Jeudi 30 Juin 2011: une première en 20000 kilomètres (63.21737 N, 17.85116 E> Fiskviken)

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

(Dans les oreilles: Chanson Plus Bifluorée, « Live 1991 ». Hipohytaïtaïyé!)

Ouai, aujourd’hui, une rencontre sympathique, et inédite en environ vingt mille kilomètres de voyage à vélo! On va y revenir. Reste de la journée sympathique aussi, j’ai pris 140 photos, ça veut tout dire.

Je me réveille par un temps toujours aussi agréable. Par contre, il n’y a plus de vent, donc les saloperies volantes, en l’occurence des petites mouches de ***** comme en Belgique, sont de la partie. Je me fais mordre la face et le reste.

Sur la route un peu après 8h. Vers l’ouest! J’ai un peu de vent avec moi, mais vue mon énergie, j’avance pas super vite. Comme d’habitude, il y a pas mal de camions de bois sur la route. Ils me doublent vides, et je les croise pleins, chargés de leur précieux butin.

Assez rapidement, je sors de la forêt pour arriver dans une jolie vallée. La route est bordée de prés. Je croise quelques tracteurs équipés de presses, pour compacter en jolies balles rondes l’herbe coupée.

J’ai roulé une petite trentaine de kilomètres quand je fais LA rencontre. Ah, un vélo chargé au loin! On s’arrête…et là, c’est le moment de la grande première: unE cyclotouriste! Une fille toute seule qui bouffe de la route! J’ai croisé pas mal de mecs en solo, quelques couples, quelques groupes mixtes, mais encore jamais de fille toute seule! Ça fait plaisir, un peu de féminité sur deux roues.

B. vient d’Autriche. Elle est partie il y a deux mois, et est allée jusqu’au cap Nord. Elle retourne maintenant en Autriche, via Helsinki. On jase de nos voyages, de vélo, et tout. Je lui refile le bon plan de la poubelle de Lidl Ö-vik. Elle me dit que sa roue arrière est voilée…en regardant la roue, je vois que la jante est fissurée à la base d’un rayon. Ayoye, c’est une vraie avarie! Je peux rien faire de plus que lui conseiller de la changer dès qu’elle peut. Échange de photos, salutations, et on reprend la route. Nice to meet you B., please comment if you read those lines!

Je roule jusqu’à Sollefteå, petite ville sympathique. Je brise ma résolution d’hier et récutaille en fruits et légumes à la poubelle locale. Je fais aussi le plein d’eau, quitte à me la trimballer toute la journée…pas envie de filtrer, comme hier. Tornado est donc bien lourd pour le reste de l’étape.

En ville, je galère à trouver un réseau ouvert, puis finis par demander au magasin d’électronique local, qui accepte que je squatte. Merci!

Il est 11h passé, j’ai roulé à peine 40 km, pas faim, pas motivé pour m’arrêter ici plus longtemps. Allez, on roule! J’emprunte maintenant la « grosse » route 87, qui est néanmoins bien plus agréable que l’insupportable E4. Ça monte et descend un peu…je misère avec mes litres de flotte et mes kilos de nectarines dans les côtes, et accélère comme une balle dans les descentes.

Le paysage est super, vallées, lacs, forêts, prés. J’ai même droit au passage d’un train sur la voie de chemin de fer voisine, avec klaxon, s’il-vous-plaît.

Je prends une petite route qui ne fait pas de gros détour, entre Bispgården et Ragunda. Pause-bouffe sur un banc du super cimetière de Bispgården. Je crois que rien qu’avec ce repas, j’ai rempli le quota de cinq fruits et légumes (de la poubelle) par jour.

Super idée, cette petite route. Les balles blanches dans les prés détonnent sous ce beau soleil, ça remplit la belle vallée d’une atmosphère particulière. Bizarrement, ça me rappelle un peu la Suisse.

Au fait, à la demande générale, je vais essayer à partir de maintenant de photographier une maison par jour, au hasard.

Malheureusement, à Hammarstrand, la petite route n’est plus asphaltée…hop, je passe sur un pont jouxtant le barrage local, et retourne sur la 87. Elle se fait maintenant vraiment belle, longeant les lacs, dont un vraiment massif qui s’étend sur des kilomètres.

Les berges sont rocailleuses…et j’ai droit à un tunnel! Supercourt, mais quand même, le premier « vrai » tunnel depuis la France. Ouai, j’en avais pris un à Warszawa et un autre à Helsinki, mais c’était pas pour passer à travers un rocher.

La route est vraiment collée au lac: pas question de camper sur le bord, elle est trop passante. Ah, mais là, elle s’éloigne de la berge sur quelques kilomètres, une route en gravel s’en va vers le lac, et une aire de repos est fléchée…

Évidemment, cela laisse présager un joli spot! Un peu plus loin, je tombe sur un petit endroit à l’herbe tondue, avec tables de pique-nique, petit ponton, fond du lac en pente douce pour se baigner. Personne. Juste de drôles de mouches qui passent leur temps à voler de haut en bas à la verticale. Pas de vent, pas de moustiques, mais quelques membres de l’armée de l’air belge.

Hop, je rince tout le sel accumulé sur mes tempes, et le reste, en nageant quelques mètres dans le lac. Ça fait du bien! Par contre, il n’y a plus trop de soleil: de gros nuages le cachent. Le retour de la pluie, bientôt? Le plus tard sera le mieux.

Aujourd’hui, 141 km en 6h03, soit 23.2 de moyenne. 866 m de dénivelé…on augmente progressivement.

Ah, j’ai aussi calculé quelques stats sur le voyage. 5040 km depuis le 19 Mai, soit 123 km par jour de route en moyenne. (117 en comptant les deux jours de repos pris jusqu’à présent.) À 23.4 km/h, pendant 215 heures de selle. Qui veut aller loin…fait du vélo?

Bon, je vais mettre de l’huile sur le truc du ponton qui grince depuis tout à l’heure, ça commence à me taper sur les nerfs, eheh.

Bonne soirée sur gazon!

Publicités
Cet article, publié dans Français, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Jeudi 30 Juin 2011: une première en 20000 kilomètres (63.21737 N, 17.85116 E> Fiskviken)

  1. bouderlique dit :

    Merci pour la photo de la méga ambulance avec ses énormes phares. Mais je ne peux pas la copier dans « mes images « du PC.

  2. Brançois Fouder dit :

    Marrant le sens du vent! je reconnais un nuage qui est passé au-dessus de chez nous 3 jours avant poussé par un vent de sud… Quoi! je rêve? Ah bon… Mais en montgolfière, pas pilotée par un mec aux chromosomes bien comptés, eût-ce pu le faire? N’importe quoi! Bon, ils enrubannent le foin… Pas moyen de sécher, commodité de stockage?

  3. Mam dit :

    « je récutaille » ! joli néologisme bouderliste !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s