Vendredi 29 Juillet 2011: fatigant Danemark (Øerne > Romlund)

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

(Dans les oreilles: Bérurier Noir, « Même pas mort ». « Apaches, Cheyennes, Sioux, Comanches…et Keupons! Tous unis contre les flics et les tuniques bleues! Allez!)
(Et pour la relecture: Beastie Boys, « Licensed to Ill ». « You gotta fight, for your right, to partyyyyy! »)

Je suis rincé, après 6h34 de bataille à 20.5 de moyenne, soit 135 km. Une bien belle journée, ventée et fatigante.

Sur la route vers 8h, il fait un peu gris, mais c’est agréable quand même. Le soleil perce les nuages, donnant lieu à d’impressionnants spectacles dans le ciel.

Je suis tantôt la route cyclable, tantôt les petites routes avoisinantes. La route cyclable prend des chemins de gravel, ce qui a le don de m’exaspérer, comme d’habitude.

Je passe encore entre de nombreux champs de céréales, ça sent toujours aussi bon.

Rappel: j’ai eu le vent dans la face toute la journée.

Un peu avant d’arriver à Århus, sur le bord de la mer, on peut admirer une énorme centrale électrique, apparemment au charbon. Le Danemark tire plus de 20% de son électricité du vent, mais le reste est très probablement plus carboné.

Les passages sur la route 21 me saoulent. Les motoristes danois ne sont vraiment pas respectueux. Très peu ralentissent en me dépassant. Ouai je sais, ça aussi je l’ai déjà écrit hier.

J’arrive à Århus en fin de matinée. Instant poubelles: je fouille, caché derrière le conteneur, pour ne pas me faire surprendre par les employés préposés au gaspillage. Récutailles du jour: pain, mini gâteaux marbrés, cacahuètes au wasabi, amandes, gâteau de riz, tomates bio, chou, pêches…je sais pas ce que j’oublie.

Squat de connexion de fast-food, puis remplissage de bide sur le parvis d’une église. Oh, en montant là (au passage, le Danemark, c’est pas si plat: 729 m de montée ce jour), je suis béat devant…un parking à vélos. Vous savez, comment ils empilent les bagnoles pour gagner de la place, à New York? Bin là, c’est pareil, mais avec les vélos…impressionnant.

Alors que je finis de manger, un mec me tourne autour en regardant son iphone…bizarre. On finit par causer…ah tiens, un géocacheur! Mais si, vous savez, le geocaching, c’est cette espèce de chasse au trésor où le but est de trouver une bricole quelque part, et d’y écrire son nom, ou un truc du genre. Bon OK je sais pas précisément en quoi ça consiste, à part trouver des machins à partir de leurs coordonnées GPS.

Toujours est-il que le mec semble tripper là-dessus, et part en Turquie avec son fils la semaine prochaine. Là aussi, il écrira son nom sur des bouts de papier dans des boîtes à moitié enterrées.

Je quitte la ville, toujours freiné par le vent. Je suis la route 26, cap sur Vilborg, qui est à 65 km environ. Pfiouuu, je lutte. Ouah, un tracteur…manque de bol, il me double pile sur un faux-plat. J’en mets un gros coup, mais ne parviens pas à rester dans son sillage. Caramba, encore raté!

Ce sera plus facile avec le prochain, un cycliste qui revient du boulot…je me fais dropper sur les faux-plats malgré mes plus intenses efforts. Mais sympa, le mec m’attend en haut! On jase vite fait une fois qu’on doit se séparer…il parle peu anglais. Il fait 21 km aller, 21 km retour tous les jours pour aller bosser, jolie distance. Admettez donc que vous n’avez aucune excuse pour ne pas arrêter de prendre votre voiture pour aller bosser…

Pfiouuu, ces passages intenses m’ont lessivé. Je galère à atteindre Vilborg, mais je roule sur des petites routes bien sympathiques. Des champs se font moissonner, des églises trônent sur l’horizon, de petites vallées me font appuyer sur les pédales pour en sortir.

Tiens, des nouvelles de D., mon Américain rencontré en Norvège, qui habite dans le coin! Ah, too bad, il est encore à Oslo. Pas de bière-jasette.

Je me sens pas mal rincé en me baladant dans la petite ville. Les jambes demandent à se reposer…125 km au compteur, quand même.

Je sors donc du bourg, pensant me trouver rapidement un confortable champ moissonné. Mais ça a pris un peu plus de temps que je pensais…c’est assez dense, et aucune parcelle n’a été moissonnée. Finalement je me trouve une bordure de champ campable. Aaaah, qu’est ce que ça fait du bien d’enlever les chaussures!

Allez, soupe aux carottes-pâtes.

Bonne soirée aux champs!

Publicités
Cet article, publié dans Français, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Vendredi 29 Juillet 2011: fatigant Danemark (Øerne > Romlund)

  1. Mam dit :

    Quelle forme ! Tu as dépassé les 8000 km depuis le 19 mai…
    Et Tornado a l’air de bien tenir le coup aussi.
    C’est fatigant à cause du vent , sinon, y a quand-même moins de pente qu’en Corse !
    Et que compte-tu voir au Danemark ? ( à part des éoliennes bien sûr ! )

  2. jmi dit :

    BINGOOOOOOO !!!!!!!!!!!!!!! La cartonette Copenhague/Boite à chaussures atteint le NIRVANA en haut du plafond…. remporte le trophée et parachève l’édifice :-) ah quel challenge ! Tant de sueur aux quatre coins du monde pour réussir cet exploit !
    Bon en fait il y a quand même des trous à combler…. tu peux continuer, style Picardie – Pékin via Prétoria….. non Cath c’est pour rire ;-)

  3. bouderlique dit :

    Merci pour l’envoi de la carte-carton arrivée ce matin. Pas de tampon ni de code-barre des services postaux. On se demande comment elle arrivée? Le grand bateau navigue-t-il encore? Impressionnant le parc à vélos! Bon dimanche au sec.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s