About

Pour moi, rouler, c’est visiter. Voir défiler les kilomètres d’horizons, sentir les odeurs de mer, de vaches, de bois, de fumée, produire de l’acide lactique dans les montées, sentir la fraîcheur dans les descentes, être ébloui par le soleil, larmoyer avec le vent, se faire déporter par une rafale, devoir pédaler fort pour semer un chien, s’enfiler une tonne de bonne bouffe (locale ou non)…c’est ça, mon voyage.

(Dernière mise à jour: 5 Mai 2011)

Ici je décrirai mon périple…un peu plus un autre jour.

C’est l’histoire d’une année « off ». Après avoir double-diplômé de deux belles écoles partenaires, le projet, c’était de faire le tour de l’Amérique du Nord. En vélo, oui, sinon, c’est pas drôle. Plus de vingt mille kilomètres, autour des États-Unis principalement, et quelques bouts au Canada.

Seulement voilà, le 27 Août 2010, je me suis vu refuser l’entrée aux USA. Adieu, veaux, vaches … et bonjour un tout autre périple.

Je voulais monter le Mont Mégantic à vélo avant de quitter le Québec, si jamais je le quitte pour de bon après ce voyage. Je voulais voir la Gaspésie. Je voulais voir Saint Quentin, Nouveau Brunswick. Voilà qui est fait…et bien d’autres aventures ont suivi.

En tout, j’ai passé deux mois à rouler au Québec et dans les provinces Maritimes du Canada: Nouveau-Brunswick, Île-du-Prince-Édouard, Nouvelle-Écosse. J’ai évidemment rencontré un tas de gens sympa, spéciale dédicace à la famille B., de Sackville, NB, à qui je dois une fière chandelle.
Je voulais rejoindre le vieux continent en bateau depuis Halifax, en Nouvelle-Écosse, pour continuer ma route là-bas. Seulement, c’est pas si facile d’embarquer sur un porte-conteneurs, alors je me suis rabattu sur un avion charter en partance de Montréal. J’ai covoituré entre les deux villes, et c’était une bonne idée, puisque mon conducteur est maintenant un bon ami, Iranien s’il-vous-plaît, né le même jour que moi. Encore une super rencontre.

De retour en Europe, je suis reparti pour un petit voyage en France, en passant un peu par l’Allemagne et la Suisse. Seulement voilà, alors que je descendais la vallée du Rhône, ma mère m’appelle et me dit que son ami grecque a besoin d’aide pour ramasser les olives, et faire de l’huile.

Après quelques jours de réflexion quand même, je partais donc pour Kalamata. J’ai traversé l’Italie, vu le Vésuve, mangé des oranges tombées des arbres, rencontré des gens super encore et encore. Après un petit tour en bateau et deux jours en Albanie, je suis arrivé en territoire Grec. J’ai passé Noël avec des moustiques au Péloponnèse. Je suis allé ramasser des olives.

Puis je suis rentré, en passant par la Sicile, la Sardaigne, et la Corse.

J’ai tué mon fidèle compagnon de voyage, en le fracassant contre un hideux monospace gris, à l’avant-dernier jour de route. C’était le 9 Février 2011.

La ré-adaptation à une vie sédentaire a été assez dure. « Putain, ce soir, je dors encore ici. » Mais j’étais bien entouré.

Après ça, j’ai passé du temps en France, à profiter de mes proches, à me démener avec l’assurance, à (re)visiter le Jura, à faire un peu de vélo en Picardie, à me reposer. Le 15 Mars, je repartais pour un mois à Montréal, grâce à un billet que j’avais à l’origine acheté pour montrer aux Américains que je voulais pas rester dans leur pays. Ce mois à Montréal, malgré le fait que le beau temps ne soit pas encore installé, m’a encore montré à quel point j’aime cette ville.

Je suis ensuite rentré en France, pensant que mon fidèle destrier serait prêt à repartir. Mais d’autres contretemps m’attendaient.

Pendant ma pause forcée, je me suis aussi penché sur mon avenir, et ai postulé à divers programmes pour jeunes diplômés, pour faire des trains et/ou des éoliennes. Verdict bientôt.

En ce 5 Mai 2011, j’attends toujours mon nouveau cadre, pour enfin reprendre la route, direction la Norvège cette fois. Ça commence à faire long. Enfin, la semaine prochaine, je vais faire un tour à Berlin, c’est déjà ça!

Publicités

2 commentaires pour About

  1. Steve Larose dit :

    Heille Remi

    Toute l’équipe de Cycles Régis te souhaite du beau temps et du courage pour venir à bout de ton périple

    Steve

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s