Samedi 30 Juillet 2011: Danemark, je t’aime (Romlund > Vejlby)

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

(Dans les oreilles: Parabellum, « Bordel Inside ». Je vais bosser chez ISL, je marche sur le trottoir de l’avenue de Flandre…ah non?! Je suis dans ma tente…)

Ah, une journée qu’elle était bien. Merci le soleil, la mer, les poubelles.

Ce matin est un peu humide, il fait gris. Trop fort, plein de petits escargots mangent les orties qui jouxtent mon spot de cette nuit. Manque de bol, avant de partir, l’atmosphère s’étant asséchée, les gastéropodes avaient disparu. Tant pis!

Pour une fois, je suis bien content de voir les éoliennes arrêtées. Le vent n’est pas encore levé, ah, ça fait du bien!

Une quinzaine de kilomètres parcourus. C’est maintenant…Pâques! Si, si: je trouve une douzaine d’œufs dans une poubelle. Le pied! Hop, opération cuisson sur le stationnement de l’épicerie, avant de mendier un peu d’essence et de reprendre la route.

La grisaille a disparu, et a laissé place à un beau ciel bleu. Le vent est encore discret. Hop, lunettes de soleil, on appuie sur les pédales! Les champs embaument l’air de cette douce odeur de céréales dont ils ont le secret. Je tiens le 25 km/h de croisière sans trop me fatiguer. Bref, ça roule.

Rapide pause internet à Skive, puis je continue vers Nykøbing M., ville un peu plus au nord. Le vent est levé, et un peu bizarre, des fois avec moi, des fois contre, alors que je ne change pas de cap.

Je trippe en voyant toutes les éoliennes. Contrairement à celles qu’il y a en France, ici, elles ne sont pas toutes récentes. J’adore ces « vieilles » machines qui crachent leurs watts depuis des décennies…mais bon, rien ne vaut la majesté d’une Enercon flambant neuve.

Mam, ferme les yeux pour la phrase qui suit. Aujourd’hui, surtout à Nykøbing et en plus des œufs de ce matin, je sors des conteneurs des gâteaux au chocolat, un gâteau aux carottes, des gâteaux au chocolat et à la menthe, un melon, du raisin, des cerises, des figues sèches, des pâtes fraîches, des bonbons à la menthe, du pain à la patate…je crois que « c’est tout ».

Je mange sur la place de l’église, en écoutant jouer un trio trompette/banjo/gros cuivre qui fait un son grave. Sympathique, mais je suis arrivé un peu tard, le show se termine rapidement.

Ah, deux cyclotouristes! Ils ont l’air Allemands. Sont pas venus me causer, faut dire que je fais pas mal cyclochard avec mon maillot blanc taché d’un peu de crasse éboueuse, et du jus de melon tout autour de la bouche quand je leur ai fait signe. Allez, sans rancune. Pas envie de raconter mon histoire de toutes façons, elle vous fera trop envie parce que vous êtes bêtement en vacances deux semaines, de toutes façons…ahahah! :D

Je me trompe de chemin en reprenant la route, comme d’hab. Je rattrape assez vite…et ai droit à quelques kilomètres le vent dans le dos, youhou!

Je roule vers l’ouest, toujours entre les champs de céréales et les éoliennes. Objectif: rejoindre la côte, et rouler ensuite plein sud.

Je prends le petit traversier de la route 545, à travers le Nees Sund. Un vieux rafiot en partie en bois, avec barrières manuelles sur les rives, j’adore.

Hier, j’ai passé la partie la plus « montagneuse » du Danemark. Aujourd’hui, les faux-plats sont plus courts et moins « raides », même pas 400 m de dénivelé sur cette journée. Pour 120.5 km, en 5h01, soit 24 de moyenne. Ouai, j’ai pas mal roulé je trouve.

En particulier juste après Agger, le bled à partir duquel je longe la côte. Au programme: un peu plus de 8 km de ligne droite avant de rejoindre le traversier. Le vent est plutôt de côté, pas de grosse lutte au programme. Allez, on bourre!

J’ai empoigné ma sacoche frontale, les coudes sur le guidon, façon triathlète…je tente de rester au-dessus de 35, pas facile. 34 suffira…et heureusement que j’ai bien appuyé, j’arrive sur le bateau environ trente secondes avant qu’il ne parte. Ouf!

Je récupère de mon bel effort en prenant quelques photos pendant la traversée. Et au moment de débarquer…bah, j’ai pas payé?! Hum…allez, je suis pas un resquilleur, je le dis au gars. Trop bon, trop con, ou mon honnêteté me perdra? Je préfère cette vision: en payant, je permets à un autre cyclocampeur d’emprunter cette route, en participant au maintien en vie de la liaison maritime.

Je continue sur une jolie ligne droite. Quelques éoliennes sur ma gauche détonent, avec leurs bouts de pales rouges. Enfin, ça se voit quand même moins que la grosse usine chimique du coin, qui est juste à côté…

Allez, encore quelques bornes et je m’arrête. Moi qui m’attendais à un endroit peu dense et assez peinard, en fait, la côte est super-colonisée, des baraques partout. Et pas d’endroit vraiment discret pour camper, la vue est dégagée sur des kilomètres.

Finalement, je trouve un terrain apparemment pas occupé, avec une sorte de butte pour m’abriter du vent. On a vu mieux, mais ça fera l’affaire. En espérant que les voisins n’appellent pas la politi.

C’est l’heure du souper-poubelle. Ah, d’ailleurs, combien de fois je me suis dit que je devrais faire de la soupe, en ouvrant la poubelle? De la soupoubelle…

Bonne soirée sans jeu de mot, ni néologisme.

Publicités
Cet article, publié dans Français, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Samedi 30 Juillet 2011: Danemark, je t’aime (Romlund > Vejlby)

  1. Mam dit :

    Voilà un garçon honnête, normal quoi.
    Bien élevé autrement dit .
    Ah merci pour la carte suédoise !
    J’aimerais savoir ce que les Jmi ont eu comme carte…, au summum du Nirvana…

  2. Juan Altitude dit :

    C’est drole, la coccinelle a l’air de mon casque.

    • zboud dit :

      Et si, pour fabriquer ton casque, dans l’usine, il y avait plein de coccinelles, et une machine pour les grossir, et leur enlever leur carapace? :p

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s