Samedi 13 Août 2011: à vélo din ch’nord (Boeschepe > Sombre)

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

(Dans les oreilles: Stupeflip. L’épouvantable épouvantaiiiil! Vivement le Cabaret Vert!)

Une belle journée de vélo en France. Ça fait drôle, de comprendre ce que le monde dit… »ahrgardeulvélo!! »

C’est quand même pas mal agréable de se réveiller dans une maison familière. Bien sûr, les réveils sont agréables aussi chez mes hôtes Warmshowers chéris! Mais bref, ça fait plaisir de jaser avec la famille au petit matin.

Bon, din ch’nord…y drache! Ou au moins, il pleut. Après les aurevoirs, et mercis (merci encore!), c’est sous la pluie que je prends la route. Direction Cassel, bled perché sur le mont du même nom.

Sympathiques, les petites montées flamandes! Évidemment, je les apprécierais un peu mieux sans les imperméables sur le dos…et si la vue à leur sommet n’était pas si bouchée! Enfin, ça fait des photos fantômatiques, je trouve.

Toujours sous la pluie, je roule vers Saint Omer. Ah, quel bonheur, quand doublé par une camionette, des projections style « seau d’eau » m’arrivent en pleine face. Bien fait de pas me laver ce matin! :D

J’atteins la ville en fin de matinée, après un petit stop à l’ascenseur à bateaux voisin. Impressionnant, ce vieux truc capable d’en soulever des tonnes!

Je m’installe sous le porche de l’hôtel de ville pour ma pause-bouffe. La pluie a enfin cessé, mais je ne peux que penser que c’est provisoire. Je mange sous les yeux intrigués des passants et des marchands du marché qui remballent.

Quelques poubelles en repartant…vache maigre, à peine quelques pêches et abricots. Plein de magasins ont leur arrière complètement barricadé, style Gaza ou mur de Berlin: grosse palissade avec barbelés en haut. Impressionnant…

Comme d’hab, je me paume en sortant de la ville. Enfin non, je suis les panneaux! Et me vois contraint d’emprunter un tronçon de voie rapide. À quand des itinéraires cyclables directs et bien fléchés en France? Et si la France, jadis pays à la pointe du cyclisme sportif, devenait encore plus cyclable et cycliste que la Hollande? AHAHAHAH la bonne blague.

Bref. C’était pas long, et l’accotement large…no problem. Je roule maintenant sur la N43, direction Calais. Le soleil se pointe un peu, bien cool!

Je fais un petit détour par un spot recommandé par O.: la chapelle Saint Louis, une ruine en haut d’un mont. La vue est bien impressionnante, on voit même les raffineries et autres industries lourdes de la côte. Le vent ajoute une touche « moi, je suis la nature, et toi, une merde humaine » à l’endroit, alors que la chapelle en ruine est déjà pas mal post-apocalyptique. Bref, super spot, merci O. du tuyau!

Après la descente vers Ardres, je longe un petit canal jusqu’à l’agglomération calaisienne. Plus je m’approche de la côte, plus le vent me semble fort. Il souffle pas mal depuis que la pluie a cessé…mais là, ça se renforce.

C’est le moment idéal pour rencontrer un cycliste du coin! B. roule sur une superbe machine tout en carbone, la classe. Il a vécu un an à Montréal quand il était gamin! On jase de voyage, de Calais, de vélo. Il m’emmène vers le centre-ville, histoire de voir le beffroi et prendre quelques photos.

Ensuite, on roule vers l’ouest, vers le cap Gris-Nez! Et là, je suis encore plus content d’avoir un compagnon de route…le vent est bien fort. À 30 km/h derrière B., je lutte vaillamment, mais finis par décrocher. 27, ça va, j’arrive à tenir. Pfiou, c’est du sport. Il me laisse quelques bornes avant le Blanc-Nez. Merci bien, à bientôt d’se revoir! :)

Ouaaaah que je misère, seul. Je souhaite bon vent aux véliplanchistes qui descendent vers la plage, ils me répondent « bon courage ». Stie, ça grimpe aussi, col à 114 m. Mon front goutte.

Le Blanc-Nez est bien impressionnant…et infesté de touristes. Bien content d’avoir vaincu le vent et la colline, j’admire quelques minutes le paysage et poursuis ma route.

Pfiou, le Gris-Nez est encore loin. J’ai les jambes coupées par ces pourtant petites grimpettes et ce sacré vent…allez, je cherche un coin où camper. Pas évident, il y a bien du monde partout, et peu d’endroits isolés.

Finalement, je suis à un endroit tout pourri. Dans un champ, je massacre quelques mètres carrés de sillons. C’est en pente. Finalement c’est pas si abrité du vent. Et j’ai des effluves d’épandages de parcelles voisines. Pas de vue. Bref, j’ai trouvé meilleur endroit dans ma carrière cyclocampeuse. Mais il me faut bien quelque chose pour avoir envie de retrouver mon lit! :D

Ce jour, 103.7 km en 5h06…soit 20.3 de moyenne.

Demain, le Gris-Nez, puis direction la côte picarde!

Bonne soirée sans vue, en pente, qui pue.

Publicités
Cet article, publié dans Français, est tagué , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Samedi 13 Août 2011: à vélo din ch’nord (Boeschepe > Sombre)

  1. juanaltitude dit :

    Ça avait l’air Métal comme atmosphère!

  2. Mam dit :

    ça fait plaisir de voir que dins ch’Nord on fait d’si jolies photos, et même sous la grisaille. Ou peut-être à cause de la grisaille !

  3. je viens de voir une photo !!! magnifique !!! c’est celle de la statue et du moulin dans la brume !!!!
    elle est vraiment bien !!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s