Jeudi 7 Juillet 2011: jour de chance! (Fræna > Straumen)

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

(Dans les oreilles: Rise Against, mais ça commence à me saoûler, je vais passer aux Dale Hawerchuk.)

Longue journée. Super rencontres. Je fais vite, il est 21h16, soit 3h plus tard que mon heure de début de rédaction « habituelle ». Je suis claqué…

Sur la route vers 7h40, après un petit déjeûner face au lac, sous un joli ciel bleu, avec néanmoins quelques nuages. Ça fait plaisir, commencer la journée sans grisaille.

Cap sur Molde, petite ville à une bonne trentaine de kilomètres. De là part le traversier qui m’emmènera vers Vestnes. Ah, un tunnel…je demande au gars du péage si je peux rouler dedans. Il me dit que lui ne le ferait pas, mais que certains tentent leur chance. Bon, il y a une route alternative…je me fais donc la petite grimpette, et garde ma chance pour quand j’aurai pas le choix.

Un gros bateau de croisière est à quai, à Molde. Il a vomi des hordes de vieux dans le bourg, qui est donc mitraillé par des centaines d’appareils photo de vieux. Le panorama, vu des quais, est superbe. Vite, c’est l’heure du traversier, on file à l’embarcadère! Ma pause internet tourne court…ou plutôt, c’est ce que je crois: il y a le wi-fi sur le bateau.

Je débarque avant les motoristes, et file vers Tomrefjord, petit village au bout d’un des bras du Moldefjorden. La route est bien agréable, sur fond de montagnes, de mer, de beauté norvégienne.

Pour rejoindre Vatne, j’ai le choix entre longer la côte, ou couper par une petite route qui monte, qui monte…allez, on grimpe! Assez sportive comme solution, la pente atteint la dizaine de pourcents par endroit.

En descendant de l’autre côté, la pluie se met à tomber…trois gouttes, dans un premier temps, puis c’est parti pour de la vraie pluie, de la vraie grisaille, pendant deux bonnes heures. J’en profite pour récutailler 2 kg de muffins au citron, 500 g de tortillas trop bonnes qui me rappellent les Sun Chips, mes croustilles préférées. Je déguste le tout dans un abribus, en en profitant pour attendre la fin du déluge.

En reprenant la route, le soleil se pointe à nouveau, et me permet d’admirer la côte sous un ciel plutôt dégagé. Je roule maintenant vers Ålesund, via une petite route…qui, à ma plus grande surprise, se termine…en tunnel interdit. Et *****.

Ah, j’oublie, un instant qui m’a fait rire. Je fouille une benne derrière une épicerie. Une dame du magasin arrive et me demande ce que je fais. Je lui dis que je cherche des oeufs. Elle a l’air surpris en me disant que c’est interdit. Je me casse en rigolant.

Bon. Le tunnel est interdit, comme d’hab, ça fait ****. Je fais du stop. Pas dix minutes se sont écoulées quand un gros camion, grosse remorque, s’arrête sur l’abribus lieu de mon attente. Évidemment, je ne crois pas qu’il s’arrête pour moi. Mais si! Ouahhh!

*****, j’ai les larmes aux yeux en écrivant ça, comme en roulant après qu’il m’ait débarqué de l’autre côté du maudit tunnel. Vraiment super, comme mec, ce routier. Il a pris la peine de garer son gros bahut, m’ouvrir les portes de la remorque, m’aider à soulever Tornado…deux fois. Le tout pour « collecter du bon karma », en espérant que « quelqu’un aurait fait pareil pour lui ». Lui est Polonais, jeune père, et parle superbien anglais, ayant vécu à Londres. Je n’ai ni son nom ni son adresse, juste un ****** de bon souvenir de lui. Des fois, je me dis que l’humanité peut peut-être s’en sortir.

Il se remet à flotter alors que je me balade dans Ålesund. Je cherche un vélociste: le roulement de pédalier de Tornado est en train de rendre l’âme, après environ 16000 km de bons et loyaux services. Celui du centre n’a pas la pièce en question, et m’envoie vers un gros magasin un peu plus loin.

