Lundi 18 Juillet 2011: RAS à la norvégienne (Åmli > Siljan)

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

(Dans les oreilles: Chimaira, « Pass Out of Existence ». Seeeeveeeerrrreeeed!)

Une journée sans rien de très exceptionnel, je doute que cet article vous passionne. 129.8 km en 6h03, soit 21.4 de moyenne.

Il y a un rayon de soleil ce matin! Ça fait plaisir, après le déluge d’hier. En fait, aujourd’hui, j’ai eu quasiment zéro pluie, à peine quelques gouttes par-ci par-là.

Mes fringues ne sont pas sèches pour autant. Ah, quel bonheur, d’enfiler un cuissard-éponge-mouillée, un maillot humide, des chaussettes encore trempées! Vraiment, je pense que je vais dorénavant embarquer un peu plus d’eau pour mouiller mes vêtements le matin avant de les enfiler, pour reproduire cette délicate sensation.

La route est encore trempée. En fait, tout le paysage porte les stigmates de la journée d’hier: les torrents sont gonflés, les lacs débordent. En voyant les arbres et autres terrain de beach-volley submergés, je suis bien content de n’avoir pas campé au ras d’une étendue d’eau hier. En même temps, j’aurais été un peu stupide.

Je continue ma route, cap au nord-est. Je roule successivement sur la 41, 358, 38, 356 et 32. Plus le numéro est bas, et plus il y a de trafic. Et plus il est élevé, plus ça grimpe. (1453 m de montés lors de cette étape, au passage.)

Sur la 41, je passe près de ce camping à la plage inondée, qui m’a quand même un peu stupéfait.

La 358 me fait franchir un col à un peu plus de 500 m. Il y a là une station de ski, mais (heureusement et bien sûr) pas de neige. Par contre, il y a quand même des touristes, dont un qui rigole en me voyant passer. Bien content de le voir content, mais j’aime pas ça quand même: qu’est ce que j’ai de drôle? Mon pneu arrière? Mon odeur de clochard? Mes sacoches dégueu? Bref, toujours un peu l’impression qu’on se paye ma tête dans ce cas. Enfin, je m’en fous de ce qu’il pense, anyway.

Ah, au passage, quelques néologismes-compressions dont vous comprendrez le sens. Cyclochard (ou itinérenvélo au Québec), véloayageur, véloyage.

Je rejoins Drangedal par la route 38. Trop longue pause internet. Je lis sur le site de France Info qu’Eva Joly veut supprime le défilé du 14 Juillet. ******, enfin quelqu’un qu’a des ******** et des bonnes idées. Eva, si tu continues comme ça, j’irai voter, l’année prochaine. Enfin chut, ici on cause véloyage, le reste, c’est le reste.

Rien dans les poubelles. Je fais donc les courses, ouah, ça fait longtemps! Le pain pas rassis est tout mou et fait pâle figure après un séjour dans les sacoches, les maquereaux sont chers. Je mange sur un banc public. Deux gars causent pas loin…enfin, l’un cause, et l’autre approuve sans cesse: assez marrant comme dialogue.

La route 356 est bien jolie, il fait beau, je trippe. Par contre, elle bat des records de dents de scie, avec ses pentes à 9%. Vas-y, bourre en 48×11! Ah bah non, après trois coups de pédale, ça remonte raide, on repasse en moulinette…

Ah, un rouleur me double! Sachant que je ferai pas le poids, je décide de ne pas essayer de m’accrocher. Puis je regrette alors qu’il est quelques centaines de mètres devant et que je misère un peu, le vent dans la face. Alors je décide d’essayer de le rattraper…dur, dur. Je gagne un peu de terrain, mais peine dans les montées. Après quelques kilomètres d’effort, je lâche l’affaire. Moralité: toujours essayer de s’accrocher quand on se fait doubler, mais pas déposer.

La 356 m’emmène jusqu’à Skien, petite ville que j’avais définie comme minimum à atteindre aujourd’hui, pour avoir une journée normale demain et arriver chez mon hôte en fin d’aprem. Sympathique bled, avec un barrage, et un canal. Et un regard complice d’employée d’épicerie qui sort des sacs de fruits et légumes! J’aurais peut-être dû lui demander du pain et des œufs, mais c’eut été abuser de sa complicité.

J’aime ces journées où je prends la pluie seulement une fois dans la tente, alors que j’ai avec moi tout ce qu’il faut pour tenir douze heures de siège. Ouai, quelques gouttes viennent de tomber sur mon petit abri.

À la sortie de Skien, je me farcis 250 m d’ascension en guise de cerise de fin de journée. Seul truc chiant, le trafic sur cette grosse route 32.

En haut, un lac! Je prends une petite route pour camper au bord, pensant trouver un coin assez sauvage entre les chalets le bordant. Mais elle me mène en fait à un mini-aérodrome, probablement pour l’aéromodélisme. Ouah, la petite cahutte qui est là est ouverte, et tout confort, canapé, poêle évier…mais bon, j’ose pas m’y installer, je sais pas si c’est privé, et puis je suis quand même passé sous une barrière pour arriver là. Hier, j’aurais pas hésité, mais aujourd’hui je préfère planter ma tente sur la pelouse.

Me voilà donc peinard, à 200 m d’altitude, sur le bord de la piste à petits avions. Spéciale dédicace à A.N., mec, ta vidéo me fait trop rire à chaque fois que j’y repense. Et j’espère que t’es pas dans les victimes du kamikaze du 14 Juillet…:s

Allez, pâtes à la soupe aux carottes.

Bonne soirée aéromodéliste!

Publicités
Cet article, publié dans Français, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Lundi 18 Juillet 2011: RAS à la norvégienne (Åmli > Siljan)

  1. Juan Altitude dit :

    On veut les photos du mini-aérodrome!

  2. alex dit :

    hello hello zboud ! preuve que je suis régulièrement ton blog : je te peux répondre « quasiment » en live haha! Merci pour la dédic. Encore félicitations pour ce que tu fais, c’est vraiment géant. Et tes photos sont excellentes : c’est un peu une évasion quotidienne pour nous. Ouais, pas d’aéromodélisme ici, mais en Afghanistan le grand jeu c’est les cerf-volants ! Donc pas de gros dépaysement. Hé t’inquiete c’est pas encore aujourd’hui que je passe l’arme à gauche, même si ça fait jamais plaisir d’accompagner le cercueil de son camarade jusqu’à un avion..
    Bonne chance dans tes récutaillements mon vieux, j’espère surtout que le temps va s’améliorer pour toi !!! A+ et bonne route, rouleur céleste !!!!

    • zboud dit :

      Ahhh, ça fait plaisir de te lire! Merci du commentaire! Ça doit être trop fort les cerf-volants là-bas…
      Courage mon pote, quand tu reviens faut qu’on roule! :)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s