scène un: un mec déguisé en cycliste « full patch », avec marque de fromage sur les épaules et tout, debout sur un carton, à côté d’une grosse benne verte, tout le buste enfoncé à travers la trappe latérale de la grosse poubelle. Il a l’air d’avoir été mis à la poubelle, mais ça rentrait pas en entier. Le type en ressort avec des bananes toutes neuves, qu’il ajoute aux 2 kg de riz, au kilo de pâtes, aux deux boîtes de sardines, aux citrons, aux oeufs et aux kilos de pommes qu’il avait déjà mis dans un sac près de sa monture.

Hum, je parle de moi à la troisième personne, ça ne va plus. Enfin comprenez que dans cette benne, j’ai trouvé des kilos de denrées.

Scène deux: un vélo sur-sur-chargé, au pneu arrière déformé par tant de masse sur le porte-bagages, monte et descend péniblement les trottoirs pour se rendre au centre-ville d’Ö-vik.

Interlude: une pause internet, sur une connexion gratuite, après avoir testé trois réseaux ouverts, qui se sont avérés être des arnaques. (Autrement dit, des trucs payants.) Merci encore à M.B. de m’avoir averti de la fausse manip’ sur l’article d’hier, qui avait écopé d’un pot de masse.

Scène trois: le même mec, toujours habillé pareil, juge que la place principale de la petite ville, ensoleillée à souhait mais un peu surpeuplée, est un bon endroit pour sortir TOUTE sa bouffe, faire l’inventaire, le tri, manger, et recharger son vélo de toutes les denrées. Des sacs sortent (******, ça a vraiment pas de bon sens toute la bouffe que j’ai, gratuite, mais je la paye dans les côtes, eheh.):
-~1.8 kg de pâtes•
-~2 kg de riz•
-~2 kg de pain•
-6 boîtes de sardines (les deux de la poubelle, trois achetées hier, et une oubliée au fond de la sacoche)•
-un paquet de biscuits
-500 g de chocolat•
-un pot de beurre de peanut
-un pot de confiture
-3 citrons•
-6 bananes•
-2 nectarines•
-1t de pommes•
-250 g de ramen
-une boîte de thon
-5 oeufs•
-0.5 concombre•
-1 tomate•
-un tube de concentré de tomates
-des cubes de bouillon
-un peu de fromage
-un peu de jambon
(•=venant en intégralité ou en partie d’une poubelle)
L’homme rit devant le tas de denrées. D’un côté, il met ce qu’il mangera ce midi…puis il range méthodiquement dans les sacoches le reste de la bouffe. Il se nourrit ensuite sous les yeux des passants.

Je ne cherche plus de bouffe tant que Tornado pèse plus de 40 kg, sauf pénurie de denrées essentielles (genre beurre de peanut). Résolution tenable, on y croit.

Petit passage à la poste pour renvoyer à la maison mes gants d’hiver (non Mam, ils ne me serviront pas, là je suis en caleçon dans ma tente sans toit, il y a du vent, il est 19h36, et j’ai chaud…) et ma carte de la Finlande. En mode « colis », 285 Kr…erk, non. Ah, en lettre, 80? Ok, c’est honnête comme prix. Vogue, roule, vole, petit colis!

Remplissage des gourdes, puis je reprends la route. Je dois me taper encore quelques kilomètres sur la E4, avant de prendre la 335, route secondaire partant vers l’ouest. Allez, c’est parti pour quelques jours de traversée de la Scandinavie, cap sur Trondheim, en Norvège.

*****, c’est beau ici! Lacs de partout, autant de petits ilôts liquides dans cet océan vert. Les patches déforestés font office de nappes de mazout de dégazages sauvages.

Je croise d’ailleurs pas mal de camions de bois. Mais la route est cool, ça monte et descend un peu, tortille un peu. Pas trop de trafic. Peu (pas?) de villages. Je trippe.

Instant suprême, dans le (presque seul) village que j’ai traversé, une petite plage qui donne sur un lac. J’ai bien chaud, je viens de me taper quelques montées, je suis en nage. ******, ça ferait du bien de se baigner. Allez, on tombe les chaussures et le maillot, et à l’eau!

Aaaaah le bonheur. Pas connu ça depuis le Québec et Lac Mégantic, je crois. L’eau est bonne. Je sors rafraîchi, et affronte les prochaines montées en cuissard trempé qui me refroidit, c’est trop agréable.

Quelques dizaines de kilomètres plus loin, j’ai bataillé contre vent de face et côtes…je songe à me trouver un petit lac, filtrer un peu d’eau et camper. Ah bah, justement, un parking donne sur le lac local. Baignade, puis je réalise qu’il est presque 17h, et que l’endroit est sympathique, malgré le fait qu’il soit à quelques décamètres de la route. J’hésite un bon moment, puis décide de rester là.

Je misère pendant je ne sais combien de temps…filtrer l’eau, c’est fucking chiant!

Me voilà peinard au soleil dans ma tente. Il y a du vent, peu de mouches, quelques véhicules qui passent. J’ai cuit mes oeufs dans l’eau du lac. Et maintenant, je bâcle la fin de cet article, ajoute les foutues photos, et m’en vais manger!

Ce jour, 22.8 de moyenne pendant 4h54, soit 112.1 km.

Demain, route vers Sollefteå, puis toujours à l’ouest.

Bonne soirée ventée!

Publicités
Cet article, publié dans Français, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Mercredi 29 Juin 2011: à travers la Scandinavie, prélude (Perstrop > 63.21737 N, 17.85116 E)

  1. CARON Catherine dit :

    J’apprécie beaucoup l’expression: »de la poubelle de rêve » ainsi que la scène du banc…Too cool,Rémi!Encouragements de Yv et moi!
    Cheers;)

  2. bouderlique dit :

    Merci pour la carte « spéciale originale édition unique ». On a bien rigolé avec et aprés la lecture de cet article. Tu filtres combien de litres et en combien de temps?

  3. Brançois Fouder dit :

    Taing! Le butin du bulletin du jour vaut le détour… En produits locaux, on cherche encore; en fait, ils ne sont pas trop friands des exotiques, c’est pour ça qu’il y a invendus… Géologiquement, c’est en quoi les entours de la Baltique? je m’en vais me documenter; ne ramène pas d’échantillons!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s