Ålesund est jolie, malgré la grosse pluie. Je ne sais pas si elle mérite le titre de plus belle ville de Suède, mais l’architecture « art nouveau », utilisée après un incendie monstre ayant ravagé la ville dans les années 1900, est bien particulière. Sans compter la soupe aux carottes, le chocolat et le gâteau aux amandes d’une superpoubelle.

Tornado est fort chargé, mes sachets de soupe déshydratée fraîchement récupérés dégringolent lors d’un cahot un peu brutal, alors que je croise un ado. Eh bin, ici, les ados aident les clochards à vélo à ramasser leur bouffe. ****, que les gens sont fins, ici!

Zut alors, le gros magasin de sport n’a pas mon bottom bracket. Mais alors que je viens de demander au vendeur, un client m’aborde. Il a la pièce et l’outil qu’il faut chez lui! N’en ayant pas l’usage, il veut bien me la donner, et me prêter l’outil. Ouah…c’est mon jour de chance, je crois.

H. revient dix minutes plus tard avec tout ce qu’il faut, et me laisse changer le roulement, alors que lui doit filer chercher quelqu’un à l’aéroport. Je laisse les outils derrière une pile de pont, comme convenu. H., un grand merci, tu m’as sauvé!

Il est passé 18h, je commence à fatiguer. Je continue un peu ma route, et suis maintenant sur une toute petite voie qui tournicote le long de la côte. Zut, j’ai pas fait le plein d’eau…et j’ai pas envie de filtrer. Allez, je toque à une maison et mendie le précieux liquide. Je tombe sur une supermamie qui parle anglais et me remplit mon outre. Merci!

Quelques minutes plus tard, il ne pleut pas quand je monte la tente. Alleluia. Par contre, il y a pas mal de mouches. Voir même énormément, genre le long du mât de Hubba, c’est quasi noir. J’espère que tout ça sera crevé demain matin, je me suis déjà fait pas mal bouffer ce soir: vue la densité, chaque ouverture de la tente se solde par l’instrusion de quelques-unes de ces saloperies.

Tortillas, soupe-pain, fruits, gras et sucre…et je vous écris. 22h25, encore quelques dizaines de minutes à choisir parmi les 150 photos prises aujourd’hui. Puis dodo!

Ce jour, 132 km en 5h57, 22.2 de moyenne, 1166 m d’ascension.

Demain, route vers Åndalsnes (100 km), et, j’espère, ascension de la route des Trolls (838 m). Sauf si je me fais dévorer par les mouches dans la nuit.

Doux rêves de camion!

Publicités
Cet article, publié dans Français, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

14 commentaires pour Jeudi 7 Juillet 2011: jour de chance! (Fræna > Straumen)

  1. bouderlique dit :

    C’est un norvégien qui a gagné l’étape du Tour le 7 juillet. Bon anniversaire !(tu ouvriras peut-être une petite biére pour l’occasion!).

  2. bouderlique dit :

    C’est un norvégien qui a gagné l’étape du Tour le 7 juillet. Bon anniversaire !(tu ouvriras peut-être une petite biére pour l’occasion!). Est-ce que tu as changé ton pneu plutôt usé?

  3. joelle dit :

    Bon anniversaire Rémi!! Merci pour tes photos
    et tes reportages que nous attendons chaque jour avec
    impatience .

  4. Mimi Menu-Bock dit :

    Happy Birthday ! Alles Gute zum Geburtstag ! Joyeux anniversaire ! C´est un beau Kdo tous ces paysages !
    Merci pour les belles photos, c´est vraiment beau la Norvège. et puis tu fais de belles rencontres !
    Mamie Mo. t´embrasse et te souhaite aussi un happy Anniversaire : Elle a beaucoup pensé à toi aujourd´hui !
    Prends soin et profite !
    bisesdesbocks

  5. fa dit :

    Joyeux anniversaire Rémi !!!!! Bises et… tout plein de bonnes rencontres !

  6. nico dit :

    « Les routiers sont (parfois) sympas » (quand ils ne roulent pas à tombeau ouvert, et ne forcent pas les cyclistes à tâter du bas-côté…)
    Bon anniv’, btw ! allez, reprends du gâteau, va !

  7. nico dit :

    I Love NYC…. mais bon, quand même !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s